samedi 30 septembre 2017

Spider-Man - New Avengers (Panini Comics - Septembre 2017)


La vie déjà mouvementée de Spider-Man se retrouve totalement chamboulée lorsqu'il est appelé à faire partie de la nouvelle équipe de Vengeurs, après la dissolution de l'ancienne et une tentative d'évasion massive d'une prison pour super-vilains. Ainsi se forment les New Avengers, prêts à relever tous les défis ! Et ils seront nombreux, à commencer par apprendre à fonctionner ensemble et à se faire confiance les uns les autres. Alors que la maison de Tante May vient d'être détruite, de même que l'appartement de MJ et Peter, Tony Stark propose à tout ce petit monde de venir habiter gratuitement dans la tour des Avengers. En compagnie de Captain America, Wolverine, Luke Cage et Spider-Woman, Peter va apprendre ce qu'est le fonctionnement d'une équipe et petit à petit s'ouvrir aux autres, sa vie prenant un tournant décisif. Tout semble aller pour le mieux... du moins en apparences, car dans une cache souterraine de la ville l'Hydra s'apprête à faire elle aussi son grand retour, avec un plan impitoyable pour détruire les États-Unis de l'intérieur. Sur la piste des criminels et terroristes de l'organisation, Spider-Man pourra compter sur Iron Man et Captain America pour lui venir en aide et l'aider à neutraliser la menace, même s'il faut pour cela s'exposer à un danger mortel.
Autre temps, autre histoire : cette fois-ci Spider-Man vient en aide à une femme poursuivie par deux groupes de criminels à la fois, évadés récemment de leur prison et décidés à la retrouver pour récupérer une importante somme d'argent qu'elle leur a dérobé, ainsi qu'une machine très spéciale capable de supprimer tout super-pouvoir. Il faudra au héros beaucoup d'application pour retrouver cette femme avant ses ennemis, et surtout beaucoup de compassion afin de la défendre au mieux face aux malfrats. Heureusement là encore il peut compter sur les Avengers pour venir l'épauler dans les moments de crise !

Deux histoires assez différentes de Spider-Man chez les New Avengers, la première étant ma préférée, scénarisée par Straczynski lui-même durant la période de son run sur le personnage du Tisseur. J'avais déjà lu cette histoire à l'époque de sa parution en kiosque chez Panini, dans les années 2000, et j'avais vraiment beaucoup aimé, ce qui s'est confirmé avec cette relecture en beau format Deluxe. Voir Spider-Man jeter Wolverine d'une fenêtre pour une mauvaise remarque sur sa femme, ça n'a pas de prix. Le dessin de Mike Deodato Jr. est excellent, parfait même, dans les meilleures heures de l'artiste et ce qui se faisait de mieux à l'époque. Vraiment un album plaisant à lire du début à la fin, même si la seconde histoire est un poil trop complexe pour un jeune public, elle fait davantage penser à l'un de ces films sur les trafics de la C.I.A. et autres trahisons d'agents secrets avec pertes et fracas. Je recommande toutefois la lecture des deux, rien que pour le plaisir de suivre Spider-Man aux côtés des plus grands héros de la Terre.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

vendredi 29 septembre 2017

La V.O. du vendredi n°91 : Spider-Man - Return of the Black Cat (Marvel - Juin 2010)


Dans ce volume, trois histoires :

Tout d'abord, Peter Parker doit faire face aux difficultés récentes dans sa vie personnelle, ainsi que dans celle de Spider-Man. Le retour de Felicia Hardy, alias la Chatte Noire, achève de pimenter ce qui lui reste de temps libre car la belle est sur une affaire qui ne présage rien de bon. Redevenue cambrioleuse, ou du moins c'est ce qu'il semble, elle recherche chez Dexter Bennett un journal caché qui recèlerait d'importantes informations sur un trafic ayant eu lieu des années plus tôt lors de la construction d'un bâtiment dans la ville de New York. Spider-Man accepte de l'aider quand Diablo, le terrible alchimiste, se mêle de la partie et récupère le précieux journal pour lui-même. Le duo de héros va alors faire une découverte macabre qui risque bien de changer la donne... tandis que Diablo poursuit ses propres desseins, la Chatte Noire et le Tisseur enquêtent et remontent peu à peu la piste d'une gigantesque arnaque aux assurances immobilières, qui pourrait coûter la vie à de nombreuses personnes. D'une autre manière, le retour de Felicia dans la vie de Peter, ou plutôt de la Chatte Noire dans celle de Spider-Man, signifie que sur le plan des amours les choses s'améliorent un peu, malgré la poisse qui colle aux basques de notre héros. Mais la belle restera-t-elle à ses côtés une fois l'enquête terminée ?
Seconde histoire, celle de Kaine, le premier clone de Peter réalisé par le Chacal. Kaine est emprisonné dans un bastion tenu secret et s'apprête à vivre ses dernières heures, la dégénérescence de ses cellules ne faisant que s’aggraver avec le temps, et de plus en plus rapidement. Au bord du trépas, son esprit se met à halluciner les présences de plusieurs personnes ayant traversé sa courte vie. Ben Reilly tout d'abord, le modèle auquel il aurait du ressembler... puis le Chacal lui-même, son diabolique créateur et manipulateur... puis l'amour de sa vie, qu'il a tué dans une crise de démence... et enfin Peter Parker lui-même, le point de départ de toute l'histoire. Chacune de ses visions va tenter d'attirer Kaine d'un côté ou de l'autre du jeu entre la vie et la mort. Au final, c'est à lui et à lui seul que reviendra la décision ultime : voudra-t-il mourir, échapper à cette vie tourmentée... ou bien se donner une seconde chance ?
Troisième histoire, dans laquelle Spider-Man fait face au Raptor qui le prend pour son clone Ben Reilly et désire détruire sa vie comme la sienne l'a été auparavant, à cause de ses propres expériences génétiques interdites. Kaine sera de la partie lui aussi, déterminé à éliminer Peter comme le reste de ses ''frères'' issus des expérimentations du Chacal. Est-il encore trop tard pour entendre raison et devenir un héros à son tour ?

Je ne m'attarderai pas trop sur les histoires en première et troisième places, elles se trouvent dans les albums de Panini chez nous dans la collection Marvel Deluxe, sous les titres L'étrangère aux cheveux roux et le tout récent Le pouvoir au peuple, déjà chroniqués tous deux sur Radiophogeek en V.F.. Certes l'intérêt principal de ce TPB c'est le retour de la Chatte Noire dans la vie de Spider-Man, mais finalement ce n'est qu'une accroche pour amorcer le reste de l'histoire, tournant davantage autour de Kaine puis de Ben Reilly. Plusieurs présences du passé reviennent empoisonner la nouvelle vie de Peter, pour le meilleur comme pour le pire. A l'époque de la parution les équipes narratives et artistiques se succédaient à un rythme effreiné, je ne m'attarderai donc pas non plus sur les auteurs que vous trouverez sur la couverture et dans les libellés. En tout cas, revoir Felicia a toujours du bon, même si elle n'est pas M-J...

jeudi 28 septembre 2017

Alice in Murderland tome 6 (Pika - Septembre 2017)


Stella apprend enfin la vérité sur son passé commun avec grand frère Zeno, qui révèle sa véritable identité en même temps que celle de Tsukito, avant de disparaître aux mains d'intervenants extérieurs à la propriété des Kuonji. Désormais c'est au sein de la secte Washimiya, rivale de la famille Kuonji, que l'imposteur se retrouve de nouveau contraint de servir ses véritables maîtres. Reverra-t-il Stella un jour ? Pendant ce temps, Stella s'est fâchée avec son double Alice, et elle découvre en même temps la vraie nature de ce double, comme des dons de ses frères et sœurs qu'elle doit toujours vaincre pour parvenir à s'échapper du jeu mortel. Tombant en pleine rivalité entre sa mère et son père adoptifs, Stella sera maintenant opposée à la terrible grande sœur Ibara et sa force démentielle, au cours d'une monstrueuse partie d'échec grandeur nature. Alors qu'Alice fait la sourde oreille et refuse toujours d'intervenir pour lui sauver la vie, Stella parvient à lui faire changer d'avis au dernier moment en passant un nouveau pacte avec elle. La tueuse se réveille dès lors juste à temps pour empaler Ibara, mais c'est à cet instant que le véritable jeu commence...

Un tome riche en révélations au début, en ce qui concerne Zeno, Tsukito et la secte Washimiya. Des révélations que le lecteur accueillera avec surprise, d'autant qu'elles ouvrent le récit de Stella à une toute nouvelle partie de l'histoire globale. Mais c'est bien entendu le combat tant attendu entre Stella et Ibara que le public réclame en priorité, car il permettra au jeu des influences de la famille Kuonji de changer d'orientation. On découvre un conflit larvé entre la mère et le père incestueux de cette grande famille, et Stella sera obligée de rejoindre un camp rapidement si elle veut survivre un peu plus longtemps. Toujours un dessin excellent de la part de Kaori Yuki la reine du shojo gothique, qui s'essaie à un nouveau style qu'elle parvient à rendre familier. Rien à redire non plus au niveau de l'histoire elle-même, elle se développe gentiment et prend de nouvelles proportions qui posent énormément d'attentes pour la suite.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mercredi 27 septembre 2017

Rai tome 2 - Second cycle : 4001 A.D. (Bliss Comics - Juillet 2017)


Dernier tome de la série.

Rai a été banni du Néo-Japon par Père après sa trahison. Exilé sur l'enfer que l'on appelle la Terre, il lutte aux côtés du Guerrier Éternel pour trouver le moyen de revenir sur la station orbitale du Néo-Japon afin de vaincre Père une fois pour toutes avant qu'il ne commette l'irréparable. Car pendant ce temps en effet, Père a été infecté par un virus informatique implanté par les rebelles, et pour s'en purger il fait pleuvoir des sections entières du pays-satellite sur Terre, dans un exode massif de sacrifices. Grâce à une technologie issue du passé, Rai parviendra à regagner le Néo-Japon avec ses alliés et il combattra Père pour la sauvegarde de ce qui peut encore l'être... mais Père entend bien garder jusqu'au bout le contrôle du pays, même si cela signifie qu'il doit le détruire pour que personne d'autre ne le possède.
Sur Terre, au sol, plusieurs civilisations s'éveillent alors que le Néo-Japon fend les cieux pour s'écraser un peu partout depuis son orbite lointaine. Des peuples survivants de l'holocauste se redressent enfin et apprennent à espérer à nouveau, en un avenir meilleur grâce à l'union des différentes forces et au retour de la Géomancienne, protégée par le Guerrier Éternel. Le monde est-il prêt à guérir, après tant de siècles de maladie et de misère ? L'occasion de faire un tour du côté des autres grands héros de l'éditeur Valiant et de constater leur situation en cette année 4001 catastrophique. Beaucoup ont changé, beaucoup sont devenus autre chose, de nouvelles incarnations de ce qui était par le passé, mais tous ressentent à nouveau l'appel de l'humanité et le besoin de repartir au front pour lutter pour la survie de tous.

J'ai enfin trouvé le temps de lire ce pavé magistral, et nom d'un positron qu'est-ce que c'était bon ! La fin de la série Rai elle-même se trouve dans les quelques chapitres de la première moitié de cet album magnifique, dessinés par Clayton Crain et Cafu et toujours sur un scénario de première classe écrit par Matt Kindt. 4001 A.D. c'est le retour de Rai au Néo-Japon pour l'affrontement final face à Père, c'est aussi la fin de toute une époque et le début d'une ère nouvelle, qu'on a très envie de suivre après tout ce qu'on vient de lire ! Pour nous en donner un aperçu édifiant, la seconde moitié de l'album est consacrée à d'autres séries de l'éditeur impactée par les événements du Second cycle, comme Bloodshot, X-O Manowar, Shadowman ou encore War Mother. Les dessins sont tous très bons, la cohorte d'artistes mobilisés pour l'occasion fait pâlir d'envie et le résultat crève les yeux, c'est magnifique et magistral du début à la fin. Une excellente fin de série qui annonce un renouveau et, peut-être, la venue d'un nouvel univers, avec de nouveaux héros succédant à ceux du passé. Une des meilleures lectures que j'ai pu suivre ces derniers mois !
Petite précision concernant les bonus : vous trouverez en fin d'album (une grosse fin) toutes les couvertures alternatives de la série et des autres invitées, ainsi que des pages crayonnées de toute beauté. La fameuse couverture spéciale Original Comics est également disponible à l'intérieur, donc vous ne regretterez pas forcément l'achat de la version normale.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mardi 26 septembre 2017

RG Veda tome 4 (Tonkam - Juillet 1996)


Nos héros font un détour par les régions du Nord afin de revenir sur les terres natales de Yasha-ô, son village, pour constater qu'il a été totalement détruit suite à sa rébellion contre l'empereur du ciel. Sur place les attend un autre guerrier de l'Ouest avec son armée, prêt à les tuer sur ordre de son commandant et de l'empereur, mais il aura vite fait de réaliser qu'il n'est pas de taille à lutter contre les pouvoirs de Ryu-ô et d'Ashura combinés, tandis que de son côté Yasha renvoie les attaques sans aucune difficulté. Cependant, quelque chose se trame dans l'ombre, Taïshaku-ten a en effet passé un pacte avec le démon régnant sur les terres désolées du grand Nord, au sein d'un gigantesque château de glace. Le démon souhaite s'emparer de Yasha afin de le dévorer et de s'approprier ses pouvoirs et sa longévité, grâce auxquels il sera alors l'égal d'un dieu. Pour sauver Yasha, capturé par le démon après lui avoir fait subir une cruelle illusion, Ashura accepte que Kujaku libère son plein potentiel lors de la cérémonie de succession de son épée maudite, qui fusionne alors avec le jeune homme et révèle sa véritable personnalité, violente et impitoyable. Tandis que le château de glace apparaît, Ashura achève ce qui reste de l'armée du guerrier de l'Ouest et le pulvérise lui aussi, avant de reprendre ses esprits et de partir à la recherche de Yasha, guidé par Kujaku alors que Ryu et Soma affrontent les démons qui émergent du château. La force de caractère et d'amitié d'Ashura réussira à libérer Yasha de ses entraves et le grand guerrier du Nord fait alors face au démon, qu'il met facilement en échec, avant de fuir avec Ashura pendant que le château disparaît dans les limbes. Après cette aventure, plusieurs questions restent en suspend : qui est véritablement Kujaku, qui semble en savoir très long sur la prophétie des Six Étoiles et sur les rituels interdits ? Quel est le plan de Taïshaku-ten concernant nos héros dans la suite de leur périple ? Et surtout, quels sont les autres membres des Six Étoiles ?

Réponses pour les prochains tomes, celui-ci se terminant sur le départ du petit groupe vers un autre territoire tandis qu'ils sont épiés par l'empereur du ciel et ses légions. Ce quatrième tome fait la part belle au personnage de Kujaku, toujours aussi ambivalent et mystérieux et qui dévoile une impressionnante partie de ses pouvoirs et capacités en affrontant le démon qui a enlevé Yasha. Est-il lui-même un démon, comme le soupçonne Ryu ? En tout cas il permet à Ashura d'exploiter son plein potentiel durant le combat, et il continue d'apparaître sur la route de nos héros de façon régulière, comme pour les guider vers leur destin. Que peut-il bien attendre de la prophétie ? Que de questions sans réponses pour l'instant, mais ça viendra. Un tome que les CLAMP ont voulu un rien plus centré sur certains personnages du récit pour l'instant, mais sans perdre de vue l'intrigue principale qu'on a hâte de voir aboutir.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

lundi 25 septembre 2017

La question du lundi n°54 : Un point sur l'organisation du blog


En ce nouveau lundi qui commence, n'ayant pas d'idée précise de question à explorer, je voulais faire un point avec vous lecteurs, anciens et nouveaux, sur l'organisation d'une semaine-type selon nos attentes.

Comme vous le savez, le lundi est réservé aux émissions en priorité, que vous retrouverez en format podcast audio sur YouTube sur notre chaîne. Mais quand il n'y a pas d'émission ni d'actualité, le lundi est aussi l'occasion de se poser des questions sur le monde qui nous entoure et notre chère culture geek. Questions qui ne répondent pas forcément à un besoin de correspondre à l'actualité, mais qui permettent surtout d'explorer des thèmes qui nous paraissent importants. A vous de juger bien entendu, comme d'habitude.

Le mardi est désormais une journée réservée aux anciens mangas, ce qui regroupe à la fois de très vieux mangas comme des récents pour lesquels notre chroniqueur rattrape son retard de lecture. Il s'agira de faire des résumés de chaque tome d'une série ancienne ou actuelle mais toujours légèrement dépassée par l'actualité récente. C'est d'une certaine façon une sorte de ''série à suivre'' sur le blog !

Le mercredi et le samedi comme depuis le début sont réservés aux comics, de préférence des œuvres qui viennent de sortir il y a peu, voir quelques semaines. Le but est de rester dans l'actualité toujours, en V.F., et de vous présenter les nouveautés dans ce secteur, sélectionnées par notre chroniqueur parmi plusieurs lectures dignes d'intérêt d'une façon ou d'une autre.

Le jeudi quant à lui refait un point sur les mangas en vous en présentant les plus récentes sorties, celles du mois en cours, à quelques semaines près toujours. Vous trouverez en cette journée les dernières parutions des séries suivies par notre chroniqueur, juste une petite sélection de tout ce que vous pouvez trouver dans cette industrie littéraire car, vous le comprendrez, on ne peut malheureusement ni tout acheter ni tout suivre à la fois.

Enfin, le vendredi depuis presque deux ans maintenant est réservé aux œuvres V.O., comics ou autres, mais principalement comics. Le but est ici de vous présenter des séries uniquement disponibles en version originale, principalement aux USA pour les comics, mais il peut arriver que l'on vous présente aussi des mangas pas encore parus chez nous ou d'autres œuvres V.O. selon nos envies. Rassurez-vous lecteurs de comics vous restez majoritaires donc vous aurez le plus souvent un comics à vous mettre sous la dent le vendredi. Aussi parce que le chroniqueur a un stock important de lectures à écouler... bref, vendredi c'est V.O. donc, on vous présentera des one-shot ou bien des séries complètes étalées sur plusieurs semaines, comme tout récemment avec la série Queen Sonja. Bien d'autres sont à venir, sachez par exemple que j'ai l'intention de lire et de vous présenter, si possible, la série des New52 oubliée chez nous Red Hood & the Outlaws de DC. Comme je le disais, d'autres séries seront à venir, chez différents éditeurs, principalement des indépendants tels que Dynamite ou Zenescope, des plus gros comme Image et bien entendu une ou deux série chez Marvel et DC pour faire un tour du côté de ce qui n'est pas paru ou pas encore paru chez nous.

Voilà, vous vous en doutez le dimanche reste une journée de pause, pour vous comme pour nous, et il faut en profiter. Peut-être l'occasion de faire vos propres expériences de lectures, de cinéma ou autre loisir, ou bien de lire des articles que vous aviez jusqu'ici zappé par manque de temps. En tout cas, nous resterons productifs le plus longtemps possible et tâcherons de tenir ce format d'organisation de la semaine, s'il vous convient. N'hésitez pas à nous faire des retours via les commentaires, il nous importera toujours de vous lire autant que vous nous lisez.

Et n'oubliez pas, faites-vous toujours votre propre avis et ne faites pas une confiance aveugle en celui des autres, même nous. Restez objectifs le plus possible et compilez le plus d'infos venant du plus de sites possible. A la prochaine !

samedi 23 septembre 2017

Spider-Man - Le pouvoir au peuple (Panini Comics - Août 2017)


Dans cet album de l'ère Un jour nouveau, Spider-Man va affronter plusieurs de ses ennemis classiques mais également faire la connaissance de nouveaux venus. D'abord une confrontation ratée avec Screwballs et son site internet à succès, puis une menace planant sur toute sa famille quand Kaine, un de ses clones, refait surface et fait équipe avec Raptor qui croit affronter Ben Reilly (clone de Peter lui aussi, vous suivez ?) qu'il rend responsable de tous ses malheurs. Et comme si ça ne suffisait pas on ajoute en prime un affrontement avec Norman Osborn et son armure d'Iron Patriot alors que Peter tente désespérément de trouver une preuve de la folie de Norman à balancer sur la toile afin que tout le monde puisse en être témoin. Mais que serait la vie du Tisseur sans quelques petites incartades ? Après tout, l'univers semble bien n'avoir jamais vraiment favorisé le héros au grand cœur, alors quand il se retrouve face à face avec Electro dont les pouvoirs deviennent de plus en plus instables, rien n'est joué d'avance. Electro doit absolument se procurer énormément d'argent pour se payer une opération très coûteuse qui pourrait lui rendre le contrôle de ses pouvoirs, et accessoirement lui sauver la vie. Pour cela, il devient le nouveau héros du peuple en incarnant la force du mouvement de contestation qui gronde contre les pontes de Wall Street. Face à un ennemi renforcé et avec une telle influence sur le public, Spidey va devoir prendre des gants et assurer malgré tout, même si cela veut dire qu'il y aura des dommages et victimes collatérales. En plus de tout ça, quelqu'un semble vraiment déterminé à rassembler plusieurs des anciens adversaires de l'Homme-Araignée dans un but encore inconnu mais qui n'augure vraiment rien de bon pour lui. Et comme si ça ne suffisait pas, la dernière histoire met le Tisseur aux prises avec l'Homme-Sable nouvelle mouture, plus puissant et dangereux que jamais lui aussi, mais étrangement doté d'un nouveau sens moral qui l'oblige à prendre soin d'une fillette qu'il considère comme la sienne, au point de supprimer toute personne lui voulant du mal ou désirant les séparer. Spider-Man va avoir le plus grand mal à rester héroïque en arrachant cette petite des mains du criminel tentant de se repentir, mais le sale boulot doit malheureusement être fait pour que la justice soit rendue et éviter qu'une innocente ne perde son travail.

Heureusement que par endroits les auteurs ont prévu de petites pauses reposantes où Peter peut goûter aux joies de faire équipe avec la Chatte Noire ou bien encore du travail bien fait. C'est une période de sa vie très difficile, où tout semble se liguer contre lui et où chaque artiste rivalise d'imagination pour lui pourrir la vie au sens propre. Mais bien entendu, notre héros préféré est toujours de taille à relever n'importe quel défi et il ne s'arrêtera jamais de se relever, quand bien même le monde entier serait contre lui. Vu le nombre d'artistes au menu de cet album il sera difficile de tous les référencer dans les libellés, alors les voici listés ici : au scénario – Dan Slott, Fred Van Lente, Mark Waid, Joe Kelly et Marc Guggenheim ; aux dessins – Adam Kurbert, Javier Pulido, Paul Azaceta, Eric Canete, J. M. Ken Niimura, Luke Ross et Marco Checchetto. Notre pauvre Peter n'est pas encore au bout de ses peines, car l'avenir lui réserve encore de bien dures aventures...

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

vendredi 22 septembre 2017

La V.O. du vendredi n°90 : Queen Sonja tome 6 - Heavy sits the crown (Dynamite - Avril 2014)


Dernier tome de la série.

Sonja est à présent l'impératrice d'Emora, après sa victoire écrasante face à l'empereur dément. Elle délègue ainsi la couronne de Sogorie à l'une des deux princesses qui l'accompagnent depuis le début de cette longue aventure, Suvara, tandis que sa sœur Melea est faite générale des armées d'Emora. Sa première mission consistera à s'introduire au sein du culte fanatique du sorcier Koliostri, avec l'aide de son compagnon Xander, fils de Zartur. A eux deux ils pénètrent au plus profond du temple où se cachent le sorcier et ses zélotes, et découvrent enfin l'horrible plan qu'il prépare pour asservir Emora par la peur et la violence. Pendant ce temps, Sonja elle-même est victime d'une tentative d'assassinat manquée de peu, et si elle parvient à s'en tirer sans mal ce n'est pas le cas de ses proches ou de l'assassin lui-même. Déterminée à mettre fin à ce cycle d'attentats meurtriers, Sonja fait mine d'abdiquer pour attirer Koliostri hors de sa tanière. Le sorcier se place sur le trône d'Emora et impose son culte sanglant à toute la population... mais bien vite il se rend compte que Sonja n'a pas abandonné la partie et qu'elle reviendra plus forte que jamais avec assez d'hommes fidèles pour vaincre l'armée de fanatiques. Défait et gravement blessé, Koliostri se retire donc et Sonja récupère son trône d'impératrice. Mais sitôt ce danger écarté, voici qu'un autre problème se pose : les nobles réclament d'elle qu'elle prenne un époux et donne un héritier à la couronne, pour asseoir sa lignée et la sécurité de l'empire. Alors qu'elle a fait le vœu de ne jamais se donner à aucun homme à moins d'être vaincue au combat, Sonja se prend à aspirer à une vie plus tranquille, surtout quand elle constate le bonheur rayonnant de Melea et de Suvara avec leur compagnons. Aussi l'impératrice organise-t-elle un grand tournoi pour lequel elle invite tous les princes des royaumes voisins à venir s'affronter dans l'arène pour obtenir la chance de se battre contre elle et, si possible, de la vaincre afin d'en faire son épouse. Mais ce qui était au départ une compétition chevaleresque tourne rapidement au drame quand certains princes sont retrouvés assassinés, par les armes ou le poison. Les royaumes en deuil déclarent aussitôt la guerre à l'empire d'Emora, qui se retrouve assiégé de tous côtés. Si l'on découvre rapidement le traître au sein des convives, cela n'arrête pas pour autant la guerre imminente aux portes de la capitale, surtout quand un nouveau joueur entre dans la partie : le roi autoproclamé de toute l'Hyrkanie, Sartor, se dirige droit sur la ville en rasant et détruisant tout sur son passage. Son armée sanguinaire ne fait montre d'aucune pitié, et les carnages sont légions. Acculée, Sonja abandonne bien vite son tournoi et cède la couronne impériale à Zartur, son plus fidèle conseiller, tandis qu'elle reprend la route en tant qu'aventurière à cheval après avoir souffert une nouvelle mort tragique. Sartor pensait affronter une reine, une impératrice en guerre, mais il va désormais devoir faire face à une rébellion au sein du peuple d'Hyrkanie qui rejette son régime autoritaire à la faveur de la liberté que leur offre Red Sonja, l'objet de toutes les légendes du pays. Par une habile manœuvre Sonja parvient à renverser l'équilibre des forces et à prendre le commandement d'une armée de citoyens en colère déterminés à s'émanciper du régime en place. Sartor est rapidement mis au bord du gouffre et la bataille finale a lieu devant les portes de la capitale d'Emora, défendue courageusement par Zartur et Suvara. Le couple royal remporte la victoire et célèbre en même temps la naissance d'un héritier au trône d'Emora, alliant les peuples de l'empire et de la Sogorie après des années de guerre. Sonja, quant à elle, renonce définitivement au trône et à toutes les responsabilités qu'il représente, et repart sur les routes en tant que simple aventurière, éprise elle aussi de liberté et prête à la défendre chèrement.

Ainsi se termine la chronique de la Reine Ecarlate, Red Sonja faite reine puis impératrice, pour finalement redevenir la légende que l'on connaît. Luke Lieberman termine avec brio cette série commencée quelques années plus tôt et en fait l'une des meilleures aventures de Sonja que j'ai pu lire jusque là, avec un dessin pas toujours égal ou à la hauteur mais qui, dans ce tome-ci en tout cas, reste cohérent et de bonne qualité grâce aux artistes Milton Estevam et Gledson Barreto qui lui succède pour le dernier chapitre. Un tome final plus épais que les autres de la série, le double environ, car il contient non pas un mais deux arcs majeurs, soit dix chapitres de plaisir et de batailles épiques. Comme d'habitude l'album contient les différentes couvertures de Lucio Parrillo et de certains de ses collègues, ainsi que la liste des différentes aventures de Red Sonja que vous pouvez retrouver dans le commerce et dans lesquelles piocher à votre guise. La série se termine en annonçant celle scénarisée par Gail Simone, que je vous chroniquerai également un de ces jours prochains. Merci de nous avoir suivi durant ces six dernières semaines pour cette belle aventure, ce gros chapitre de la vie de Red Sonja la diablesse à l'épée, et à très bientôt pour une nouvelle série !

jeudi 21 septembre 2017

Fire Force tome 3 (Kana - Septembre 2017)


La 8ème Brigade affronte la 5ème ! Après un début de combat difficile contre la torche humaine renforcée de la brigade ennemie, Arthur parvient à terrasser son adversaire en reprenant ses esprits juste à temps. Pendant ce temps Shinra lui est parvenu jusqu'au cœur du complexe de la 5ème Brigade, le manoir qui abrite le commandant Hibana et ses étranges pouvoirs, qu'il va devoir affronter de nouveau et tenter de vaincre pour libérer Sœur Iris. L'enjeu est de taille car il faut également découvrir ce que sait la 5ème Brigade au sujet du phénomène de combustion qui est à l'origine des torches humaines qui apparaissent un peu partout. Hibana accepte de confier le résultat de ses recherches à la 8ème Brigade, à la seule condition que Shinra la batte en combat singulier. L'occasion d'explorer le passé d'Iris et Hibana, et la tragédie dont elles ont été victimes et qui les a fait changer de voie. Une fois comprise la façon dont Hibana utilise ses pouvoirs sur le feu et la chaleur, Shinra parvient à la vaincre sans vraie difficulté, cette dernière refusant de se battre à mains nues. Comme le voulait leur marché, elle doit désormais coopérer à l'enquête de la 8ème Brigade sur les torches humaines et elle communique donc ses recherches, dont le résultat principal est sans appel : quelqu'un fait apparaître volontairement ces pauvres créatures, elles ne sont donc pas le produit d'accidents mystiques comme on le pensait au départ. Pour en savoir plus, il faudra se rendre sur le territoire qui voit le plus de torches apparaître, celui de la mythique 1ère Brigade ! Arthur et Shinra y sont envoyés en tant que stagiaires et confrontés très vite aux meilleurs éléments de cette unité d'élite, dont le commandant en personne face à qui personne ne fait le poids. Alors qu'ils se préparaient à poursuivre leur enquête discrètement, les deux compagnons d'armes sont mobilisés pour une intervention de la 1ère Brigade en ville, où Shinra découvre un suspect qui pourrait être à l'origine d'au moins d'une combustion... mais qui est-il réellement ?

Dans ce troisième tome le récit est plutôt orienté action et révélations, le rythme est soutenu et plutôt dense mais toujours facile à suivre. On sent que l'auteur s'éclate avec sa nouvelle série et qu'il n'a pas fini de nous étonner en inversant les situations et en prenant le lecteur par surprise grâce à ses révélations édifiantes sur le phénomène de combustion. Si le dessin n'est pas forcément au meilleur niveau, c'est en revanche un style très dynamique et efficace pour retranscrire l'action en cours. Quelques petits passages coquins par-ci par-là pour agrémenter le tout, et voilà vous êtes partis pour le tome 4, à venir prochainement !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mercredi 20 septembre 2017

All-new Avengers tome 1 - Rassemblement ! (Panini Comics - Août 2017)


Les Avengers ne sont plus. L'équipe historique s'est séparée, les différents membres ont chacun coupé les ponts, les deux Captain America ne se parlent plus et Tony Stark est quasiment fauché. Mais à nouvelle ère, nouveaux problèmes : Guerroyeur, un Chitauri des plus belliqueux, débarque sur Terre avec dans l'idée d'exterminer la population humaine et d'offrir la planète à son glorieux empire dévastateur. Sa rencontre avec celui qui s'avèrera être une partie de Kang le Conquérant le poussera à partir en quête de trois artefacts chitauris, qui fusionnés ensemble pourraient ouvrir une brèche dans l'espace-temps et libérer une armée sanguinaire sur la Terre. Parallèlement, le jeune Nova rencontre la jeune Miss Marvel, et le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils ne s'entendent pas tout de suite à merveille. Les quiproquos et incompréhensions s'accumulent jusqu'au moment où Iron Man et Sam Wilson, le nouveau Captain America, décident de reformer une équipe d'Avengers pour affronter les nouvelles menaces. Avec l'aide des deux jeunes gens ainsi que de Miles Morales, le Spider-Man plus jeune, et de la nouvelle Thor ainsi que de Vision, l'équipe est au complet et s'apprête à affronter Guerroyeur et Kang par la même occasion, pour préserver le présent et empêcher l'avènement d'un futur cataclysmique. Malgré les dissensions et une trahison inattendue, l'équipe semble finalement avoir trouvé son rythme de fonctionnement, même si tous les membres ne sont pas encore en osmose les uns avec les autres. Le temps viendra néanmoins où les héros devront se rassembler pour contrer une nouvelle menace... mais d'ici-là, ils vont devoir apprendre à vivre ensemble et à se faire confiance, au-delà des différences d'âges.

Je n'ai pas grand chose à dire sur cette nouvelle série Avengers à part qu'elle ne m'a pas spécialement enchanté, je dirai même qu'elle m'a ennuyé une bonne partie de la lecture de ce premier tome. Les personnages ne fonctionnent pas vraiment ensemble, je sais que c'est justement l'effet voulu mais c'est un peu lourdingue quand ça devient redondant, l'humour n'est pas au meilleur de ce que l'on peut trouver dans les séries All-new et le côté méta devient un peu lourd lui aussi au bout d'un moment. Je suis content de retrouver de nouveaux personnages dans la peau de Spider-Man ou Captain America, même Thor et Miss Marvel, qui sont plutôt bien traités dans l'histoire, mais à côté on trouve des dialogues inintéressants au possible et une intrigue assez fade au final. Clairement pas mon coup de cœur de la nouvelle ère Marvel, je ne sais pas si je continuerais la série à l'avenir mais je pense que lorsque les grands événements majeurs de l'éditeur arriveront elle sera plus lisible, voir potable.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mardi 19 septembre 2017

RG Veda tome 3 (Tonkam - Mai 1996)


Ashura parvient à éveiller la conscience du sabre sacré de sa famille déchue, et finit par en prendre possession. A cet instant, la vérité sur sa naissance lui est révélée par le sabre : né de l'union involontaire de sa mère et du seigneur Ashura-ô, il était destiné à mourir depuis le premier jour... jusqu'à ce qu'il ne soit sauvé in-extremis et maintenu en sécurité dans la forêt sacrée durant 300 ans, avant de s'éveiller à nouveau lorsque Yasha le trouva. A présent qu'il connaît la vérité, le jeune Ashura brûle de pouvoir accomplir la prophétie selon laquelle il libérera les cieux de la tyrannie de l'usurpateur Taïshaku-ten. Réconforté par Yasha, Ashura se remet de ses émotions et les deux compagnons reprennent la route de leur quête des Six Étoiles, en compagnie de Ryu qui a rejoint leur cause. Pendant ce temps, au palais céleste, une grande fête est donnée pour l'anniversaire des 300 ans de règne de Taïshaku-ten, une cérémonie durant laquelle beaucoup jasent à propos de la rébellion de Yasha et de la prophétie concernant le jeune Ashura. Pour faire taire les rumeurs, l'empereur ordonne que l'on amène au château la plus grande cantatrice de toutes les provinces, qui n'est autre que la jeune sœur gravement malade de la reine Karura, fidèle à l'empereur malgré les récents événements. Un voyage dont la pauvre petite risque bien de ne jamais revenir, car elle a besoin de rester au palais volant de sa famille pour respirer un air pur, sans quoi la maladie l'emportera fatalement. Mais la volonté de Taïshaku-ten n'est pas discutable, et malgré les avertissements de Karura sa jeune sœur sera sacrifiée pour le plaisir de l'empereur lors du dernier jour des festivités, devant la foule des invités. A partir de cet instant, Karura qui faisait jusque là partie des seigneurs fidèles à l'empereur lui vouera une haine éternelle et laissera la graine de la rébellion germer elle aussi dans son cœur.

A quoi peut bien jouer l'empereur Taïshaku-ten, nul ne le sait mais il est en train de creuser sa propre tombe en s'aliénant les services de l'un de ses généraux les plus fidèles et efficaces. Que cherche-t-il à provoquer ? Il n'est pas dur d'imaginer que Karura rejoindra bientôt les rebelles menés par Yasha et le jeune Ashura pour lui permettre d'accomplir la prophétie. Cela dit rien n'est encore joué et l'équilibre des forces penche toujours en faveur de l'empereur, il se pourrait donc que la situation connaisse quelques rebondissements prochains. Avec ce troisième volume riche en révélations et en trahisons, les CLAMP parviennent à donner un ton plus sombre à leur série, qui dès lors va évoluer sur le rythme d'une tragédie comme on les aime. La suite prochainement !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

lundi 18 septembre 2017

La question du lundi n°53 : Quel est l'intérêt des mises à jour ?


Les mises à jour, ou maj pour les intimes, sont de plus en plus présentes autour de nous : ordinateur, téléphone portable, consoles, jeux-vidéo, etc.

Celles-ci permettent d'ajouter, modifier de nombreux paramètres et il est parfois difficile d'en connaitre tous les détails.
La question du lundi portera sur quels intérêts y a t'il dans ces mises à jours omniprésentes ?

La définition même de mise à jour est donc de mettre à jour, d'actualiser et de faire évoluer un service, un outil informatique en téléchargeant les éléments nécessaires pour cela. Si l'on retrouve l'incontournable mise à jour sur l'ordinateur régulièrement (qui peut être bloquée si souhaité), le système de mise à jour tend à se généraliser notamment dans les jeux-vidéo et cela à plusieurs niveaux notamment lors de la sortie d'un nouveau jeu, il n'est pas rare de voir apparaitre une maj afin de corriger divers bugs ayant été repérés ou signalés par des joueurs afin d'améliorer la qualité du jeu.

Les effets de la maj, en règle générale, ne sont pas vraiment perceptibles mais elle peut avoir des effets bien plus visibles notamment si la maj impacte le gameplay du jeu. Ainsi les maj dans les jeux de combat peuvent avoir des répercussions énormes puisqu'elles peuvent augmenter (buff) ou diminuer (nerf) l'efficacité d'un personnage. Le personnage peut ainsi voir ses combos modifiés et il faut donc réapprendre à contrôler le perso en question.

A noter que dans ce type de cas, les maj doivent être appliquées afin de pouvoir continuer à jouer en ligne, voir même pour continuer à jouer tout court.

Il n'est pas chose aisée de connaitre les modifications d'une maj, les détails de celles-ci étant généralement indigeste, la plupart des personnes afin d'écourter cette corvée décide de passer directement à la phase d'installation sans savoir réellement ce qu'ils font.

L'information circulant de plus en plus vite, les maj permettent de réagir le plus rapidement possible afin de régler divers problèmes. Toutefois, celles-ci ne sont véritablement intéressantes qu'à partir du moment où elles fournissent une aide au consommateur/joueur pour effectuer des ajustements,
fournir l'accès à de nouveaux contenus ou bien encore pour se débarrasser de bugs nuisant au bon fonctionnement.

Lorsque les maj ne tiennent pas compte de cela et sont faites de manière unilatérale ou bien lorsqu'elles forcent à être acceptées pour pouvoir continuer à faire fonctionner l'ensemble, la maj devient alors une contrainte et perd son sens premier.

Les maj font partie intégrante de notre technologie, à nous d'être vigilants et attentifs dans leurs applications même si cela reste un exercice fastidieux.

samedi 16 septembre 2017

All-new Iron Man tome 1 - Reboot (Panini Comics - Août 2017)


Tony Stark est redevenu le playboy milliardaire philanthrope que l'on connaît, sa période du mauvais côté de la vie semble lui être passée, mais il a encore quelques difficultés à gérer sa nouvelle vie. Sa technologie est dépassée, il doit donc entièrement la repenser et se créer une toute nouvelle armure capable de supplanter toutes les autres versions à elle seule. Un défi qu'il relève haut la main, juste à temps pour enquêter sur la réapparition de Madame Masque, Whitney Frost, alors qu'elle tente de dérober de puissants artefacts magiques et technologiques un peu partout dans le monde. En la traquant, Iron Man va se retrouver en Latvérie, au cœur des ruines du Château Fatalis... et faire la rencontre inattendue du Docteur Fatalis en personne, nouvelle mouture. Ayant regagné son visage et ses pouvoirs, Fatalis propose contre toute attente un partenariat au héros en armure, pour l'aider de son mieux grâce à ses dons mystiques. Incapable de l'arrêter ou même de l'appréhender, Tony accepte le marché et fait désormais équipe avec celui qui il n'y a pas si longtemps était encore le pire de tous les super-vilains du monde. A quoi joue donc Victor Von Fatalis ? Essaie-t-il de racheter ses fautes passées en faisant le bien dans ce nouveau monde issu de Secret Wars ? Quoi qu'il en soit, il fait patte blanche auprès de notre héros, qui n'a guère le choix d'accepter ou de refuser son aide. Par sécurité, Tony demande tout de même au Docteur Strange de surveiller les activités et apparitions magiques de Fatalis, mais celui-ci s'avère tout aussi incapable de pister l'ancien vilain que Stark, qui doit donc lui faire confiance pour la première fois de sa vie. Après un rude combat contre une escouade de ninjas en armures high-tech, Iron Man parvient à retrouver la trace de Madame Masque à Chicago, dans le nouveau club ouvert par Mary-Jane Watson loin de toute activité super-héroïque. Grâce à l'intervention de Fatalis, Madame Masque est vaincue et son plan arrêté de justesse avant qu'un démon ne parvienne à se glisser dans notre réalité. Mais sitôt la victoire acquise, Fatalis s'évanouit à nouveau sans que l'on parvienne à le repérer. Le Docteur Strange prend en charge Madame Masque le temps de la soigner de sa possession, quant à Tony Stark il fait à Mary-Jane une offre qu'elle ne peut refuser...

La série porte-étendard de l'ère post-Secret Wars All-new Marvel commence à tout berzingue en réunissant deux des êtres les plus intelligents et redoutables de l'univers Marvel au sein d'une même aventure. Iron Man fait équipe avec le Docteur Fatalis, et il n'est pas au bout de ses surprises ! Le scénario est signé Brian M. Bendis évidemment, le seul assez fou pour concevoir pareille situation, et réussir à la mettre en scène avec brio à l'aide de dialogues qui font mouche, l'humour toujours omniprésent au bout du crayon. Le dessin quant à lui est signé David Marquez, dans un style dynamique qui met bien en valeur les personnages et les décors, ainsi et surtout que cette toute nouvelle armure. Reboot réussi donc, un Tony qui nous fait plaisir en redevenant un personnage potable et confronté à des mystères dont il n'a pas encore fini d'entendre parler. Une très bonne série, un poil moins aisée à la lecture que All-new Amazing Spider-Man mais tout aussi fun.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

vendredi 15 septembre 2017

La V.O. du vendredi n°89 : Queen Sonja tome 5 - Ascendancy (Dynamite - Février 2013)


La Sogorie se remet difficilement des derniers événements, l'attaque de Thulsa Doom et de son dieu sombre, et le peuple manque cruellement de nourriture et s'apprête à se rebeller ouvertement contre la reine. Sonja n'a pas d'autre choix que de tenter de taxer davantage le baron de l'Est, Zartur, qui a accumulé suffisamment de provisions et de richesses pour tenir un bon moment. Mais contrairement à ce qu'elle avait envisagé, Sonja se rend compte que Zartur est un sujet loyal et s'avère prêt à partager ses richesses avec le reste du peuple de Sogorie, à une condition : que Sonja le suive dans une guerre sans merci contre l'empire voisin d'Emora, le grand ennemi dont l'on redoute en permanence le prochain mouvement. Séduite par l'idée d'enfin mettre un terme à ce règne de terreur, Sonja accepte et entame les préparatifs pour une guerre comme la Sogorie n'en a encore jamais vu, une guerre durant laquelle les maigres forces du royaume affamé suffiront à déstabiliser tout un empire en jouant sur les rivalités des seigneurs et des royaumes conquis. Les envoyés de Sonja monteront les seigneurs de l'empire les uns contre les autres, tandis que l'empereur Antonius perd peu à peu le soutien du peuple et de son sorcier, qui prépare dans son dos l'avènement d'un nouvel héritier du trône. La stratégie de Sonja est claire : pendant qu'elle divise les forces d'Emora, elle s'allie également aux autres ennemis de l'empire et leur propose une part égale du butin et de la gloire lors de la grande victoire, qui aura lieu au sein-même de la capitale d'Emora, Nicolla. Antonius, pendant ce temps, parvient à rassembler une armée suffisante pour marcher sur la Sogorie, défendue par l'une des princesses se faisant passer pour Sonja afin de tromper l'ennemi. Lorsque la ruse est éventée, il est malheureusement trop tard car la véritable Sonja se trouve déjà au cœur de Nicolla, s'emparant du trône sans difficulté et libérant les esclaves d'Emora sur son passage, autant de nouvelles troupes avides de vengeance et de liberté. Disposant désormais de la capitale, du trône ainsi que du trésor impérial, Sonja lance un ultime défi à Antonius : un combat entre eux seuls, face à face, pour régler une fois pour toutes le sort des nations en guerre. Abandonné par son sorcier, désavoué par une partie de ses troupes, trahi par certains généraux, Antonius est acculé au pied du mur et accepte le duel, prêt à mettre toute sa hargne et sa fureur dans ce dernier combat face à celle qu'il redoute et déteste le plus au monde. S'il triomphe, il s'emparera de l'ensemble des nations entrées en guerre avec son empire branlant. Si Sonja triomphe, en revanche, Antonius perdra non seulement son trône et son empire, mais également la vie, en punition de ses nombreux crimes. Les deux ennemis de toujours se font alors enfin face, et tout se décidera à l'issue de ce duel de titans.

L'issue du duel, je la garde secrète afin de ne pas gâcher tout l'effet, mais sachez qu'il ne s'agit que de l'avant-dernier tome de la série, les aventures de la reine écarlate se poursuivront encore durant un ultime tome avant que nous ne rencontrions le point final. Luke Lieberman met pour l'instant un terme à l'intrigue majeure de la série qui courait depuis le premier tome, sur des dessins de Fritz Casas que personnellement je trouve moins bons que ceux de Mel Rubi, j'espère que la conclusion de la série sera mieux dessinée, à la hauteur de ce que l'on a déjà vu sur le personnage de Sonja à travers ses multiples aventures. Plus qu'un tome désormais, encore une petite semaine, et vous saurez enfin ce qu'il advient de la reine Sonja de Sogorie au terme de la guerre.

jeudi 14 septembre 2017

Les Mémoires de Vanitas tome 2 (Ki-Oon - Septembre 2017)


Dans ce second volume de la série, Vanitas et Noé seront rejoints par la cabotine Dominique de Sade, héritière de la célèbre famille vampirique. Avec elle, ils se rendront en Altus, le monde des vampires, afin d'en apprendre davantage sur leur étrange ennemi corrupteur. Si tout laisse à penser que le Charlatan n'est qu'une fiction, c'est aussi le cas des pouvoirs de Vanitas tirés de son mystérieux grimoire. Le comte Orlok, protecteur de Paris, n'est pas encore tout à fait enclin à croire en la version du jeune humain se présentant comme médecin spécialisé des vampires, et il les tient à l’œil lui et ses compagnons. Mais en Altus, tout va changer et le drame se reproduire, comme bien des années auparavant quand Noé venait d'être recueilli par la famille de Sade. A cette époque, Noé et Dominique côtoyaient également le grand frère de celle-ci, Louis, atteint d'une étrange maladie qui se révèlera bien vite être la fameuse malédiction dont sont frappés certains vampires à cause de la lune bleue. Poussé par les pouvoirs du Charlatan et sa propre capacité d'explorer les souvenirs d'autrui, Noé va plonger à nouveau dans son passé et revivre la mort tragique de son meilleur ami, sans qu'il ne puisse le sauver. Vanitas quant à lui est pris à parti par Dominique, qui tient à s'assurer que son ami d'enfance ne suive pas n'importe qui. Le jeune humain va d'ailleurs profiter du bal qui se donne pour révéler sa propre existence au reste de la communauté vampirique, quitte à déclencher la fureur de ceux-ci à la simple évocation du nom du véritable Vanitas de la Lune Bleue. Le Charlatan et ses hommes sont également présents et activent la malédiction qui pèse sur plusieurs invités, qui se changent alors en bêtes féroces avides du sang de leurs semblables. Pour combattre la malédiction Vanitas va devoir faire vite, car elle se répand de plus en plus et se renforce à mesure que le temps passe. Incapables d'arrêter le Charlatan, Noé et Vanitas le regardent disparaître impuissants, mais jurant une fois de plus de le retrouver et de venger toutes ses victimes. C'est maintenant au tour de Noé de se tourner vers Vanitas en quête de réponses... des réponses qu'il sera peut-être douloureux d'entendre.

Jun Mochizuki poursuit sa seconde série avec beaucoup de talent, visuellement sans problème tout est très clair et aisé à suivre, les décors sont somptueux de même que les tenues des personnages qu'elle adore mettre en scène. Le scénario tient la route et parvient à surprendre le lecteur plus d'une fois malgré les ficelles désormais connues de l'auteur grâce à Pandora Hearts, on se prend toujours au jeu et on admire la virtuosité avec laquelle elle parvient à faire évoluer ses personnages et les situations qu'ils vivent. D'un simple souvenir nous parvient soudain un torrent d'émotions diverses, le lecteur est projeté au cœur de l'intrigue et du drame qui se joue sous ses yeux. Un très bon manga en devenir, qui fait beaucoup penser à sa manière à D.Gray-man dans un style tout de même assez différent. C'est vrai qu'entre le Charlatan et le Comte Millénaire, il y a quelques points communs qui n'échapperont pas à un fan en recherche et en demande.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mercredi 13 septembre 2017

All-new Amazing Spider-Man tome 1 - Partout dans le monde (Panini Comics - Août 2017)


Les choses ont bien changé depuis la fin de Secret Wars. Peter Parker est désormais redevenu Spider-Man, mais également le patron d'un puissant empire technologique, Parker Industries, dont le crédo est de faire de ce monde un monde qui mérite d'être sauvé. Utilisant ses connaissances et ses capacités à leur maximum, Peter est rapidement devenu un capitaine d'industrie avec lequel il faut compter, ainsi qu'un allié indispensable du S.H.I.E.L.D. Mais il s'est aussi fait de nombreux ennemis, à commencer par la mystérieuse organisation terroriste du Zodiaque, dont les membres font tout leur possible pour tenter de récupérer et d'infiltrer la technologie Parker. Aucun des terroristes capturés n'a pu parler car le Zodiaque se montre impitoyable avec ceux qui sont responsables d'un échec. Pendant que Spider-Man et les agents de Nick Fury enquêtent et tentent de remonter la piste jusqu'aux cerveaux de l'organisation, Peter Parker doit faire face aux nombreuses attaques dont sa société est victime, et prendre parfois de lourdes décisions pour assurer un avenir à toutes les personnes qui sont placées sous sa protection. Quelqu'un cependant donne du fil à retordre à notre héros depuis l'intérieur de l'entreprise, quelqu'un qui n'hésite pas à pirater les réseaux de sécurité et à reprogrammer les protocoles de l'entreprise pour ses propres fins. Si Peter pense finalement avoir réussi à trouver le coupable, il ignore que dans son dos un ancien ennemi fait progressivement son retour... et puisqu'on parle d'ennemis, Norman Osborn semble lui aussi être de nouveau de la partie et envoie ses guerriers Bouffons saboter les sites de construction écologique de Parker Industries en Afrique. Et comme si ça ne suffisait pas, voilà qu'un individu des plus mystérieux recrute peu à peu les ennemis bien connus de Spider-Man que sont le Rhino et le Lézard, dans une perspective encore inconnue...

La crise de confiance est mondiale avec l'attaque des forces du Zodiaque sur le réseau de Parker Industries, mais Peter sait qu'il est de taille à les affronter et qu'il est très bien secondé et accompagné. La philosophie de son entreprise repose sur celle que lui a enseigné il y a bien longtemps l'Oncle Ben, avec en plus la possibilité de donner à chacun une seconde chance. La série est vraiment très fun à lire, facile et bourrée d'humour comme de situations plus sérieuses, on se désolera simplement de l'absence d'amoureuse au bras de notre héros... M-J, tu nous manques cruellement depuis si longtemps...
Mais passons, car pour l'instant Peter est bien trop occupé pour s'offrir le luxe d'une vie privée. Les dessins sont dynamiques, entraînants et clairs, bref tous les ingrédients sont réunis pour une série qui décolle très haut dans l'estime des lecteurs, et qu'il nous fera plaisir de vous chroniquer ici sur Radiophogeek à chaque nouveau tome !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mardi 12 septembre 2017

RG Veda tome 2 (Tonkam - Novembre 1995)


Yasha et le jeune Ashura sont en route pour les terres de l'Ouest, où les attendent de nouveaux alliés dans leur quête des Six Étoiles pour arrêter l'usurpateur du trône d'Empereur du Ciel. En chemin ils feront la rencontre de Soma, une jeune femme guérisseuse et guerrière à la discrétion inégalée dont le clan fut lui aussi autrefois massacré par les troupes de l'empereur. Déterminée à se venger, elle rejoint donc le petit groupe qui continue sa progression vers l'Ouest, à la recherche de l'épée légendaire du clan Ashura, qui pourrait permettre au jeune prince de prendre l'avantage sur ses ennemis résolus à le détruire coûte que coûte. En apprenant la mort de Gigei, dont il se sentait très proche, Ashura jure de la venger elle aussi et de devenir plus fort afin que plus personne autour de lui n'ait à mourir pour le protéger. Mais malgré cela, il sera capturé par l'un des seigneurs de l'Ouest, qui projette de s'emparer de l'épée sacrée des Ashura afin de tuer lui-même l'Empereur du Ciel. Pour approcher l'épée, il a besoin du jeune Ashura et le garde donc prisonnier jusqu'à la grande cérémonie qui doit avoir lieu pour la libérer de son cocon protecteur afin qu'elle rejoigne son véritable élu. Pendant ce temps, Yasha et ses alliés font face à une des armées de l'Ouest, dont le commandant a juré de ramener la tête des rebelles à l'empereur et ses généraux. Le combat s'engage et tourne rapidement en la faveur de Yasha et du jeune prince Ryu du palais des Eaux. A eux deux, ils font reculer la petite armée et mettent en péril le commandant trop sûr de lui, mais les choses peuvent déraper à tout moment, tandis qu'en sous-sol Ashura apprend le triste récit de sa mère et de sa tante, séparées par leurs ambitions et leurs vœux.

L'histoire se met toujours en place gentiment, on rencontre déjà de nouveaux alliés dans la quête de Yasha et d'Ashura pour réunir les Six Étoiles, on se familiarise tant qu'on peut avec les nouveaux personnages et surtout on en apprend davantage sur le fonctionnement de cet empire si vaste et de ses multiples divisions. Les CLAMP savent maintenir le lecteur en haleine en lui offrant tour à tour des révélations et de l'action, ainsi que des moments plus posés et plus tendres durant lesquels l'intrigue continue de se développer. Quant au dessin il devient toujours plus beau et lisible à mesure que le temps passe, preuve qu'il s'agit d'une belle série !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

lundi 11 septembre 2017

La question du lundi n°52 : Le gamescore change-t-il notre façon de jouer ?


Le succès, que ce soit avec le sexe opposé (voire le même, restons ouvert !), via les activités sportives ou le travail, quelque part on le recherche tous un peu. Les concepteurs de jeux vidéoludiques et de machines qui vont avec l'ont bien compris. Alors, que ce soient des achèvements, des succès, des trophées ou tout simplement un score, nos jeux-vidéos présentent quasiment tous cette même fonction. Certains la renient comme d'autres l'adorent. Cette fonction qui a pour objectif de nous maintenir accrochés au jeu, induit (parfois) un système de compétition via une comparaison des scores aux autres joueurs.
Nous sommes lundi et la question du jour sera : Le gamescore change-t-il notre manière de jouer ? Comme à l'habitude nous commencerons notre étude par un petit historique avant de revenir sur le présent et de proposer une réponse qui reste subjective.

Dans les années '50, sont inventés les premiers jeux-vidéos. À cette époque ils reprenaient des petits jeux de plateau, type morpion ou jeu de Nim, pas de score, juste un vainqueur et un vaincu. En à peu près vingt ans les jeux vidéos vont évoluer à travers des conceptions 2D, du type Spacewar et/ou Space Travel. Apparemment il n’y a là pas encore de système de points. Il faudra attendre les années '70, où les premières bornes d'arcades voient le jour, pour voir apparaître de vrais systèmes permettant un scoring poussé. Ces bornes se retrouvent dans des salles d’arcade et proposent un panel de jeux contre une petite pièce (les plus jeunes ne les auront pas connues).
Certains titres de cette époque sont devenus légendaires, on peut citer le grand succès de Spaces Invaders (1978), entre autre très connu, le Pacman (1980). Ces titres présentent un jeu sans fin, où le joueur est destiné à perdre quoi qu’il arrive (c’est triste), mais il faut avant cela marquer le plus grand nombre de points. Et si par chance ou technicité développée on arrive au meilleur score, notre nom figure en haut du classement. Les portes de la gloire s’ouvrent alors, jusqu’à ce qu’un autre vienne nous voler la vedette.

Les terriens de cette époque se souviendront des légendes de l'arcade, des rois de la borne aux scores incroyables, ainsi que de l’envie intarissable de devenir le champion ne serait-ce que pour un jour ou moins. Déjà à cette époque la compétition était rude. Aujourd’hui on pourait considérer l’Esport comme le descendant logique de cette époque glorieuse (encore que le score n’est pas toujours moteur de la compétition). Il n'y a donc pas qu’en 2017, que quasiment l'ensemble des supports proposent un système de scoring. Par contre la petite image avec une coupe et/ou un nombre de points, autrement appelé le succès ou trophée, c’est nouveau.

Cette première approche permet de constater que le scoring n’est pas phénomène nouveau, mais plutôt le perfectionnement d’un ancien système assez restreint en terme d’échange. Les anciens jeux et anciennes consoles n’avaient pas spécialement besoin d’un système de score, comme l’échange de ses réussites s’arrêtait au cercle de notre communauté. Cependant avec l’avènement d’internet partager ses réussites devient presque automatique. Ce phénomène est bien intégré depuis la 6ème génération de console, qui ont, elles aussi adopté le scoring comme fonction. Mises fortement en avant chez Xbox via les points de succès ou « g » (d’ailleurs le champion du monde a plus de 1 600 000 g et a fait l'objet de l'actualité, car il a un concurrent qui le talonne). Chez Playstation ce sont les trophées qui dominent, via leur rareté, or, argent ou bronze. Pas de score, pas de compétition ? Si, si y’a aussi un système de niveau (je crois). D'autres suivent le pas sur PC avec les plates-formes de téléchargement, Uplay propose de cumuler des points « u », Origin des points de succès (et non pas des « o ») et Steam propose des niveaux (cependant ces derniers ne dépendent pas totalement d’un score de jeux). En bref tout le monde s’est mis au scoring !

Alors a-t-on changé nos habitude de jeux pour être le meilleur ? Peut être, quand on observe avec effroi que malgré tout nos efforts, on n’a toujours pas passé la barre des 35 000 g, alors que d’autres ont déjà plus de 1 000 000 de g, un élan de compétition peut naître et réveiller l’envie d’être encore meilleur dans la discipline. C’est qu’avant le partage des scores sur internet la compétition était assez limitée. Encore une fois on peut aussi ne pas prendre en compte cet aspect et se dire tout simplement : « bon 1 000 000 de g c’est bien tant mieux pour lui ! ».

Le tout est de savoir, si vous voulez vous prendre au jeu de cette compétition, allant jusqu’à jouer au titre que vous n’aviez pas en vue juste pour les succès ou trophées (ce qui est au mieux pour les affaires de nos amis les concepteurs) ou pas. Tout dépend de votre histoire avec l’univers virtuel.

samedi 9 septembre 2017

Superman Rebirth tome 1 - Le fils de Superman (Urban Comics - Juillet 2017)


Le Superman de la Renaissance n'est plus, emporté par de trop nombreux combats et une terrifiante épreuve. C'est désormais au tour du Superman de l'ère Classique, qui vivait avec sa femme et son fils incognito sur Terre, de reprendre le flambeau et de redevenir Superman, le plus grand des super-héros. Mais avant de se dévoiler au reste du monde, il doit d'abord veiller sur la sécurité de sa famille, sa femme Loïs Lane ainsi que leur fils Jonathan, qui pour sa part apprend encore tout juste comment utiliser ses pouvoirs et doit rester discret devant le reste du voisinage. Alors, quand survient soudain une nouvelle version de l'Eradicator, androïde Kryptonien conçu pour stocker l'essence vitale de ses congénères organiques, il est temps pour Clark, Loïs et Jon de faire front commun comme jamais et de défendre leur famille ainsi que le reste du monde. Le combat sera rude, mais Jon sait qu'il peut compter sur son père pour le protéger mais également le former, lui apprendre à utiliser ses pouvoirs et à unir le meilleur de ses deux héritages. Si Wonder Woman et Batman gardent un œil très critique et réservé sur ces nouveaux héros, ils sont bien obligés d'admettre qu'ils ont grandement besoin de leur aide. Pour le meilleur et pour le pire, la Terre a désormais un nouveau Superman pour veiller sur elle, ainsi qu'un Superboy prêt à faire ses preuves !

Suite de l'épisode 0 présent dans le recueil DC Univers Rebirth ces épisodes-ci nous présentent la nouvelle série Superman qui mixe le meilleur de l'ancienne et de la nouvelle ère. On retrouve avec grand plaisir et un peu de nostalgie le Superman de l'ère Classique pour remplacer celui de la Renaissance, accompagné de son fils Jon qui apparaît immédiatement touchant et attachant. On a hâte de connaître la suite de leurs aventures maintenant qu'ils se sont officiellement déclarés et présentés au monde et à la Ligue de Justice, mais il faudra attendre le prochain tome pour cela. D'ici-là on peut savourer les superbes couvertures de ces quelques chapitres, réunies en fin d'album, ainsi qu'une partie du script et des pages crayonnées du plus bel effet. Peter J. Tomasi prouve plus que jamais que Superman peut être un excellent personnage à écrire et à développer, à condition d'être bien accompagné et soutenu dans cette tâche, ce qui est le cas ici.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

vendredi 8 septembre 2017

La V.O. du vendredi n°88 : Queen Sonja tome 4 - Son of Set (Dynamite - Août 2012)


Du plus profond des ténèbres souterraines s'élève un ancien ennemi, ramené à la vie par d'antiques et terrifiants pouvoirs issus d'une divinité oubliée, désirant renaître et soumettre le monde entier à sa volonté. Thulsa Doom, le grand sorcier noir, se relève d'entre les morts et se voit régénéré par son dieu, Set, en échange de la promesse de lui offrir l'occasion de mener le rituel impie qui lui permettra de s'échapper de la prison dans laquelle les anciens Atlantes l'ont enfermé voilà bien des siècles. Alors qu'en surface Sonja mène de front une nouvelle guerre contre l'empire d'Emora, Thulsa Doom met son plan en application et parvient à faire empoisonner la reine écarlate, qui dès lors n'est plus de taille à empêcher son retour et la prise de contrôle de sa capitale bien-aimée. L'empire d'Emora se joint aux forces de Doom pour s'emparer du royaume de Sogorie, tandis que la reine est contrainte de fuir et de recouvrer patiemment ses forces pour l'heure de la revanche, toute proche. Thulsa Doom réduit la population de Sogorie en esclavage et s'en sert pour ses rituels infernaux, alors que sa confiance en son dieu commence doucement à s'ébranler et qu'il prépare de son propre côté son ascension au rang de plus grand sorcier de la Terre. Aidée par une poignée de combattants loyaux, puis par les seigneurs de l'Est restés fidèles ainsi que par un Cimmérien au grand cœur, Sonja se redresse et entreprend la reconquête de la Sogorie, ne montrant aucune pitié envers les créatures de Doom et de son dieu maudit. L'heure de l'affrontement final est proche désormais, Thulsa Doom prépare ses propres forces afin de combattre et de détruire sa farouche ennemie, qui de son côté est bien décidée à le renvoyer au trépas le plus rapidement possible. Mais après quelques trahisons et tragédies, les choses semblent pouvoir retrouver leur cours habituel et la Sogorie être restaurée, malgré le malheur qui frappe sa population. Sonja se voit obligée d'exiler une partie de ses sujets dans les lointains déserts du Nord, afin de préserver le reste du royaume du fléau qui grandit en eux. La reine écarlate regagne son trône et parvient à chasser les troupes d'Emora jusqu'à la frontière, mais la guerre est loin d'être terminée et la guerrière se prend à imaginer une vie où elle ne soutient pas sur ses épaules le poids du manteau et de la couronne...

Quatrième tome et les choses sérieuses arrivent à grand pas dans ce scénario en cinq chapitres signé Arvid Nelson et dessiné par Edgar Salazar. Cinq chapitres qui se lisent très facilement et rapidement, bourrés d'action et de rebondissements, avec une Sonja tiraillée par les affres du pouvoir et un Thulsa Doom revigoré qui n'attend que l'occasion de se venger d'elle. Tout est réuni pour une belle histoire, épique et rondement menée du début à la fin, un nouveau chapitre à ajouter au récit légendaire de la reine écarlate de Sogorie. Bientôt viendra le temps de la bataille finale contre l'empire assassin d'Emora, mais pour l'heure Sonja se concentre sur la reconstruction de sa capitale et de son royaume, arrachés aux forces du Mal, mais pour combien de temps encore ?

jeudi 7 septembre 2017

Saint Seiya - The Lost Canvas Chronicles tome 16 (Kurokawa - Août 2017)


Dernier tome de la série.

La bataille finale pour la sauvegarde du Sanctuaire est lancée, Hakurei affronte le Chevalier d'Or du Bélier ayant pris possession des esprits de ses frères d'armes, Gate Guard. Alors que tout semble pencher en faveur du Chevalier d'Or renégat, c'est soudain Hakurei qui prend l'avantage en usant d'une technique réservée au seul Chevalier de l'Autel, une technique qui permet de disperser la cosmo-énergie d'un chevalier et de la renvoyer dans le flux divin. Gate Guard, désormais aussi faible qu'un humain normal, ne parvient plus à supporter et à maîtriser son armure d'or et disparaît tout à coup grâce à l'apparition inespérée d'un sauveur, le Chevalier d'Or de la Balance. Problème, il n'y a plus eu de chevalier de ce signe du zodiaque depuis des années. Qui donc est ce nouvel ennemi qui possède le contrôle des différentes armes de la Balance ? Sage et Hakurei devront rejoindre le palais du Grand Pope avant que ne soient lancés sur la Terre les terribles forces des Chevaliers d'Or possédés, prêts à s'emparer du monde pour y imposer une paix forcée. Là, les jumeaux découvriront l'horrible vérité : le Grand Pope Itia, décédé, est revenu à la vie par l'effet de la noire magie d'Hadès et de ses servants, et a décidé après 250 ans à lutter pour préserver un monde qui ne fait que s'entredéchirer, que l'humanité ne valait pas le coup d'être éclairée et qu'il lui fallait imposer la paix par la force, sur l'ensemble de la planète. Sage et Hakurei vont devoir lutter contre celui qui fut autrefois leur mentor et qui leur enseigna la voie de la justice et de l'équité, un Grand Pope usé et éreinté par des années de désespoir et ayant cédé à ses mauvaises pensées. Parviendront-ils à le ramener sur le droit chemin et à enrayer la progression des Chevaliers d'Or possédés avant qu'ils n'asservissent le monde tout entier ?

Shiori Teshirogi nous fait ici ses adieux aux fans de l'univers Saint Seiya, après presque 12 ans de travail dessus et deux séries, rien que ça. En bonus de ce dernier tome vous retrouverez avec grand plaisir une petite encyclopédie de tous les personnages apparus dans The Lost Canvas ET The Lost Canvas Chronicles, comme on avait eu du temps de Kana sur la toute première série Les Chevaliers du Zodiaque. Avec ce dernier tome, c'est tout un pan de la saga qui se referme, laissant désormais le futur de Saint Seiya Omega poursuivre l'aventure dans sa propre direction. Un grand merci à Shiori Teshirogi, qui nous aura fait vivre passionnément le quotidien et les conflits de ces grands Chevaliers d'Or du passé, tout comme l'ensemble du Sanctuaire. On retiendra un dessin clair, précis et harmonieux, facilitant grandement la lecture de l'ensemble. Merci beaucoup Kurokawa pour ces deux séries exceptionnelles !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mercredi 6 septembre 2017

Blackest Night tome 2 - L'armée des Ténèbres (Urban Comics - Avril 2013)


L'heure de la confrontation finale a sonné. Nekron est revenu d'entre les morts, seigneur du trépas, et il entreprend de détruire toute forme de vie en s'attaquant à la Terre, la planète source de tout. L'ensemble des Corps est mobilisé, tous les effectifs doivent s'allier et rejoindre la Terre au plus vite pour combattre les hordes de Black Lanterns morts-vivants, tandis que les Gardiens autorisent de nouveaux membres à intégrer en urgence les Corps grâce aux différents anneaux, ce qui pourrait permettre de renverser la vapeur. Mais voilà que Nekron lâche sur ses adversaires, tous unis face à lui, la toute-puissance de la Mort en personne, qui fait ployer les cœurs et sombrer les esprits de tous ceux qui redoutent cet instant fatidique. Hal Jordan est alors contraint de renoncer à une vieille promesse et de redevenir son pire cauchemar, le destructeur incarné sous l'union avec Parallax ! Quoi qu'en disent les Blue Lanterns, l'espoir de vaincre est bien mince devant tant de menaces et de dangers qui s'annoncent, se combattent dans un chaos terrifiant au sein d'une ville qui a déjà connu le pire et le retrouve à présent comme l'ensemble de la planète. Il faudrait un véritable miracle pour que la victoire puisse être à portée de main... et ce miracle, c'est Sinestro qui va l'incarner, en devenant le tout premier être à fusionner avec l'entité de la Vie elle-même, à laquelle s'attaque Nekron. A partir de ce moment, tout devient possible et l'issue finale de cette immense, titanesque et redoutable bataille est sur le point d'apparaître au bout du chemin... mais Nekron dissimule encore bien des secrets et n'est pas encore abattu. Sinestro pourra-t-il porter sur ses épaules le poids de tous les espoirs des êtres vivants de l'univers ? Alors que tout semble joué d'avance et que la Vie perd du terrain, l'union courageuse et inédite de tous les plus grands héros qui soient et ont été permettra de vaincre une fois pour toutes ! Après la chute de Nekron et la dispersion de l'énergie noire, douze héros et vilains sont ramenés à la vie. Quel sera leur destin ? Que réserve l'entité de la Vie à ces personnages revenus de l'au-delà pour une mission sacrée ?

Vous le saurez prochainement dans les trois tomes de la saga Brightest Day qui fait immédiatement suite à celle-ci. On peut saluer je pense le travail remarquable et absolument grandiose d'Ivan Reis et de Doug Mahnke pour rendre possible la restitution en images de l'intrigue et des péripéties imaginées par Geoff Johns. Saluons aussi le travail des coloristes et des éditeurs, qui ont permis de rendre tout ceci possible pour notre plus grand plaisir. Blackest Night n'est peut-être pas le chef-d’œuvre que l'on attendait, mais il reste un récit mémorable à plus d'un titre pour l'ensemble de l'univers DC Classique. Quand les plus grands héros s'unissent autour d'une cause commune, rien ne peut les arrêter, et le lecteur en prend plein les yeux avec grand plaisir ! Notez les nombreuses double-pages, le détail poussé à l'extrême de certaines planches, et vous saurez à coup sûr que vous vous trouvez en présence d'un grand comics.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !