dimanche 22 octobre 2017

La V.O. du vendredi n°94 : Witchblade Rebirth tome 1 (Top Cow/Image - Avril 2012)


Ayant désormais quitté la police de New York, Sara Pezzini change de vie et devient détective privée dans la ville de Chicago, débutant une nouvelle carrière avec quelques difficultés. Difficultés venant principalement du fait que la police locale ne voit pas d'un très bon œil l'arrivée de cette ancienne flic venue semer la zizanie avec les affaires étranges sur lesquelles elle enquête. Mais Sara aura bientôt d'autres soucis que le harcèlement dont elle est victime de la part d'une policière chevronnée et mal embouchée, car elle se retrouvera très vite au cœur d'une guerre entre deux gangs rivaux utilisant de la magie bien particulière... Une très ancienne créature vit dans les entrailles de la ville, scellée depuis de nombreuses années par l'union de trois artefacts, et attendant patiemment son heure en créant de nouveaux adeptes via une source d'eau souterraine contaminée, qui a l'étonnante propriété de rendre leur jeunesse à celles et ceux qui en boivent... contre une soif de sang décuplée par la folie de la chair. De l'autre côté, un groupe de sorcières utilise une magie très similaire à celle du Darkness, faisant appel aux forces les plus sombres de ce monde. Qui l'emportera dans cette guerre sans merci ? Sara parviendra-t-elle à mener sa nouvelle vie comme elle l'entend alors que tant de dangers semblent la guetter et la suivre où qu'elle aille ? Et surtout, quel est le plan de cette chose endormie sous la cité qui commence à émerger de son long sommeil ?

Un nouveau départ pour Sara Pezzini, détentrice du Witchblade et nouvelle venue dans les rues d'une Chicago sombre et malveillante, gangrenée par des décennies de guerre mystique sans merci. Cette histoire d'horreur nous raconte les nouvelles aventures de notre héroïne dans une ville qui lui est encore étrangère, avec toutes les peines du monde pour s'adapter et trouver sa place, ainsi que mener une vie amoureuse un rien chaotique avec un magicien qui cache bien son jeu. Tim Seeley nous offre le plaisir de sa vision de Witchblade dans l'ère Rebirth de l'éditeur Top Cow/Image Comics, qui avec le recul semble préfigurer ce que l'on connaît à l'heure actuelle avec DC. Accompagné au dessin par Diego Bernard, l'auteur nous plonge dans cet hommage caché à Ca ainsi qu'à la culture horrifique dont la série est issue, le tout assez bien illustré. Quatre tomes composent cette nouvelle ère de Witchblade Rebirth, rendez-vous donc dans les semaines à venir pour la suite !

Petit mot à l'intention de nos lecteurs : désolé pour le retard de parution de cet article, indépendant de notre volonté. On essaie de tenir le rythme mais ce n'est pas toujours possible entre nos diverses occupations privées et professionnelles, nous espérons que vous le comprendrez.

jeudi 19 octobre 2017

Reine d'Egypte tome 3 (Ki-Oon - Octobre 2017)


Trois ans ont passé depuis l'exil du scribe Senmout, le confident de la reine, afin de faire taire les folles rumeurs qui circulaient sur leur amitié. Tandis que Séthi ne songe qu'à la guerre, Chepsout encourage des traités de paix et des alliances avec les pays voisins, ce qui déplaît fortement à la fois à Pharaon et au clergé d'Amon-Râ. Mais soudain c'est le retour d'une ennemie farouche, Sothis la courtisane favorite de Pharaon, qui porte son enfant à naître bientôt. Isolée, recluse dans une cabane miteuse, Sothis n'aura d'autre choix que d'accepter la main tendue de Chepsout pour pouvoir survivre à cette nouvelle grossesse et mener à nouveau un train de vie respectable, à la seule condition de céder à la reine son enfant... ce qu'elle accepte volontiers. A présent qu'il existe un héritier au trône, Séthi commence à éloigner de plus en plus Chepsout des affaires du royaume, la menaçant même de mort si elle ose encore défier son autorité. La volonté Pharaon de tuer sa reine plutôt que de la laisser prendre le pouvoir est bien connue au palais car le souverain ne s'en cache pas, mais il en faut davantage pour briser Chepsout. Aussi, lorsqu'elle organise clandestinement un mariage arrangé entre sa jeune sœur Nefer et un prince étranger, Séthi voit là une occasion parfaite de prendre de court sa sœur et épouse et de modifier drastiquement ses plans. Acculée et au bord du gouffre, Chepsout n'a d'autre choix que d'accepter de partager la couche de Séthi dans le but de porter son enfant légitime. Mais, alors que tous se réjouissent à l'idée que le couple royal puisse enfin avoir un enfant, Séthi tombe gravement malade et interrompt en urgence un déplacement militaire pour rentrer se terrer au palais, caché à la vue de tous sauf des prêtres qui le soignent et discutent entre eux de la possibilité de le remplacer très bientôt par son jeune fils, plus malléable et facile à endoctriner. Contre toute attente, Chepsout se rend chaque soir au chevet de Pharaon et lui procure compagnie et réconfort, même s'il refuse de l'admettre. Cependant la reine ne perd pas de vue son objectif final, et elle fera désormais tout ce qui est en son pouvoir pour assurer la venue d'une nouvelle ère sur le pays d’Égypte, quitte à briser ses propres codes moraux.

Un troisième tome très dense avec beaucoup d'intrigues se poursuivant et s'enchaînant, un récit qui court sur au moins cinq ans si ce n'est plus, les choses avancent beaucoup et les modifications que Chepsout apporte au pays commencent à se voir tout doucement, surtout avec le retrait progressif de Séthi des affaires du pouvoir pour raisons de santé. L'auteur nous prouve une fois de plus qu'elle est brillamment documentée et éclairée sur cette faste et riche période de l’Égypte Antique, qu'elle illustre et fait découvrir avec un réel talent qui ne se dément pas d'un épisode à l'autre. On retrouve avec plaisir les personnages que l'on a appris à suivre et on savoure les bouleversements majeurs qui interviennent dans leur vie, tout comme les plus intimes. En bref, toujours une excellente série sur tous les points, une très bonne lecture à conseiller et à poursuivre avec assiduité !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mercredi 18 octobre 2017

The Wicked + The Divine tome 3 - Suicide commercial (Glénat Comics - Octobre 2017)


L'étau se resserre pour nos divinités survivantes, alors que chacun fait face une nouvelle fois au deuil après la disparition tragique d'Inanna. Certains choisissent de se plonger corps et âme dans leur art tandis que d'autres sont résolus à mener l'enquête et à découvrir l'identité du coupable, qui assassine les membres du Panthéon les uns après les autres sans que son but final ne soit connu. Ananké, la divinité tutélaire de nos petits dieux, joue un double-jeu très perturbant et se sert de Wotan pour cacher ses traces et éliminer les indices... jusqu'au moment où elle le prend de vitesse et où lui-même semble faire partie de ses plans. Baal s'emporte et traque Morrigan jusque sur son territoire souterrain, persuadé qu'elle connaît l'identité du tueur qui sévit depuis le meurtre de Lucifer. Mais Morrigan refuse de parler, et ne réussit qu'à se faire enfermer dans une cage spécialement conçue pour elle en attendant de savoir quoi faire d'elle et de ses différentes personnalités. Une chose semble sûre néanmoins, c'est qu'elle couvre Baphomet qui lui a totalement disparu des radars au moment où l'on commence à le rechercher activement. Est-il coupable ? Quel est son rôle dans cette histoire, et pourquoi se cache-t-il de tout le monde y compris d'Ananké alors qu'elle pourrait lui apporter une aide salutaire en tant que protectrice ? Pas le temps de se poser toutes ces questions car voici déjà qu'une nouvelle déesse est assassinée à son tour, Tara, la mal-aimée du groupe et souvent malmenée par ses fans et détracteurs. Si pour certains c'est une maigre perte, pour la majorité c'est le signe inquiétant que n'importe qui peut être frappé par ce tueur mystérieux apparemment sans raison... les Ténèbres approchent, et l'heure sera bientôt venue de les combattre... mais qui restera encore debout à ce moment-là ?

Ce tome est l’œuvre de plusieurs auteurs autres que le duo d'origine, ce qui explique la multiplication des styles de dessins comme de narrations d'un chapitre à l'autre. L'histoire progresse, on découvre l'envers du décors de certains dieux que l'on ne connaissait pas encore totalement voir d'autres pas du tout. Encore une fois se pose la question de jusqu'où peut-on aller quand on est fan d'une star, et de jusqu'où cette star est-elle prête à aller pour se protéger et continuer d'exister au-delà de sa carrière dans un monde où l'éphémère est le nouveau statu-quo ? Un tome également assez complexe à suivre et à appréhender, mais toujours aussi bon à chaque nouveau chapitre !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mardi 17 octobre 2017

RG Veda tome 7 (Tonkam - Juin 1997)


Nos héros reprennent le chemin de leur aventure, pour une destination encore inconnue. Après les adieux déchirants au village de Yasha ainsi qu'à son frère Rassetsu, c'est désormais le temps d'aller de l'avant et de poursuivre leur quête des Six Étoiles de la prophétie. Alors qu'ils se trouvent quelque part en forêt, ils sont rejoints par une jeune femme attendant son mari disparu, qui les invite à venir passer la nuit chez elle pour bénéficier de la protection et du confort d'un toit. Tandis que Soma et Ryu aident aux tâches ménagères pour soulager leur bienfaitrice, Yasha médite sur l'avenir et sur le destin du jeune Ashura. Il semble que la jeune femme qui les a invité connaisse Yasha d'une certaine façon, en tout cas il lui rappelle étrangement son mari qu'elle recherche activement dans la forêt. Y'aurait-il un lien avec Rassetsu ? Ce nom semble lui évoquer quelque chose de fort, mais nous n'en saurons pas davantage dans ce volume car voici qu'apparaissent soudain des soldats de l'armée du ciel, et qu'un nouveau combat s'engage entre Yasha et une divinité guerrière. Quelle en sera l'issue ?
Pendant ce temps au palais impérial, le jeune prince Ten-ô développe ses capacités martiales au point que même les généraux semblent en difficulté face à lui lors des combats organisés pour divertir les courtisans. Alors que Ten-ô fait montre d'impressionnantes dispositions pour la guerre, il a en revanche un caractère calme et très posé qui tranche nettement avec son héritage sanglant. Deviendra-t-il lui aussi une menace pour Taïshaku-ten, qui a juré de détruire quiconque se dresserait en travers de son chemin, même les dieux ? En tout cas Ten-ô est malgré lui au centre des conspirations qui s'ourdissent dans le palais, et tandis que son père se remémore les affrontements du passé, il y a 300 ans quand il a pris le pouvoir, sa mère voit déjà son cher fils porter la couronne impériale...

L'histoire progresse un peu plus dans ce tome, on a des flashbacks de ce qui s'est produit il y a 300 ans avant l'accession au pouvoir de Taïshaku-ten, ainsi qu'un court récit en fin de volume racontant les derniers moments de l'ancien règne et du dieu tutélaire Ashura-ô. Il semble que l'empereur usurpateur ne soit pas si dénué d'émotions que cela tout compte fait car il a, semble-t-il, une personne ou une chose à protéger à tout prix, quitte à tout détruire pour cela. Les personnages antagonistes gagnent donc en profondeur dans ce septième tome, et le grand retour de l’Étoile Bleue ne fait que renforcer nos héros pour la bataille finale qui aura bientôt lieu.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

lundi 16 octobre 2017

La question du lundi n°57 : La frustration, amie ou ennemie du lecteur ?


Une chose que tout lecteur doit connaître, c'est la frustration. Plus particulièrement celle causée par l'absence d'un livre convoité à une date donnée. Les reports, souvent sans raison car les éditeurs ne communiquent que rarement dessus, sont malheureusement nombreux et réguliers dans le milieu tant VO que VF. Depuis combien de temps déjà attendons-nous la sortie de Goddess Inc. ou Coven chez Zenescope, alors que ces albums devaient sortir début 2016 ? Combien de temps attendrons-nous les sorties Graph Zeppelin ou Tabou annoncées pour Septembre dernier, ou encore plus récemment l'omnibus Sin City chez Rackham prévu pour la mi-Octobre et repoussé désormais à Novembre ? Rien n'est plus frustrant que d'attendre une chose et de ne pas l'avoir au moment prévu, surtout quand on ne nous donne aucune explication pour patienter. Il peut s'agir de plein de choses bien sûr, les éditeurs ont forcément de bonnes raisons de retarder une sortie que les gens attendent : peut-être qu'il n'y a tout simplement pas assez de demande pour l'instant pour que la sortie de l'album vaille le coup, ou bien peut-être qu'il n'y a pas assez de commandes enregistrées pour amortir cette sortie, ou que sais-je encore. Mais dans l'idéal, convenez qu'un petit mot, quelque chose, deux ou trois phrases, pour expliquer aux lecteurs pourquoi ils doivent encore souffrir un énième retard, ça n'est pas cher payé. Je ne pense pas que le lectorat fidèle puisse se détourner subitement si on lui donne une raison d'attendre un peu plus, d'autant que c'est le cas pour tous les distributeurs jusqu'à preuve du contraire. Un peu plus de communication, au sein des métiers de l'édition qui sont issus on le rappelle de la filière générale information et communication, ça ne ferait pas de mal je pense. Panini a compris la leçon quand il fût temps de changer de politique à ce niveau et a désormais une toute nouvelle estime de la part du lectorat, en ayant simplement fait ce qu'il semblait logique d'attendre de leur part.

Vous me pardonnerez ces quelques lignes un rien pessimistes et gratuites j'en conviens, mais il faut comprendre que de cette frustration peuvent découler d'autres problèmes un rien plus conséquents : les dépenses à prévoir sur le long terme quand on commande sur des sites comme Amazon, où l'on est débité au moment de l'envoi... un retard de sortie et c'est tout un budget qui est renvoyé à plus tard dans l'année, à un moment où il n'aurait pas forcément été bien accueilli au milieu du reste des dépenses à faire (taxe d'habitation et redevance télévisuelle, par exemple, ou courses de Noël déjà bien chargées avant la fin de l'année). Le budget bien sûr change d'une personne à l'autre, d'un foyer à un autre, tout le monde n'a pas les mêmes moyens et ne peut pas se permettre de tout acheter. Mais pour les livres, moteurs d'évasion essentiels dans notre société moderne, avouez que c'est quand même dommage de devoir attendre et refaire tout ses calculs parce qu'un éditeur ne donne pas d'information autre que ''date de sortie repoussée''. Ce message et cette question du lundi est évidemment une conséquence directe de mes propres frustrations quant à certaines sorties que j'attends beaucoup et que j'ai cité plus haut, il faut me pardonner encore une fois un ton un peu trop personnel ou alarmiste, qui n'est du qu'à ma propre attente inassouvie.

Bien sûr, si l'on sait relativiser et calmer ses ardeurs, la frustration peut devenir légèrement plus agréable, supportable, dès l'instant que l'on en connait la raison exacte. Une frustration amie peut aider à mieux apprécier une chose que l'on a convoité pendant longtemps et que l'on finit par obtenir avec un zeste de patience en plus. Tout n'est pas mauvais dans cette légère critique de notre système d'information éditoriale, et les éditeurs petits ou grands font de gros efforts pour s'améliorer. Le moins que l'on puisse faire c'est donc d'attendre et de garder confiance. Courage , parfois on y est presque !

samedi 14 octobre 2017

Spider-Man tome 1 - Miles Morales (Panini Comics - Octobre 2017)


La vie n'est pas rose dans ce nouvel univers pour Miles Morales, le nouveau Spider-Man ! Qu'il combatte aux côtés du premier Spider-Man, qui n'approuve pas tout ce qu'il fait, ou avec les Avengers contre le démon Blackheart venu envahir notre monde, c'est toujours la même histoire : il finit puni, à l'école comme dans sa famille. Sa mère le surveille beaucoup trop, son père connaît son secret et ne peut rien faire pour l'aider, et sa grand-mère est persuadée qu'il se drogue ou pire encore. Dans ces conditions, pas facile de continuer à être le jeune Spider-Man mais Miles se débrouille néanmoins de son mieux pour remplir toutes ses obligations, civiles comme privées. Mais quand une super-criminelle du calibre de la Chatte Noire décide de le prendre en grippe et de mettre sa tête à prix, rien n'y fait la poisse lui colle aux basques. Kidnappé et démasqué par ses ravisseurs aux ordres de Hammerhead, Miles est emmené jusqu'à sa nouvelle ennemie, qui semble à la fois déçue et fascinée. Parvenant in-extremis à s'échapper, notre Spider-Man junior neutralise les mafieux mais laisse s'échapper la Chatte Noire, qui lui promet que les choses vont devenir bien plus compliquées pour lui s'il se met en tête de la poursuivre. Pendant ce temps, son meilleur ami Ganke révèle son secret à Boule d'Or, l'ancien X-Man côté Cyclope, qui vient d'arriver en ville et de rejoindre la même école que notre héros. Trop de personnes commencent à en savoir beaucoup trop sur Miles, et lorsque sa grand-mère engage la détective privée Jessica Jones pour le filer et rapporter le moindre de ses faits et gestes, tout risque bien de basculer...

Nouvel univers, nouveau départ pour Miles Morales qui s'évertue à faire honneur à son costume et au symbole qu'il représente, mais n'est malheureusement pas très reconnu pour ça. Alors que tout le monde s'intéresse à lui et que le statu-quo autour de son identité secrète n'arrête pas de changer, il aimerait bien pouvoir mener ce qui lui reste de vie privée correctement et tranquillement, sans avoir sa famille sur le dos ou un nouveau vilain chaque semaine. Brian M. Bendis change donc les paramètres de ce personnage qu'il a créé, avec toujours Sara Pichelli au dessin pour une excellente série de cette nouvelle ère All-new Marvel. Pas d'inquiétude si vous n'arrivez pas à raccrocher les wagons entre cet album et l'omnibus Ultimate comics Spider-Man de l'an-dernier, il manque une petite série entre les deux pour tout bien expliquer et vous l'aurez dans le prochain omnibus sur Mile qui doit sortir début Novembre, jetez-vous dessus ça vaut vraiment le coup ! Personnellement je suis juste un peu déçu de voir jusqu'où tombe la Chatte Noire, un personnage que j'aime beaucoup, en redevenant une super-criminelle du calibre du Caïd et en s'acharnant sur ce pauvre Miles qui ne la connaît même pas. Espérons que les choses s'arrangeront par la suite !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

vendredi 13 octobre 2017

La V.O. du vendredi n°93 : Poison Ivy - Cycle of Life and Death (DC Comics - 2016)


Pamela Isley. Botaniste de génie, activiste écologiste, chercheuse... et empoisonneuse. Poison Ivy s'est racheté une conduite et une vie normale, elle est redevenue simple scientifique dans un laboratoire d'ingénierie végétale, où elle travaille sur une nouvelle formule capable de combiner l'ADN animal avec l'ADN végétal. Les applications sont nombreuses, guérison de diverses maladies, longévité, renforcement... mais ce qui l'intéresse le plus, c'est la possibilité d'avoir enfin des enfants. Pamela parvient à mettre enceinte une plante très ancienne qui réagit correctement au traitement expérimental et aux pouvoirs de l'empoisonneuse. Mais alors que ses recherches vont enfin porter leurs fruits et qu'elle s'apprête à devenir mère de deux merveilles si semblables à elle, les choses vont rapidement dégénérer quand une collègue et amie de Pamela est retrouvée empoisonnée dans le laboratoire qu'elles partageaient. La police tente de remonter la piste du tueur éventuel, mais rien n'y fait et le meurtre demeure un sombre mystère. D'autant que peu de temps après, c'est le doyen de la faculté de biologie qui est retrouvé lui aussi étrangement assassiné, ne restant plus que sa peau et ses vêtements, comme vidé de toute sa substance. Ivy se retrouve alors confrontée à un choix délicat : elle doit garder pour elle les résultats de ses expériences, protéger ses filles nouvellement nées qui grandissent à une vitesse folle et développent très vite des pouvoirs similaires aux siens, mais également enquêter sur les meurtres afin d'éviter que l'on ne remonte jusqu'à elle et son passé tumultueux de super-criminelle. Avec l'aide d'un jeune laborantin avec qui elle a fini par sympathiser et des talents de Catwoman, Ivy s'apprête à reconstituer le fil de l'histoire et découvrir l'horrible vérité à propos de ses recherches volées et de la façon dont elles ont été utilisées dans son dos. Se battant autant pour s'innocenter que pour protéger sa progéniture, Ivy va devoir lutter contre ses propres envies de meurtres et s'ouvrir à la Sève, le parlement sacré du monde végétal, pour faire appel au seul être capable de l'aider, la seule autre créature comme elle au monde...

C'est un très beau récit, très poétique et en même temps très sombre sur le personnage de Poison Ivy, cherchant un moyen d'obtenir la rédemption pour sa vie passée et surtout luttant pour devenir mère et protéger ses enfants chéries. Les dessinateurs sont plutôt nombreux pour ces six chapitres qui s'enchaînent à toute vitesse au rythme de l'enquête menée par la belle empoisonneuse, je ne vais pas pouvoir tous les lister dans les libellés alors voici les noms : Clay Mann, Stephen Segovia, Robson Rucha, Julio Ferreira, Ethan Van Sciver lui-même, Al Barrionuevo et Cliff Richards. L'histoire est signée Amy Chu et aborde de nombreux thèmes que l'on a pas vraiment l'habitude de rencontrer dans une histoire ''Batman'', et tant mieux d'ailleurs car ça sent bon le renouveau et le féminisme ! La grande Chauve-Souris n'est pas présente ou citée une seule fois durant cette aventure, preuve que l'on se recentre bien sur les personnages féminins et surtout Ivy et ses tourments.
Vous pouvez trouver cette histoire intégralement publiée chez nous dans la revue kiosque Récit complet Batman #2, dont je vous laisse le visuel de la couverture signée Terry Dodson. Sachez également, si vous êtes plutôt justes ce mois-ci, que l'album en VO vous coûtera 16$ tandis que la revue VF qui contient l'intégralité de l'histoire et quelques bonus agréables ne coûte que 5€ et quelques, pour un format plus grand et avec un beau travail éditorial. C'est du tout vu en général, mais l'album est de bonne qualité et fait plaisir au collectionneur que je suis.

jeudi 12 octobre 2017

Saint Seiya Episode G : Assassin tome 8 (Panini Manga - Octobre 2017)


Masque-de-Mort, Aphrodite, Milo... les anciens Chevaliers d'Or reviennent les uns après les autres à la vie dans cette époque moderne pour apporter leur aide à ceux qui forment la relève ! Aphrodite accompagne Shun et l'aide à protéger la jeune Yoshino, délaissée un temps par Masque-de-Mort. Leur adversaire est un Gladiateur de niveau intermédiaire qui souhaite se dépasser et accéder à un rang supérieur, sans en avoir toutefois les capacités car Aphrodite aura tôt fait de le renvoyer dans l'au-delà. Pendant ce temps Masque-de-Mort lui passe un moment avec Shiryu et Seiya, qui analysent de loin les combats en cours. Shura se retrouve face à un adversaire apparemment impossible à vaincre, du moins à l'aide de ses techniques habituelles. Même en poussant les capacités de son Excalibur à leur paroxysme, impossible de porter le moindre coup efficace face à cette montagne de muscles et de puissance brute qui lui fait l'honneur de le combattre. Est-ce la fin pour le Chevalier du Capricorne ? Ou bien parviendra-t-il à lui aussi transcender son cosmos et à briser l'épée invincible ? Quant à Milo, il accepte d'entraîner un autre de nos héros pour pouvoir défier Aiolos revenu lui aussi d'entre les morts, et pas du bon côté...

La série s'améliore un peu je suis bien forcé de le reconnaître, et même si je n'aime toujours pas entièrement ce nouvel univers j'admets que l'humour qu'on y rencontre permet de faire passer plus facilement certaines situations problématiques pour le lecteur comme pour les personnages. Le dessin est toujours magnifique mais très chargé de détails, la couleur n'aide pas vraiment à s'y repérer et on se perd toujours un peu dans les doubles-pages illustrant une attaque. Jusqu'où ira l'histoire et qu'adviendra-t-il de Shura, pourra-t-il rester héroïque ou devra-t-il faire un pacte avec les ténèbres pour l'emporter sur son adversaire du jour ? La suite au prochain épisode.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mercredi 11 octobre 2017

Nightwing Rebirth tome 1 - Plus fort que Batman (Urban Comics - Septembre 2017)


Ayant enfin retrouvé sa double-identité de Nightwing et Dick Grayson, notre jeune héros s'apprête à enfiler le masque une fois de plus pour une mission des plus difficiles : infiltrer le Parlement des Hiboux et les dévoiler en pleine lumière, sous les yeux de la justice. Pour cela, Dick doit rompre avec l'enseignement de Batman et accepter de se salir les mains en compagnie du mystérieux Raptor, qui semble en savoir beaucoup sur lui et sur sa vie d'enfant du cirque. Le Parlement leur confie des missions extrêmes, retrouver des agents disparus, faire taire une personne dangereuse ou simplement effacer les traces des Hiboux quand cela est nécessaire. Nightwing et Raptor en profitent alors pour faire plus ample connaissance et se rapprocher, combattant en réalité le même adversaire avec des moyens différents et pour des raisons différentes. Nightwing va devoir mettre de côté tout ce que Batman lui a appris pour devenir une autre sorte de justicier, alors que les plans du Parlement entrent en conflit avec ceux d'une autre organisation criminelle internationale, Kobra, et que le danger commence à vraiment se faire sentir dans le dos de notre héros. Qui est-il vraiment ? Un enfant du cirque ? Un orphelin chanceux ? Un héros au grand cœur ? Peut-être tout cela à la fois, et bien plus encore. Nightwing va devoir remonter à la source de son propre mythe et se reformer, se recentrer autour de ses propres valeurs, pour enfin devenir celui qu'il doit être, plus efficace, meilleur que Batman peut-être... mais il n'est pas encore au bout de ses surprises, car l'imprévisible Raptor garde une carte en main et s'apprête à entraîner Dick dans un jeu de dupes aux conséquences mortelles.

Que l'on menace Damian ou bien Bruce Wayne lui-même, Dick Grayson répond toujours présent et affronte le danger avec panache et énergie. Tim Seeley nous offre un récit assez noir dans lequel notre héros doit tout réapprendre afin de pouvoir revenir sous les feux des projecteurs, qu'il n'a finalement jamais vraiment quitté. Servi aux dessins par le duo formé de Javier Fernàndez et Yanick Paquette, ce premier tome de la série sous l'ère DC Rebirth s'équilibre plutôt bien, même si pour comprendre correctement certains passages vers la fin il faut lire en parallèle d'autres aventures de Batman et compagnie, ce que les lecteurs de la revue kiosque Batman Rebirth ont comme avantage sur ceux qui ne lisent que les albums. Un premier tome qui se tient en lui-même, pas d'annonce fulgurante pour le second, pas de cliffhanger démentiel, mais un final correct qui se suffit amplement et une attente légère mais assidue de la part du lectorat pour le tome 2.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mardi 10 octobre 2017

RG Veda tome 6 (Tonkam - Février 1997)


Sur les terres gelées du Nord, Yasha-ô se recueille enfin devant le bûcher funéraire de sa famille et de son peuple, morts pour protéger le jeune Ashura et respecter la promesse qui lui a été faite. Alors qu'Ashura cherche toujours sa raison de vivre, sachant qu'il se trouve au cœur de tant de tragédies, Yasha rencontre de son côté un nouvel adversaire en la personne de son propre frère, Rassetsu, revenu sur ses terres natales pour constater l'horreur qui s'y est abattue. Jurant lui aussi de venger les siens, Rassetsu s'en prend à Yasha, le considérant coupable de ce drame, et manque bien le tuer jusqu'à l'intervention d'Ashura qui utilise son pouvoir de façon presque inconsciente pour séparer les deux frères et mettre un terme à leur duel. Alors que Rassetsu est gravement blessé, Sôma s'occupe de le soigner tandis que Yasha attend son réveil en se remémorant leurs jeunes années en tant qu'héritiers du trône du Nord. Sitôt réveillé, Rassetsu veut reprendre le combat mais il se rend compte de l'amour sincère qu'éprouve Yasha pour son jeune protégé, et décide alors lui aussi de jurer à Ashura de l'aider à accomplir son destin afin de punir les vrais coupables, l'armée de l'empereur du ciel Taïshaku-ten. Une étoile bleue fend le ciel au loin pour rejoindre les Six Étoiles destructrices, et le petit groupe reprend sa route vers une nouvelle aventure, pendant que Rassetsu reste en arrière afin de retarder le plus possible les troupes impériales à leur poursuite. Les drames et les tragédies sont légions dans cette histoire, et un de plus vient de se jouer.

Ce sixième tome est centré sur la jeunesse de Yasha et de son demi-frère Rassetsu, par le biais de flashbacks durant leur affrontement présent. On se rend compte une fois de plus que l'histoire est vraiment teintée de tristesse du début à la fin, et que les problèmes existentiels du jeune Ashura ne sont pas les seuls à devoir être réglés au plus vite. Heureusement ici tout se termine bien pour une fois, Rassetsu accepte la destinée de son frère et de protéger Ashura lui aussi à sa façon. L'épisode sur les deux frère touche à sa fin et l'avenir se profile à l'horizon, l'étoile bleue viendra à leur rencontre... et le ciel tremblera.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

lundi 9 octobre 2017

La question du lundi n°56 : Quelles sont les origines du vendredi 13 ?


En 2017, les mois de Janvier et d'Octobre ont en commun d'être les deux seuls mois à avoir un vendredi 13.
Ce jour bien connu des superstitieux peut être vu comme une période de chance ou de malchance.

La question du lundi se portera sur le sujet suivant : quelles sont les origines et les influences de cette date ?

Les origines la concernant sont multiples et le vendredi 13 résulterait en fait d'un mélange d'éléments.
Dans la Bible, la Cène comprend 12 individus, plus Judas le traître ayant livré Jésus, soit 13 personnes.
Le 12 est souvent associé à l'équilibre (les 12 signes du Zodiaque, les 12 mois de l'année, une journée correspond à 2x12 heures, etc.). Le chiffre 13 devient ainsi l'élément perturbateur, en trop, qui brise cette harmonie, d'où une connotation négative.

Quant au vendredi, le Christ aurait été crucifié un vendredi.

A noter également que Jacques de Molay, maître templier, a été arrêté le vendredi 13 octobre 1307, ce qui aurait conduit à la fin de l'Ordre.

La peur du vendredi 13, également appelée paraskevidekatriaphobie ; lors de cette journée, les superstitieux sont encore plus vigilants aux signes tels que les chats noirs, passer sous une échelle, etc.
Des gris-gris peuvent être utilisés pour conjurer le mauvais sort et s'attirer la chance : trèfle à 4 feuilles, fer à cheval, patte de lapin.

Le vendredi 13 est également une occasion propice pour les joueurs. Il n'est pas rare que pour les vendredis 13, il y ait des cagnottes spéciales mises en jeux notamment au loto afin d'inciter les personnes à tenter leur chance. Les vendeurs de ticket à gratter, loto et compagnie, enregistrent une hausse significative des chiffres lors de telles journées.

Vendredi 13, ou Friday the 13th en VO, est également le nom d'une célèbre série de films d'horreur avec son iconique représentant et tueur nommé Jason Voorhees. On peut dire que pour les malheureuses victimes, vendredi 13 est effectivement synonyme de malchance, ou plutôt de mort. La connexion entre cette date et le célèbre Boogeyman étant que celui est né justement un vendredi 13 Juin.

Le vendredi 13 peut être un jour comme un autre ou non selon nos croyances.
Il pourrait être amusant d'ailleurs de regarder à la fin du mois un film de la serie Vendredi 13 pour Halloween !

Bonne continuation et à bientôt !

samedi 7 octobre 2017

Loki : agent d'Asgard tome 1 - Ayez confiance (Panini Comics - Septembre 2017)


Le jeune Loki n'est plus, remplacé désormais par une version plus mûre et adulte, plus pernicieuse également malgré une véritable volonté de rattraper le mal qu'il a pu faire par le passé. Aussi devient-il désormais agent d'Asgard sur Terre, chargé par la Mère de Tout de ramener en Asgard les dieux égarés afin qu'ils retrouvent leur foyer, de gré ou de force. Ainsi les aventures de ce tout nouveau Loki vont-elles traverser les grands moments de l'univers Marvel, d'Original Sin à Axis, opposant l'ancien dieu du Mal aux forces ténébreuses de ses propres méfaits passés. Quand Loki croise la route d'une version plus âgée et bien plus maléfique de lui-même, il ne peut reculer et sait dès lors que son temps est compté, que tôt ou tard il deviendra cette abjection à laquelle il ne peut échapper. Ce n'est pas faute d'essayer pourtant, et il lui faudra toute sa légendaire malice pour tenter de venir à bout du Destin lui-même, de ce qui est prévu dans la trame du Temps pour lui... et justement, un voyageur du Temps revient d'un futur moribond et entreprend de traquer le nouveau Loki pour l'empêcher d'une façon ou d'une autre de devenir son incarnation malfaisante. Ce voyageur, c'est le Docteur Fatalis en personne, tueur de dieux, homme à l'égo surdimensionné qui pense pouvoir battre le maître de la fourberie... et qui réussit, contre toute attente. Alors que Loki est enfermé dans une prison de non-temps, Fatalis savoure son triomphe mais celui-ci sera de courte durée car c'est précisément durant ces événements que Crâne Rouge déchaîne sa Guerre Mondiale de la Haine, poussant tout le monde à se battre jusqu'à la mort par pure furie. Pour sauver son peuple de lui-même et de la violence de cette attaque mentale mondiale, Fatalis n'aura d'autre choix que de faire équipe avec Loki et de le relâcher, malgré ses craintes quant au futur qu'il a pu visiter. Mais le plus grand combat de Loki est encore à venir, un affrontement tant de fois remis à plus tard, un duel face à celui qui l'appelait il n'y a pas si longtemps encore ''mon frère''... Thor, devenu indigne et privé de son marteau, incarne désormais toute la décadence et la violence d'Asgard dans ses pires moments. C'est donc à Loki, à présent héros malgré lui, d'endosser la lourde responsabilité d'affronter son frère et de le vaincre, coûte que coûte. Si à l'issue de cette bataille tout semble rentrer dans l'ordre, nul ne se souviendra des hauts faits de Loki, et il sera même condamné par une terrible vérité enfin dévoilée au grand jour... plus que tout, Loki peut-il se sauver de lui-même ?

Excellente série sur le nouveau Loki ayant remplacé l'enfant malicieux qui accompagnait Thor depuis un certain temps maintenant. Cet album regroupe les dix premiers chapitres de la série, sur dix-sept, et couvre toute la partie allant de la fin d'Avengers vs. X-Men jusqu'à Axis et ses conséquences directes. On y retrouve tantôt des histoires légères avec quelques indices semés ici et là pour le futur, tantôt des moments de tension dramatique et surtout beaucoup d'émotions diverses et savamment maniées par l'auteur, Al Ewing, en grande forme et accompagné par deux dessinateurs très talentueux capables de saisir la bonne atmosphère au bon moment. Loki : agent d'Asgard connaîtra peut-être un second et dernier tome, je l'espère, pour couvrir les sept chapitres restants, en tout cas je veux croire que Panini ne nous privera pas du grand final !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !