lundi 30 décembre 2019

Batman Rebirth tome 8 - Noces noires (Urban Comics - Mai 2019)


Le moment tant attendu est enfin arrivé. Batman et Catwoman vont se marier, comme prévu depuis leur annonce, et cette fois-ci ils comptent bien faire de leur mieux pour que tout se passe bien et dans les règles, si tant est qu'il y ait des règles dans leur cas. Alors que Selina se prête au jeu et commence à imaginer sérieusement les conséquences d'une vie à deux, Bruce fait enfin sa proposition concernant la date et le moment idéal.

Tout est organisé dans la plus stricte intimité, pas de convives, pas de fioritures superflues, simplement la beauté de la chose et de la cérémonie, du partage et de l'union. Un juge, deux témoins, des costumes, c'est tout ce qu'il faut à notre couple pour se sentir bien. Mais est-ce vraiment le cas ?

Au détour des quelques pages de ce cinquantième chapitre, Batman comme Catwoman, Bruce comme Selina, vont s'écrire et s'adresser chacun une lettre pleine de sentiments et de vérité, le plus beau cadeau qu'ils puissent se faire l'un comme l'autre. Émotions, ressentis, finalement beaucoup de sincérité, nos deux héros nocturnes vont se confier comme jamais et faire ressortir des choses qu'ils gardaient en eux depuis leur toute première rencontre, il y a bien longtemps. Est-ce que ce sera suffisant pour sceller leur union et renforcer leur lien ?

Le dénouement, il ne m'appartient pas de vous le dévoiler ici. Mais tout se résume finalement en cette simple question, sobre : Batman doit-il être heureux ?

Par la suite, le Chevalier Noir entreprend de traquer Mister Freeze, qu'il soupçonne du meurtre de trois femmes. Tabassé et effrayé comme jamais par la Chauve-souris, Freeze signe des aveux complets auprès de la police et son procès est en cours... mais soudain, il apparaît pour la défense du criminel que Batman aurait peut-être pu faire une erreur. Et c'est à un Bruce Wayne dévasté qu'il appartient de faire toute la lumière sur cette affaire, au prix de la vie d'un innocent !

---

Que vous dire de plus exactement... ces Noces noires sont peut-être l'une des plus belles déclarations d'amour au Batman que j'ai eu l'occasion de lire de la part des auteurs qui travaillent sur ses séries et ses aventures. Un amour tragique, un amour douloureux, un mal nécessaire. Vous comprendrez quand vous le lirez, et même si cela fait maintenant plusieurs mois que cet album est sorti et qu'il serait permis de spoiler, je n'en ferai rien afin de vous réserver la découverte de ce final poignant.

Beaucoup de grands artistes ont été mobilisés par DC pour l'occasion, pour illustrer toutes les pages de ce chapitre 50 décisif. Là encore, je ne vous dévoilerai pas ici la liste des invités de marque mais elle est assez prestigieuse dans la carrière du héros et couvre une longue période de sa vie de papier.

A force de lire les aventures du Batman, depuis l'ère Classique, j'en suis venu à repérer une constante que beaucoup connaissent sûrement déjà : quand ça va mal, vraiment très mal, Batman cogne fort et sans mesure. Après la perte du second Robin dans Un deuil dans la famille, ou après la perte de son propre fils Damian dans Batman Inc., dès qu'il est question de deuil et de perte très lourde et intime, notre Chevalier Noir se transforme en une véritable machine à tabasser sans discernement, afin d'évacuer sa colère, sa frustration, sa rage et son chagrin. Batman n'est pas parfait, sous le masque il s'agit d'un homme, faillible, comme nous tous. Mais avec les années et les successions de péripéties et de dangers mortels, on a pris l'habitude de le voir ainsi dans ces situations particulières, les auteurs surtout qui n'ont pas vraiment fait preuve de beaucoup d'imagination pour varier ses réactions.

C'est là que le chapitre concernant le procès de Freeze entre en scène et est d'une importance cruciale pour l'évolution du Batman. Pour la première fois à ma connaissance, grâce à un Tom King qui connaît parfaitement son bonhomme et ce qu'il doit faire pour le servir au mieux, nous avons enfin droit à un Batman conscient de son problème et prêt à faire le nécessaire pour changer ses habitudes, quitte à devoir revenir sur une intime conviction peut-être trop rapide. Le héros ne fait pas que sauver, il condamne également, mais de quel droit ? Si sa logique pouvait lui être appliquée, nul doute qu'il trouverait d'importantes failles à combler. Et c'est le cas ici, enfin ! Batman a droit à son moment de colère, de furie, mais c'est Bruce Wayne qui vient y mettre le holà et qui ramène un héros brisé dans le droit chemin quand il en est grand temps.

Rien que pour ça, pour cette incroyable compréhension du phénomène Batman jusque dans ses moindres contradictions humaines et imparfaites, Tom King mérite à mon sens une véritable reconnaissance de la part du lectorat et des autres artistes qui l'ont précédé. C'est le premier à nous offrir un Batman tangible, à briser le mythe monolithique du héros et à mettre en lumière ses failles, son drame bien trop humain. Je suis vraiment très reconnaissant d'avoir pu lire un tel chapitre des aventures d'un des héros que j'admire le plus, et je suis persuadé que cette histoire ne le fera que grandir davantage pour devenir ce qu'il doit être. Merci à Tom King d'avoir rendu Batman réel, avec tout ce que cela implique.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire