vendredi 28 décembre 2018

La V.O. du vendredi n°115 : Death of X (Marvel - Mars 2017)


Un appel de détresse est lancé depuis l'île de Muir, au Nord de l'Océan Atlantique, refuge pour mutants en quête de réponses et de soins. Cyclope et son équipe foncent alors à la rescousse, mais en arrivant sur place ils ne découvrent qu'une scène d'horreur : tous les mutants présents sur l'île sont morts, le corps affreusement déformé par une étrange et foudroyante maladie. Jamie Madrox, l'homme-multiple, parvient à survivre juste assez longtemps pour pouvoir dire à Scott et aux siens ce qui s'est produit... les brumes terrigènes des Inhumains sont responsables de tous ces décès !
Les Inhumains qui pendant ce temps suivent avec attention le parcours des deux nuages terrigènes lâchés dans l'atmosphère terrestre par Flèche Noire durant Infinity. L'un d'eux apparaît au-dessus du Japon, où les habitants attendent sa venue avec impatience afin de savoir qui montrera de nouveaux pouvoirs Inhumains après la transformation. Les Inhumains n'ont jamais été plus populaires, et leur réputation les précède tandis qu'ils sont accueillis les bras ouverts par la population sur leur chemin. Mais c'est à cet instant que Cyclope lance un appel télépathique mondial avec l'aide des télépathes de son équipe. Il met en garde les Inhumains et dévoile l'horrible vérité : leurs nuages tuent les mutants. Dès lors, Medusa et ses acolytes devront réfléchir à toute vitesse pour faire un choix très difficile et prendre une lourde décision : détruire les nuages terrigènes pour sauver les mutants, ou bien les laisser se répandre sur le reste de la planète et anéantir une espèce pour en accoucher une autre...
La bataille décisive se produira aux abords de Madrid en Espagne, où le second nuage a été repéré. Tandis que les forces alliées des Inhumains et de l'équipe de Tornade tentent tout leur possible pour endiguer les émeutes et la panique, Medusa ordonne à l'un de ses suivants d'endormir toutes les personnes présentes, à part les Inhumains, afin que le calme revienne. Mais cela est aussitôt interprété comme une attaque par les mutants de Cyclope et Emma Frost, rejoints dans leur lutte par Magneto et certains X-Men. L'affrontement ne fait plus aucun doute, et Cyclope tente alors une dernière manœuvre désespérée pour détruire le nuage, ce que les Inhumains prennent pour une réplique sacrilège. Flèche Noir, autrefois roi des Inhumains, se doit dès lors d'intervenir et de sortir de son mutisme pour protéger les siens... même si cela signifie tuer un mutant de sang froid devant les yeux du monde entier. Quelles seront les tragiques répercussions de ces événements ? Quel est le secret que semble encore dissimuler Emma Frost malgré tout ce que l'on vient de découvrir ?

Pour le savoir, je vous renvoie à l'article VF sur Inhumans vs. X-Men que je vous ai livré il y a quelques semaines de cela maintenant. Je me suis procuré en VO le prélude de cet event que j'ai beaucoup apprécié, et cela m'a énormément retourné. Cette lecture, quatre chapitres seulement, bouleverse tout ce que je pensais acquis dans l'event récent de Marvel et offre une toute nouvelle perspective au lecteur qui n'aurait pas suivi les revues mutantes depuis un moment, comme c'est mon cas. Death of X est une histoire courte, renversante et qui parvient très bien en un court laps de temps à renverser la vapeur et à poser les bases du conflit à venir. En VF cette histoire a été publiée intégralement dans les revues kiosque de Panini il me semble, donc c'est pratiquement indisponible à présent, mais posséder l'album en VO ne m'a coûté que le prix normal d'un comic-book de cette finesse, soit pas grand chose en vérité pour pouvoir obtenir une vue d'ensemble plus complète. A conseiller pour celles et ceux qui souhaiteraient approfondir l'expérience Inhumans vs. X-Men, mais notez toutefois que ce n'est pas indispensable pour profiter de l'histoire de cet event, c'est du bonus !

mercredi 26 décembre 2018

Le Signal (Albin Michel - Octobre 2018)


Mahingan Falls. Une petite ville côtière de l'Est des États-Unis, un petit port de pêche et de plaisance, un cadre protégé par une enceinte naturelle, un rythme de vie plutôt agréable, bref la petite ville idéale pour tout recommencer. C'est justement là que viennent de s'installer les membres de la famille Spencer. Les parents, Olivia et Tom, et les trois enfants, Chad, Owen et Zoey. Tout se passe à merveille et les premiers jours de cette nouvelle vie, loin des buildings de New York, sont idylliques. Mais très vite quelque chose commence à dérailler dans la routine bien établie de la petite famille. Des histoires de sorcières, anciennes comme les procès de Salem non loin de là d'ailleurs, des histoires de fantômes et de recherches paranormales et occultes dans leur nouvelle maison du temps de ses anciens propriétaires... une petite ville qui cherche à cacher une partie de son passé et à se présenter sous le jour le plus agréable, alors que sous la surface rôdent encore de lourds secrets. Les monstres, voyez-vous, sont réels. Et la famille Spencer va bientôt pouvoir en témoigner, car les apparitions et phénomènes inexpliqués se multiplient dans la grande maison ainsi que dans le reste de la ville. Quelque chose approche, niché juste derrière le voile de notre plan d'existence et de notre réalité, quelque chose d'ancien, en colère... et affamé. Mahingan Falls s'apprête à connaître le vrai sens du cauchemar à l'état pur, car le signal a été lancé de l'autre côté... et bien reçu.

Que voilà une singulière expérience ! Maxime Chattam, l'auteur à succès de thrillers plus moins horrifiques selon les cycles de ses sagas, s'essaie ici avec brio au genre de l'horreur en tant que tel. Et c'est une vraie réussite, les personnages comme toujours sont terriblement attachants et criant de vérité, de sincérité et de véracité, les situations sont plausibles, les dangers redoutés et bien amenés, bref tout se passe de la meilleure façon possible pour celui que l'on appelle depuis un moment maintenant le Stephen King Français. On reconnaît d'ailleurs certaines caractéristiques des récits du maître du genre, comme Simetierre ou bien sûr le très célèbre Ça, référence du genre dans la catégorie des villes maudites et hantées. Petits clins d’œil ici et là à la littérature plus ancienne et classique de l'horreur comme aux œuvres dérangées de Lovecraft, comme une sorte de passage obligé pour rendre hommage comme il se doit aux travaux des anciens.
Si les péripéties ne sont pas forcément d'une finesse éclatante ni totalement inédites en la matière, Maxime Chattam montre qu'il sait très habilement jouer avec les codes de ce nouveau genre auquel il s'essaie brillamment, et Le Signal mérite amplement sa place sur les étagères de bibliothèques des fans de part le monde. J'espère d'ailleurs qu'il sera traduit et exporté dans d'autres langues et pays afin que le plus grand nombre puisse s'y frotter, avec le même frisson viscéral que tout nouveau lecteur enthousiaste. Je n'en dis volontairement pas davantage car ce livre doit se savourer pleinement et avec le maximum d'effet de surprise possible pour que la recette fonctionne vraiment. Les plus vieux ou aguerris d'entre nous repèrerons immédiatement les clichés ou les hommages, c'est selon, les plus jeunes ou novices seront de toute façon enchantés par ce qu'ils vont découvrir, avant de rapidement sombrer eux aussi dans la frénésie. Lire Le Signal, c'est s'aventurer en territoire pas totalement inconnu mais être capable d'y découvrir toujours plus de nouvelles choses et de s'émerveiller ou au contraire de s'horrifier à chaque nouvelle étape. Le roman vous attrapera entre ses pages cerclées d'un noir profond, pour mieux vous entraîner dans la folie et lire jusqu'au bout deviendra rapidement un besoin vital. Essayez de vous y confronter, si vous l'osez !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture et de Joyeuses Fêtes de fin d'année sur Radiophogeek et au-delà, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

vendredi 14 décembre 2018

La V.O. du vendredi n°114 : House of M - Warzones ! (Marvel - Janvier 2016)


Suite à la destruction quasi-complète du multivers, le dieu Fatalis a réussi à recréer une planète Terre alternative à partir de plusieurs versions différentes. Sur ce monde tenant debout tant bien que mal, il existe une parcelle où les événements de House of M se déroulent toujours, n'ayant jamais été arrêtés et connu la Décimation qui a suivi autrefois le Jour M dans la réalité principale. Dans cette nouvelle poche de réalité, Magneto est le souverain tout puissant d'une nation mutante à la pointe de la technologie et en paix malgré les résistances désorganisées de certains héros humains désireux de faire entendre leur voix auprès du monarque, dont on sait qu'il n'apprécie que modérément les homo sapiens d'ordinaire...
Magneto est officiellement en pourparler avec la nation voisine d'Atlantis, dirigée d'une main de fer également par Namor, avec qui il y a déjà eu des affrontements par le passé. C'est le prince Pietro, alias Vif-Argent, qui s'occupe des négociations de paix tandis que son père passe ses journées à tromper l'ennui et à lire ou méditer sur sa vie passée. Une vie qui va bien vite le rattraper quand un nouveau soulèvement menace de gagner la nation, et surtout quand Pietro revient d'Atlantis avec une armée et un Namor plus que jamais déterminé à mettre fin au règne de son rival. Les choses se gâtent même sérieusement quand quelques rebelles humains parviennent à pénétrer au cœur du palais royal et à priver Magneto de ses pouvoirs ! La tentative d'assassinat échoue cependant et est ''reportée'' à plus tard, le temps que Magneto et sa fille Polaris puissent évacuer le palais avec leurs ennemis humains afin d'échapper aux troupes de Namor et de Pietro, qui se désigne déjà comme le nouveau souverain d'une nation qui entend bien étouffer dans la violence les hurlements de désespoir de la communauté humaine. Aidé de ses anciens ennemis et de sa fille, ainsi que de ses petits-enfants portés sur la cause rebelle, Magneto va alors mener une campagne militaire discrète et très rapide, efficacement, afin de regagner le trône et de châtier les révolutionnaires et son traître de fils aîné. S'il reste encore un peu d'espoir pour que le cœur de Magneto puisse entendre les suppliques de ses sujets humains, il reste alors également de l'espoir pour tout le royaume et son avenir immédiat...

C'est ainsi que se déroule et s'achève la série consacrée à House of M dans le méli-mélo des réalités parallèles qu'est Secret Wars, où un Fatalis divin a réussi à préserver ce qu'il a pu des mondes alternatifs avant leur disparition. Dans le monde de Genosha, c'est donc Magneto qui règne en maître sur une population majoritairement mutante et aisée, alors que les humains tentent de se faire entendre et de faire valoir leurs droits, tandis qu'une révolte gronde dans les basfonds et que l'ennemi se masse à la frontière avec une armée et un traître dans les rangs de la Maison M. C'était ma foi fort sympathique de retrouver l'univers de House of M, l'un des meilleurs récits de Marvel dans les années 2000, et de le voir évoluer sous nos yeux dans une sorte de ''what if... ?'' ayant finalement assez peu de conséquences sur le reste du Battleworld de Fatalis. Les artistes auteurs et dessinateurs font de leur mieux pour rendre le tout cohérent mais on sait d'avance que ce n'est clairement pas là que se jouera l'essentiel de Secret Wars. Prenons-le comme un cadeau, un gentil retour aux sources dans un monde qui a sans doute fortement inspiré cet event majeur de ces dernières années. En bonus, vous retrouverez avec plaisir le tout premier chapitre de la série originelle House of M, quand Vengeurs et X-Men doivent statuer sur le sort de la Sorcière Rouge après la catastrophe sans précédent qu'elle a provoqué dans les rangs de ses propres alliés. Une histoire dure et poignante, que je ne vous invite que trop à découvrir ou re-découvrir !

jeudi 13 décembre 2018

X-Men - Les extrémistes (Panini Comics - Mars 2018)


Les carnets de Destinée... les prédictions d'une mutante sur l'avenir qui attend nos infortunés héros et enfants de l'atome, alors qu'ils ne sont désormais plus qu'une poignée au monde à avoir conservé leurs pouvoirs. Quelque chose doit se produire, bientôt, qui changera la face du monde... et une chose est sûre, si l'on ignore pour l'instant ce qui doit arriver, on sait déjà que Mr. Sinistre et Exodus voudront le plus grand nombre d'alliés possible dans leur camp pour s'y préparer ! C'est dans ce contexte de guerre du chat et de la souris entre les X-Men de Malicia et les forces d'Exodus que les Maraudeurs de Sinistre attaquent soudain nos héros alors que ceux-ci sont en pleine recherche d'un moyen de guérir Malicia du mal qui fait peu à peu disparaître son esprit sous les quelques huit milliards qu'elle a absorbé lors de leur dernière aventure. Les Maraudeurs sont donc de retour et s'en prennent aux X-Men de son équipe, ces derniers fragilisés par la double trahison de Mystique et de Lady Mastermind. De retour de justesse à l'Institut Xavier, nos mutants préférés se réunissent toutes équipes confondues pour affronter cette menace surgie du passé, tandis qu'Exodus et Sinistre peaufinent leurs plans et passent leurs troupes en revue. C'est cet instant que choisissent les quelques derniers Morlocks menés par Masque pour attaquer les habitants de la surface et en particulier les X-Men, qu'ils jugent privilégiés et qu'ils désirent faire chuter de leur piédestal. Devant tous ses fronts qui se multiplient, Cyclope décrète l'état d'urgence et rappelle tous les X-Men sous son commandement, alors qu'il apprend la mort soudaine de Cable des mains de certains Maraudeurs sur sa propre île privée. La guerre menace, les troupes militaires humaines massées autour de l'Institut pour la protection des derniers mutants ressentent cette nervosité et sont prêtes à intervenir quand il le faudra à l'aide des robots géants Sentinelles... que peuvent donc bien renfermer les fameux carnets de Destinée pour provoquer tant de violences et de convoitises ? Et quels sont ces textes inconnus auxquels les Morlocks font référence à chacune de leurs attaques ? Les X-Men sont dans une situation bien délicate, et Malicia est toujours en perdition alors même que l'on aurait bien besoin de sa force de frappe... quel avenir pour les mutants ?

Voilà on s'y attendait un peu depuis le début de cette nouvelle équipe je dois dire, la trahison de Mystique et celle moins prévisible de Lady Mastermind, il fallait en passer par là pour que le récit se mette à évoluer dans une direction très intéressante et fasse ressentir au lecteur toute l'oppression à laquelle sont soudain soumis nos héros mutants. Les auteurs et dessinateurs rivalisent de génie pour mettre ce scénario assez complexe en images et le moins que l'on puisse dire c'est que passer de Humberto Ramos à Salvador Larroca, ça ne pouvait fonctionner QUE chez les X-Men ! Et c'est donc une sacrée réussite autant graphique que narrative, et j'attends désormais la suite avec impatience une fois encore. L'histoire se lit à toute vitesse, les événements s'enchaînent les uns derrière les autres sans temps mort et le lecteur passionné ne lâchera pas l'album jusqu'à sa toute dernière page... que demander de plus à une aventure des X-Men ?

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mardi 4 décembre 2018

Aquaman Rebirth tome 2 - Le Déluge (Urban Comics - Juin 2018)


Le monde de la surface et l'Atlantide sont en grand danger. Black Manta a pris le contrôle de l'organisation criminelle mondiale N.E.M.O. et en tant que nouveau Roi Pêcheur, il décide de déclarer une guerre sans merci entre les États-Unis et la cité engloutie ! Aquaman est remis en question par les habitants de la surface mais aussi par son propre peuple, ainsi et surtout que par ses confrères de la Ligue de Justice qui doivent également prendre position et choisir un camp. Black Manta est tout près d'obtenir enfin sa vengeance... mais il a une nouvelle fois sous-estimé la foi et la force de son adversaire, ses convictions les plus profondes et son amour des deux mondes dont il est issu. Plutôt que de renoncer, Arthur va se battre plus que jamais pour que la paix triomphe et pour retrouver et neutraliser pour de bon N.E.M.O., afin d'amener son ennemi dans la lumière et devant la justice internationale. Malheureusement Manta préfère se suicider plutôt que de reconnaître sa défaite et de se laisser prendre, aussi Arthur est obligé de se rendre officiellement aux États-Unis comme souverain d'une nation vaincue, plutôt que de laisser l'escalade de la violence avoir raison de l'un des deux camps voir des deux à la fois. Une décision très forte et symbolique, qui ramène Aquaman dans le cœur des citoyens du monde et lui promet une toute nouvelle popularité de par sa sagesse et son abnégation. Mais ce ne sont pas là les vertus qu'un roi des Atlantes se doit de posséder, car son propre peuple gronde encore et refuse de se laisser vaincre si facilement, de se rendre, d'être ramenés sous les bottes de ceux de la surface...
Alors qu'ils rentrent tout juste d'une mission périlleuse avec l'élite des forces armées Américaine et qu'ils viennent de faire la rencontre d'une planète aquatique extraterrestre qui leur aurait ouvert un tout nouveau champ des possibles, Mera et Arthur font soudain face à une véritable révolte quand le grand conseil des Doyens Atlantes décide, à l'unanimité et contre toute logique pacifiste, de destituer Arthur et de placer sur le trône l'extrémiste Corum Rath, sorti de ses geôles pour l'occasion et propulsé nouveau souverain, avec entre les mains une technologie militaire de pointe qu'Arthur s'est toujours refusé à employer, quoi qu'il arrive. Désormais l'Atlantide a choisi sa nouvelle voie et Aquaman est placé en état d'arrestation pour trahison et collusion avec la surface. Mera n'a que le temps de le voir disparaître dans les profondeurs avant que la cité ne soit scellée contre toute tentative d'intrusion. L'avenir s'annonce des plus sombres... que nous réserve le nouveau roi ?

ENFIN les aventures d'Aquaman redeviennent passionnantes et envoûtantes, comme au tout début des New52. Je me souviens que mon tome préféré à cette époque était le troisième, La mort du Roi, car il était la suite directe de la série Justice League quand elle racontait la terrible tragédie du Trône d'Atlantide. Depuis, lors des deux tomes suivants, je n'avais jamais retrouvé cette passion dans la lecture et dans l'écriture de ce personnage et de ses aventures, de ses actes, de sa mentalité... Aquaman était vite redevenu un héros presque de seconde zone, au grand dam des jalons posés par Geoff Johns pourtant bien exploitables. Alors qu'est-ce qui fait que la recette fonctionne de nouveau à présent que nous sommes dans l'ère de DC Rebirth ? Tout simplement parce que l'auteur de ce tome en particulier, Dan Abnett, sait parfaitement ce qu'il fait et connaît parfaitement le potentiel du personnage qu'il a entre les mains, et il sait s'en servir avec brio pour faire remonter tout ce qu'il y a de meilleur en lui et dans son univers. Des temps de pause sont aménagés au cœur du récit, qui n'en sont pas vraiment car Arthur n'a que rarement l'occasion de se reposer ces derniers temps, et le lecteur peut à loisir savourer toute la tragédie qui s'annonce. Les dessins sont à la hauteur, les artistes font de leur mieux pour représenter une Atlantide divisée et sous pression tout en préservant les merveilles des profondeurs ou d'un autre univers. Mera est toujours aussi touchante depuis le premier tome, redevenue le plus fervent soutien d'Aquaman et sa plus proche confidente, prête à tout sacrifier pour lui y compris ses propres ambitions, pourvu qu'il ait la vie sauve. Et justement, rien n'est moins sûr après lecture de ce second tome... le Déluge peut revenir à tout instant et le monde sombrer dans une guerre totale irréversible... à moins que le héros des deux mondes ne parvienne à vaincre malgré toutes les entraves dont il est désormais le prisonnier ? Nous le verrons je l'espère très rapidement, je sais qu'à l'heure où j'écris ces lignes deux autres tomes sont déjà sortis en VF et je compte bien me les procurer sous peu ! J'ai un peu peur je dois l'avouer car j'ai maintenant une affection toute particulière pour ce personnage, et je ne voudrais absolument pas le voir dégringoler de nouveau dans les sondages alors qu'il a le potentiel pour devenir l'un des meilleurs ! Je me suis même surpris récemment à conseiller un jeune lecteur désireux de connaître les origines de ce personnage bientôt adapté sur grand écran, et en faisant l'inventaire de ce qu'Urban nous a proposé jusqu'à présent j'ai préféré lui mettre entre les mains ce début d'ère Rebirth, qui à mon sens est le digne héritage de la volonté de Geoff Johns à travers les trois premiers tomes des New52. J'espère qu'il aimera, et j'espère que vous serez également nombreux à aimer à votre tour !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

lundi 3 décembre 2018

X-Men - Supernovas (Panini Comics - Février 2017)


La situation est des plus critiques. Le Jour M et la grande Décimation ont affaibli les mutants comme jamais auparavant, n'en laissant qu'un peu moins de 200 dotés de pouvoirs sur l'ensemble de la planète. L'Institut Xavier, dirigé par Scott Summers et Emma Frost, est bouclé et encerclé par des Sentinelles pilotées par l'armée Américaine, officiellement dans le but de protéger les derniers mutants restant, officieusement pour les maintenir sous surveillance rapprochée. C'est dans ce contexte des plus tendus que Scott va prendre une grave décision : créer une équipe de la dernière chance, un groupe rassemblant quelques uns des mutants les plus instables que l'on puisse encore trouver, comme Dents-de-Sabre par exemple ou encore Lady Mastermind, sous les ordres de Malicia, épaulée par Iceberg, Cable, Rocket et même... Mystique ! Leur première mission ne sera pas de tout repos non plus, car en plus de la méfiance qu'ils ont tous les uns envers les autres ils vont devoir combattre une nouvelle espèce de surhumains venus détruire les derniers mutants au monde avant de passer au tour de l'humanité puis de régner seuls sur la planète. Cette première invasion n'est cependant que la partie émergée de l'iceberg, et on peut d'ores et déjà s'attendre au pire très prochainement...
En plus de cela, les X-Men de Malicia doivent faire avec le retour d'Exodus, l'ancien leader des Acolytes et fervent disciple de Magneto. Bennet du Paris attaque un héliporteur du S.H.I.E.L.D. alors que nos mutants préférés sont à bord pour tenter de sauver l'une des leurs, et la bataille fait soudain rage au sein du vaisseau en perdition. Exodus cherche un moyen de trouver les nouveaux-nés mutants depuis la Décimation, afin de les emmener avec lui dans une Arche, en sécurité... mais malgré tous ses efforts il ne peut en détecter aucun sur l'ensemble de la Terre. Le Jour M a effacé toute trace du gène X de l'ADN humain, il n'y a donc plus aucun espoir qu'un nouveau mutant naisse un jour...
Et comme si cette dernière révélation n'était pas suffisante, Malicia est soudain enlevée par un puissant ennemi surgi du passé alors qu'elle enquêtait sur un trafic d'organismes mutants avec son équipe. Pandemic, le meneur de ce mouvement, désire plus que tout s'emparer du pouvoir de Malicia afin de gonfler ses propres capacités d’absorption d'autrui, mais heureusement c'était sans compter sur la cavalerie venue sauver leur leader. Coûte que coûte, Cable propose que l'on emmène Malicia sur son île utopique afin qu'elle y soit soignée et veillée par les meilleurs chercheurs en la matière, mais à peine arrivés ils vont devoir faire face à l'attaque d'un immense et très dangereux parasite extraterrestre créer pour anéantir toute forme de vie sur son passage. Qui a dit que les X-Men étaient de repos ? Nos héros vont risquer le tout pour le tout afin de sauver le monde une nouvelle fois, un monde qui les craint et les déteste de plus en plus, alors qu'ils sont au bord de l'extinction...

Premier tome des aventures des X-Men spéciaux de Malicia, c'est très dynamique et les dessins de Chris Bachalo et de Humberto Ramos se marient à merveille d'un chapitre à l'autre pour porter ce scénario musclé et très mouvementé de Mike Carey. Datées de 2006, ces premières aventures de la Team-Malicia se déroulent dans la droite lignée de House of M et nous présentent de nouveaux héros à suivre aux côtés de plus anciens, même s'il s'agit parfois d'ennemis mortels rassemblés sous la même bannière. Personnellement la première partie ne n'a pas vraiment plu, j'ai eu du mal à accrocher, mais passée le premier arc les choses se sont sévèrement améliorées et je n'ai plus lâché l'album jusqu'à la fin. Donc si j'ai un conseil à vous donner, c'est de faire comme moi et de ne pas perdre espoir, laissez-lui sa chance et vous verrez que cette série et ces aventures des X-Men sauront vous surprendre et vous transporter comme peu d'autres auparavant !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

lundi 19 novembre 2018

Possession (Bragelonne - Août 2016)


Alex Hightower est une femme d'affaire, éditrice et agent littéraire dans les beaux quartiers de Londres. C'est aussi une femme récemment séparée sans être divorcée, et surtout la mère de Fabian Hightower, 21 ans, décédé suite à un dramatique accident de voiture lors de ses vacances en France avec des amis. Un seul a survécu et semble depuis bien loin des considérations terrestres, comme s'il était en lien avec autre chose, autre part, que lui seul peut reconnaître. Alex commence à recevoir des messages, des visions, des sensations étrangères qui s'imposent à elle à mesure que le temps passe et que le deuil se fait chaque jour plus difficile. Bien vite il devient assez évident que quelqu'un tente d'entrer en contact avec elle, quelqu'un situé de l'autre côté de notre plan d'existence... quelqu'un ou quelque chose en tout cas. Séances de spiritisme, exorcisme, requiem... rien n'y fait malgré toutes les bonnes volontés qu'Alex peut rencontrer sur son chemin pour l'aider, quelque chose continue de la harceler sans relâche entre les murs de sa propre maison et de lui rendre la vie impossible, au point que la paranoïa semble être le seul vrai remède. Fabian est-il réellement revenu de l'au-delà pour prendre contact avec sa mère ? Quelles sont ces étranges informations et révélations qu'elle encaisse durement sur son fils et sa relation avec son ex soudainement disparue ? La maison est plus froide que la mort, malgré le chauffage qui tourne à fond et les soins de la femme de ménage, le froid s'insinue jusque dans les os et le corps d'Alex, qui voudrait que tout s'arrête, que tout finisse... une date revient cependant de façon lancinante dans son esprit et à travers les manifestations : le 4 Mai. Que doit-il se produire à cette date précise, que signifie-t-elle ? L'obsession devient totale et les médiums qu'elle contacte sont tous formels sur un point au moins : quelque chose habite cette maison, quelque chose de profondément mauvais et en colère, quelque chose qui risque de s'en prendre à elle à tout instant ou, pire... de prendre possession de son corps. Pour Alex Hightower, depuis la mort de son fils, l'enfer c'est tout les jours. Comment parviendra-t-elle à percer le mystère des derniers agissements de Fabian de son vivant et comment pourra-t-elle se libérer de sa présence oppressante, si c'est bien de lui dont il s'agit ? Toutes les réponses ne sont pas bonnes à entendre, et Alex l'apprendra assez vite...

C'est le premier livre que j'ai acheté dans cette nouvelle gamme ou collection de chez Bragelonne, avec une couverture en cuir souple et colorée en rouge pour Horreur, ou en brun pour Fantastique. Ici c'est donc du rouge, l'Horreur qui prime, et ce récit de possession fantomatique m'a posé quelques problèmes aux alentours d'Halloween dernier. Je ne parvenais pas vraiment à rentrer dans l'histoire, malgré ses qualités et son bon niveau d'écriture et de vocabulaire. Quelque chose me paraissait trop superficiel, trop détaché du reste pour que cela devienne vraiment convaincant. Mais passée la première moitié du livre et tout s'est arrangé à mesure que l'action et les révélations s'enchaînaient de plus en plus rapidement. Peter James n'est pas un auteur que je connaissais auparavant, que ce soit de réputation ou à travers d'autres œuvres, et ce fut donc une bonne première fois et une excellente découverte au final, malgré un début un peu lent. Ce livre m'a donné envie de connaître davantage cette nouvelle collection par Bragelonne et j'ai donc acheté deux autres livres par la suite, des rééditions bien sûr, en espérant qu'ils me séduiront tout autant. En attendant, je vous laisse en compagnie de vos propres obsessions et de vos propres démons et revenants, et puissiez-vous en tirer quelque leçon utile pour l'avenir immédiat... et évitez de vous faire posséder !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

lundi 12 novembre 2018

Stan Lee n'est plus.



J'avais sincèrement espéré que ce blog n'existerait plus pour annoncer cette triste nouvelle. Comme beaucoup je m'y préparais depuis quelques temps, le grand âge du grand homme avançant, mais sa santé de fer et le fort soleil de Californie semblaient l'avoir rendu véritablement immortel. Et pourtant voici aujourd'hui lundi 12 Novembre 2018 que je me retrouve à nouveau devant une page de ce blog pour vous annoncer un décès, et pas n'importe lequel : Stanley Lieber n'est plus. Peut-être que ce nom ne vous dira rien, mais sachez que pour le monde entier c'était tout simplement Stan Lee, l'un des plus grands si ce n'est le plus grand des créateurs de l'industrie des comics. Un touche-à-tout qui a toujours eu un faible pour le soap-opéra et qui a permis à des générations de lecteurs, de la Seconde Guerre Mondiale à nos jours et en passant par divers travaux et diverses étapes créatrices et rédactionnelles, de connaître la joie de ces petits fascicules de papier coloré que nous aimons tant et tant.

Stan Lee, c'est le scénariste imperturbable, l'homme de la situation, Stan the Man comme on l'appelait. Un créatif de génie qui a su profiter de toutes les occasions offertes dans sa vie pour progresser et se hisser jusqu'aux plus hauts sommets de sa profession, avant de se retirer en laissant un véritable empire commercial et des dizaines de licences à exploiter. Un homme capable pendant des années d'écrire plusieurs dizaines de scénarios par ans pour autant de séries différentes, des Fantastic Four aux X-Men en passant par Spider-Man, Avengers, Captain America, Iron Man, Doctor Strange, Thor, et la liste pourrait continuer comme cela durant des heures. C'est bien simple, rien ne suffirait à résumer vraiment la carrière un tel phénomène, et même s'il est reconnu aujourd'hui qu'il a surtout beaucoup su tirer la couverture à lui, évinçant parfois d'autres créatifs à son profit culturel et populaire, c'est tout de même un brillant homme d'affaires et, encore une fois, l'un des cerveaux les plus fertiles de son époque et même de plusieurs générations. Le bonhomme a même fait dans le manga japonais et la bande-dessinée européenne, c'est vous dire à quel point il était actif. On l'a vu sans cesse dans chacun des films de l'univers Marvel Studios depuis la création de cette société de production, et même bien avant dans chacun des films adaptés d'une licence Marvel, des premiers X-Men et Spider-Man de la Fox et Sony jusqu'à Venom plus récemment.

J. Scott Campbell ''White Hot'' artbook

Comme je le disais rien ne saurait rendre vraiment justice au grand homme qui vient de disparaître, rejoignant certainement sa compagne et les siens tout en veillant depuis les profondeurs insondables de l'univers sur ses chères créations et sur la myriade de fans de tous âges qui vivent une passion véritable grâce en grande partie à lui et à son travail acharné et novateur. Souvenons-nous de Stan Lee pour ses personnages, son humour, sa force vive et son application, ses caméos toujours plus déjantés à chaque nouveau film, son omniprésence durant des années. La fierté de notre petite bulle à nous, les fans et lecteurs de comics, quel que soit notre âge et notre degré d'implication, vient de s'éteindre mais il passe désormais dans les rangs des véritables immortels, ceux dont je l'espère avec la plus profonde sincérité on saura se souvenir toujours. Que Marvel, Disney et consorts puissent gérer cette perte de la meilleure des façons possible et que son héritage perdure encore de nombreuses années maintenant qu'il n'est plus là, et je fais le vœu que son imagination et sa carrière inspirent encore de très nombreux fans et futurs auteurs de la profession à tous niveaux.

J. Scott Campbell ''Violent Violet'' artbook

Enfin, un profond merci pour conclure, Monsieur Stan Lee, pour ces longues années de couleurs, ces kilomètres de papier imprimés, ces magnifiques expositions et ces albums parfois extrêmement coûteux qui font et feront toujours la fierté de chaque collectionneur, grand ou petit. Merci, simplement, merci pour tout, et où que vous soyez à présent, continuez à veiller sur notre petit monde de fictions et d'émotions partagées. Radiophogeek et de très nombreux autres n'existeraient même pas sans vous, et à notre façon nous allons respecter une semaine de silence en votre mémoire, pas de publication, simplement votre souvenir et la possibilité à toutes celles et ceux qui le voudront de témoigner par commentaires ou autres. Et à tous les nouveaux, entrez et faites comme chez vous, la porte sera toujours ouverte et la lumière restera toujours allumée !

The Big Bang Theory saison 3 épisode 16, l'un des meilleurs de la série




X-Men - L'intégrale 1993 tome 2 (Panini Comics - Octobre 2017)


Suite des parutions de l'année 1993 autour des séries mutantes de Marvel ! Dans ce second tome, les conséquences de la confrontation avec Stryfe précédemment se font encore ressentir quand un terrible virus est lâché sur l'espèce mutante et commence à faire ses premières victimes... mais nous nous soucierons tout d'abord de la famille de Peter, alias Colossus, alors que ses camarades l'accompagnent jusqu'en Russie pour retrouver les siens après une trop longue absence. L'occasion de revoir la petite Illyana et de renouer le contact, ainsi que d'apprendre à vivre plus humblement au milieu d'humains. Mais ce petit temps de pause était trop beau pour durer, car voici qu'un dangereux mutant dévoreur de psychés s'en prend à toute une ville et que le gouvernement soviétique décide de dépêcher une unité spéciale d'exterminateurs sur place pour faire le ménage, avant d'utiliser une arme secrète redoutable. Les X-Men n'ont que quelques heures pour tenter de vaincre ce nouvel ennemi et de rendre leur liberté aux jeunes captifs du village en question, mais cela ne suffira malheureusement pas à éviter la tragédie qui s'annonce pour la famille de Peter, une nouvelle fois forcée de se séparer pour toujours...
De retour aux USA, d'autres sujets de préoccupation vont se déclarer, principalement autour du couple formé par Jean et Scott, assez instable ces derniers temps depuis que ce-dernier n'a que Psylocke en tête. Obsédé par sa partenaire de combat, Scott s'apprête à commettre une énorme erreur mais se rattrape au dernier moment, juste à temps pour empêcher Psylocke de mourir dans l'attaque soudaine d'une nouvelle venue qui déclare n'être autre que... Psylocke elle-même, du moins sa véritable identité dans un autre corps ! Pour démêler le vrai du faux, les X-Men s'envolent jusqu'au lointain Japon pour tenter d'y voir plus clair dans cette histoire. Là-bas, au cœur d'un jeu pervers entre les différents parrains de la pègre locale, nos héros devront lutter pour rester en vie et préserver les liens qui les unissent, même lorsqu'un traître peut se cacher dans leurs rangs à tout moment. Qui est vraiment la Psylocke que l'on connaît depuis un certain temps ? N'était-ce encore qu'une sombre machination, ou bien y'a-t-il deux victimes dans cette histoire ?
Et l'année est encore loin d'être finie ! Le professeur Xavier accepte de participer à un débat télévisé avec deux fervents partisans du mouvement anti-mutants, simplement pour tenter d'apaiser les tensions récentes entre les humains et les porteurs du gène X après la tentative d'assassinat manquée qui l'a visé un peu plus tôt. Pendant ce temps, de nouvelles alliances se forgent d'un côté de l'échiquier comme de l'autre, et Scott profite d'une accalmie pour se rendre auprès de ses grands-parents en Alaska et leur raconter toute la vérité sur le sort de son enfant envoyé dans le futur. C'est là qu'il fait la rencontre de Mr. Sinistre, qui lui révèle l'existence du virus éradiquant lentement les mutants alors qu'ils sont attaqués par les anciens sbires d'Apocalypse. Ce ne seront pas les seuls à faire leur grand retour d'ailleurs, car les Acolytes réapparaissent également, autour de Fabian Cortez leur nouveau leader, et déclarent agir au nom de la mémoire de Magneto en enlevant de futurs mutants et en massacrant de jeunes humains au gré de leurs raids. Les X-Men de toutes les équipes ne peuvent laisser passer cela et se regroupent afin de trouver et d'isoler le Q.G. des Acolytes pour les vaincre sur leur propre terrain et libérer le Dr. McTaggert qu'ils ont enlevé afin de lui soustraire tous ses souvenirs des premières années de lutte entre le professeur Xavier et Magneto, pour rebâtir son culte à travers Cortez qui cache aux autres ses véritables actions et intentions. Fabian s'en tire de justesse et trouve refuge dans une autre base des Acolytes mais il semble que désormais ses anciens alliés soient plus distants avec lui, cependant qu'au loin se profile une nouvelle menace d'ampleur considérable... est-ce le retour des jours sombres ? Nos héros seront-ils unis contre tout ?

Trois grosses histoires principales dans ce second tome donc, avec quelques transitions qui permettent d'approfondir les relations et les doutes entre nos personnages favoris. Scott est toujours amoureux de Jean mais il est obsédé par Psylocke, tandis que les plus jeunes s'interrogent sur leur destinée et que les plus anciens des X-Men voient le temps passer sans que les choses n'aient changé... Excellente fournée une fois encore, qui peut se lire assez rapidement si on a du temps devant soi et la conviction suffisante, un très bon moyen de passer le week-end comme toujours avec ces intégrales de la collection ''Marvel Classic''. Si les autres séries comme celles de Spider-Man ont une nette tendance à la multiplication des albums ces dernières années, les X-Men restent soudés et unis dans le même filon et Panini fournit un remarquable travail éditorial en arrangeant l'ordre des histoires et des chapitres des différentes séries pour créer un tout cohérent tant sur le plan de la parution que de la chronologie. Scott Lobdell au clavier toujours tandis que l'on voit arriver le légendaire John Romita Jr. sur les dessins, surtout le dernier double-chapitre en fin d'album qui est vraiment poignant et bourré d'action et de dynamisme. Vivement le tome 3, très bientôt ne vous inquiétez pas, alors que l'on nous annonce prochainement l'arrivée d'un nouvel événement majeur pour les mutants qui risque bien de tout remettre en question !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

samedi 10 novembre 2018

Ant tome 1 (Editions Réflexions - Juin 2018)


Hannah Washington est jeune, très jolie voir même carrément sexy, elle ne laisse jamais personne indifférent et elle est pleine d'audace. Le problème ? Elle est amnésique, en tout cas elle ne se souvient pas d'une certaine partie de sa vie et doit faire confiance à son journal intime pour tenter de suivre ses propres traces et de se découvrir enfin une identité à laquelle s'accrocher. L'autre problème majeur à vrai dire, c'est qu'elle est apparemment une super-héroïne très balèze du nom de Ant, dans un costume digne d'une seconde peau et dotée d'une force et d'une résistance bien au-delà de ce que l'on peut imaginer pour un être humain. Alors rien de vraiment étonnant à ce que lorsque Hannah tente de trouver des réponses sur son passé auprès d'un certain Steven Richards qui doit se produire durant une convention de lecteurs de comics et qui dit être l'inspiration derrière Ant et son acolyte Gadget Man, tout dégénère soudain quand un groupe de mimes armés et l'air pas commodes se pointe et décide d'enlever Richards au moment où Hannah s'apprêtait à lui poser ses questions. C'est alors que sans prévenir Ant prend le dessus sur Hannah et se révèle aux yeux du monde, de retour après ce qui lui semble être un très long moment durant lequel tout le monde, alliés comme ennemis, la pensait morte ou disparue pour de bon. Après une série de combats spectaculaires où Ant réapprend à utiliser ses pouvoirs et sa force colossale, et après avoir également rencontré des personnages célèbres tels que Savage Dragon et même Spawn, Hannah se réveille soudain en pleine conférence en train de tabasser une pauvre cosplayeuse... que lui arrive-t-il ? Qui est-elle réellement ? Est-ce que Ant existe bel et bien dans sa réalité ou bien n'est-ce qu'un personnage de fiction devenu seconde personnalité et lui ayant valu de long mois d'internement en asile psychiatrique ? Tout est confus dans la tête d'Hannah et dans sa vie, mais une chose demeure sûre cependant : elle est bien déterminée à en apprendre le plus possible sur elle et sur Ant, alter-ego ou non ! Quitte à déménager jusqu'à Capitol City en Californie pour suivre les traces de l'héroïne rouge aux antennes tranchantes, et dont le costume en spray se retrouve étrangement dans le sac d'Hannah sans qu'elle sache comment il a pu y atterrir...

Ant c'est une super-héroïne super sexy et super forte que l'on adore voir combattre et rencontrer des personnages célèbres de l'écurie d'Image Comics, mais c'est aussi et surtout une histoire très bien menée qui sait jouer avec les codes du genre et de la narration habituelle pour emmener le lecteur dans des directions inattendues. Graphiquement c'est très beau bien sûr, on ne se serait pas déplacé pour moins que ça, et l'histoire tient debout même si elle comporte beaucoup de zones d'ombres et d'omissions. Enfin une fille qui en a et qui compte bien aller jusqu'au bout de sa propre vie même si ça doit déplaire à son fragile entourage ! Ant c'est aussi une carrière éditoriale un brin chaotique, c'est donc avec plaisir que l'on découvre ses aventures dans cette belle édition petit format de chez Réflexions. J'espère de tout cœur qu'un second tome est en préparation quelque part dans leurs archives et cartons et qu'il ne se fera pas trop attendre, en tout cas je surveille et je veille !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

vendredi 9 novembre 2018

La V.O. du vendredi n°113 : Red Hood and the Outlaws tome 7 - Last call (DC Comics - Janvier 2016)


Dernier tome de la série.

Après avoir revécu l'enfer de sa séquestration et de ses années d'esclavage, Kori est retombée dans ses vieux démons d'autrefois et se drogue à nouveau pour tenter d'oublier et de revivre ses meilleures années sur Tamaran avec sa grande sœur. Alors qu'elle vient d'être sauvée de justesse de la noyade par Roy et Jason, inquiets pour elle après leur dernière mission et son comportement récent, la princesse fait une mauvaise réaction et brûle presque complètement son petit-ami, qu'elle conduit aussitôt dans un hôpital proche de l'île avant de s'enfuir dans les cieux vers un autre endroit où elle pourra oublier et céder à l'appel de la drogue coulant désormais dans ses veines. Jason demeure donc seul pour tenter de la retrouver et de lui faire entendre raison, mais il sera rejoint en chemin par des alliés de confiance qui feront tout pour l'aider à mettre un terme à cette folie. L'occasion également pour Roy de retrouver Oliver Queen, son mentor, et de mettre enfin les points sur les ''i'' avec lui au sujet de leurs années de partenariat. Une fois remis sur pieds, Arsenal rejoint le Red Hood pour se lancer sur les traces de Starfire, et pour cela ils auront besoin de l'aide d'un ancien ennemi de l'équipe : Crux, interné de force à Arkham après leur dernier affrontement. Les retrouvailles ne seront pas de tout repos mais Crux accepte finalement de les aider à repérer la princesse où qu'elle soit sur Terre. Ils finissent donc par la retrouver tant bien que mal alors qu'elle vient d'être recueillie par sa sœur Blackfire. Si l'émotion est au rendez-vous lorsque chacun parvient enfin à se retrouver, elle est bientôt submergée par l'horreur quand la vérité se dévoile : Blackfire a passé un pacte démoniaque avec Helspont, seigneur et destructeur de nombreuses espèces au sein de l'univers, afin qu'il accepte d'épargner son peuple et sa sœur si elle consent à l'aider à s'emparer de la Terre avec son armée d'esclavagistes. La bataille s'engage dès lors entre nos héros et le terrible conquérant de l'espace, et les assauts infructueux se succèdent sans résultat tandis que l'armée prend position et s'apprête à frapper. Mais grâce à la trahison soudaine de Blackfire les choses commencent à prendre une autre tournure et finalement nos héros parviennent là encore de justesse à stopper Helspont et son plan d'invasion avant qu'il ne soit mis à exécution. Starfire décide ensuite de regagner sa planète d'origine afin de se soigner et surtout de sauver la vie de sa grande sœur grâce à sa technologie médicale, ce qui achève de séparer les Hors-la-Loi. Nos trois amis unis contre tout prennent chacun une route différente, qui les mèneront vers des destins croisés et un futur qui aura grand besoin d'eux... un jour ou l'autre.

Voilà qui achève la série New52 Red Hood and the Outlaws, avec un récit centré une fois encore sur Starfire et ses difficultés à se sortir du gouffre dans lequel la drogue et la dépression l'ont plongé. Une histoire assez sombre donc, pas à mettre entre toutes les mains comme le reste de la série d'ailleurs, qui a toujours été assez extrême. Scott Lobdell termine ses arcs majeurs et dévoile une partie du futur qui attend nos héros durant l'événement Futures End, qui ne sera pas de tout repos, et le dessin qui accompagne ce dernier tome est de bonne qualité et plutôt fluide, facile à suivre et à identifier. La série aura finalement connu des hauts et des bas, surtout graphiquement, mais sera restée populaire durant une bonne moitié des New52 avant d'être relancée récemment sous l'ère DC Rebirth avec une nouvelle équipe autour de Jason Todd. Personnellement cette histoire m'a surtout plu grâce à la plume de Lobdell et à ses interventions dans le scénario, mais ne m'a pas assez convaincu sur le long terme pour m'encourager à lire la suite de nos jours. Cependant il y a d'autres façons de poursuivre l'aventure, comme par exemple de lire la mini-série Red Hood and Arsenal ou bien, et c'est là que je me suis engagé, celle sur l'histoire en solo de Starfire dans la lignée de ce que la série Batgirl a pu connaître comme évolution en mode girly accentué. Rendez-vous d'ici quelques semaines pour en savoir plus !

jeudi 8 novembre 2018

Infinity Crusade (Panini Comics - Juin 2018)


L'univers tout entier semble enfin calme, apaisé, après les récents conflits cosmiques autour des Joyaux de l'Infini. Adam Warlock savoure cette nouvelle pause mais soudain quelque chose le pousse à contacter les plus hautes autorités de l'existence afin de s'enquérir d'un péril imminent, mais trop tard ! Le voilà soudain piégé par une force supérieure, qui se dirige après cela droit sur la Terre...
Sur Terre justement, un certain nombre de nos héros favoris se retrouvent mis en contact spirituel avec une nouvelle entité, appelée la Déesse, qui leur promet d'apporter la paix dans l'ensemble de l'univers et de faire cesser le Mal pour toujours. Ses propos séduisent et enchantent les plus fervents de nos héros, qui dès lors disparaissent de la Terre pour se retrouver sur une nouvelle planète du système solaire, Paradis Omega, où la Déesse les attend et leur explique son plan en leur révélant l'existence de l'Oeuf Cosmique, le résultat de la fusion considérée comme impossible de tous les tesseracts de l'univers et d'autres réalités, autrefois possédés pour certains par le Magus et utilisés dans son terrible plan de conquête de l'univers connu. Et tandis que sur Terre les autres héros se demandent ce qui a bien pu arriver à leurs amis, ces derniers se prosternent devant la Déesse et épousent ses moindres volontés, totalement captifs de son envoûtante existence et de ses mystérieux pouvoirs. La situation dégénère lorsque Reed Richards parvient à revenir sur Terre après être allé collecter des informations sur d'autres mondes et les fait partager à ses alliés terrestres : la Déesse prépare, avec l'aide des héros qu'elle a enlevé, une attaque massive de l'ensemble de l'univers, en commençant bien sûr par la Terre ! Les forces en jeu sont titanesques et une nouvelle guerre cosmique menace de voir le jour, et même Thanos et Mephisto s'allient devant ce nouveau péril qui les condamne. Leur aide sera nécessaire pour faire revenir Adam Warlock de sa prison spirituelle, et créer un enchaînement d'actions et de diversions favorables pour permettre aux héros de la Terre d'attaquer les premiers avant d'être tous détruits par leurs anciens alliés et amis. C'est là que le terrible plan de la Déesse se dévoile enfin dans toute sa grandeur et son horreur : pour répandre la paix absolue et parfaite dans tout l'univers, elle a l'intention de se servir des immenses pouvoirs de l'Oeuf Cosmique pour détruire ce plan d'existence et de réalité, afin d'en recréer un nouveau vierge de toute impureté. Quiconque se trouvera sur sa route sera exterminé, bon ou mauvais, héros ou vilain, simple mortel comme entités célestes. Cette fois, c'est réellement la dernière chance de notre univers et de nos héros : seront-ils capables de s'unir et de briser le charme de la Déesse afin de faire échouer ses plans drastiques ? Ou bien n'y a-t-il désormais plus aucun autre espoir de rédemption pour notre monde ?

Ce troisième et dernier pan de la Trilogie de l'Infini originelle de Jim Starlin et Ron Lim est apparemment le moins apprécié de tous, et pour cause il est sorti à une époque où les meilleurs dessinateurs de la jeune génération fondaient Image Comics et révolutionnaient l'industrie comme jamais auparavant, pour le meilleur ou pour le pire selon les points de vue. Le style très classique de Ron Lim est donc passé un peu à la trappe face à la soudaine débauche d'effets visuels des autres séries concurrentes, et le récit de Starlin quant à lui n'a pas su séduire son public avec une notion pourtant toute nouvelle et terriblement prenante : le pouvoir de la Religion. Jusqu'où sommes-nous prêts à aller pour nos idéaux, nos croyances ? Où s'arrête la foi et où commence la dévotion aveugle ? Si la Mort et le Pouvoir étaient les concepts absolus des deux premiers volets, la Religion et ses travers extrêmes sont ici le cœur de l'histoire de Starlin, qui y transmet toutes ses angoisses et tous ses doutes. Le plan intellectuel sur lequel se joue cette partie n'a pas convaincu le lectorat de l'époque en 1993, mais devient soudain terriblement actuel et approprié pour nos années 2010 très chargées en la matière. J'espère donc de tout cœur que cette histoire a su trouver un nouveau souffle et une nouvelle considération auprès du public plus jeune comme des amateurs éclairés de toujours, car s'il est vrai qu'il s'agit peut-être de la moins spectaculaire des trois sagas, elle n'en reste pas moins la plus intime et importante aux yeux de son créateur sur le moment. En ce qui me concerne le sujet me passionne et j'ai donc dévoré ce tome bien plus rapidement que les deux précédents, prenant tout juste le temps de digérer les informations et l'intrigue pour me concentrer plus en profondeur sur l'esprit du récit, qui a la capacité de toucher tout le monde. Starlin émet même directement en direction du lecteur à travers certaines cases qui brisent complètement le fameux Quatrième Mur de la perspective narrative, s'adressant à nous quelle que soit notre époque et notre situation. Jusqu'où sommes-nous prêts à aller pour connaître la Paix absolue et parfaite ? Tout est affaire de perspective et de point de vue sur la question, fonction de vos convictions spirituelles et religieuses ou simplement intellectuelles. Et ça, Infinity Crusade parvient à le faire comprendre mieux qu'un cours de philo ! Merci donc à Jim Starlin et Ron Lim pour cette œuvre intemporelle et tellement humaine, et merci à Panini de lui rendre sa chance en la rééditant sous le beau format de la collection ''Marvel Events'' qui lui sied tout à fait.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mercredi 7 novembre 2018

Women 15 - Fifteen years of the best of Michael Turner (Aspen Comics - Juillet 2018)


Joyeux 500ème article sur Radiophogeek !!

Pour l'occasion je voulais vous présenter quelque chose de vraiment spécial, et j'ai puisé dans mes réserves pour vous trouver ce magnifique album sorti lors de la dernière San Diego Comic Con en Juillet dernier. Produit par l'éditeur Aspen Comics, les héritiers du très regretté Michael Turner, ce volume cartonné de grand format et du plus bel effet, au format dit ''à l'Italienne'' aux pages glacées, rassemble quelques uns des meilleurs dessins (sketchs + colorisation) de l'artiste ayant fondé Aspen Comics avec la complicité de Peter Steigerwald, sans doute lui aussi l'un des plus grands dans son domaine de référence.

Vous y trouverez des dessins issus exclusivement des séries produites sous l'ère Aspen Comics de Michael Turner, donc du Fathom, Soulfire, Ange ou Démon, Assistante & Exécutrice... mais aussi quelques collaborations avec DC et Marvel, autour des personnages de Supergirl, Wonder Woman, Spider-Man, La Chatte Noire, et même Red Sonja ! Des dessins somptueux, sublimes, au niveau de détail parfaitement hallucinant tant version crayonnée que colorisée. C'est vraiment, à mon sens bien sûr, parmi ce que l'on peut trouver de meilleur dans les hautes sphères des artistes comics de légende. Turner était et est toujours un grand qui ne sera je pense pas détrôné de sitôt de son statut de rock-star.

Alors c'est vrai, vous pourrez aussi me dire que ce n'est pas très varié et qu'on y trouve surtout des belles filles aux physiques assez similaires quand on regarde bien. C'est vrai, c'est le domaine de prédilection de Michael Turner et de ses élèves et fans. Mais en quoi est-ce un mal ? D'autres ont un don pour dessiner des personnages forts, avec des formes, et c'est très bien. Chacun son territoire et ses capacités et goûts, comme on dit. Profitez juste de la beauté de la chose et arrêtez de vous prendre la tête, cet artbook est 100% détente et plaisir !

Autre point à aborder avant de conclure, les différentes couvertures exclusives que vous pouviez acheter à prix d'or chez DC en V.O. il y a encore quelques temps sont TOUTES présentes dans cet album, pour un prix assez raisonnable cette fois puisqu'il vous en coûtera en moyenne 70€ suivant les revendeurs en ligne. Achetez-le plutôt dans des boutiques spécialisées comme Pulp's à Paris, où les frais d'importation sont déjà compris dans le prix. Vous pourrez en profiter pour vous faire plaisir avant Noël et vous acheter aussi l'artbook regroupant l'intégralité des trois premiers recueils softcovers de croquis et sketchs de l'artiste.

Voilà, que dire pour finir ? C'est une vraie merveille que vous avez l'opportunité de découvrir ici, alors sautez sur l'occasion et procurez-le vous à un prix correct dans une boutique spécialisée et de confiance. Michael Turner nous enchante encore depuis des années et ce n'est pas près de s'arrêter tant que ses successeurs perpétuerons son héritage valeureux.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mardi 6 novembre 2018

Love is Love (Bliss Comics - Octobre 2017)


Le 12 Juin 2016 dans la ville d'Orlando en Floride, un tueur assassine 49 personnes dans la boîte de nuit le Pulse à cause de leur identité sexuelle. Gay, lesbiennes, trans, bi, queer, homos, hétéros... 49 personnes ont disparu brutalement de la vie de leurs proches et de celles et ceux qu'ils aimaient, tout ça par la faute de la haine et de l'incompréhension qui règnent encore bien trop souvent dans notre société à l'égard des personnes ayant un genre, un comportement et des goûts différents de la masse dirigeante bien pensante.

Cela se passe dans notre monde. J'aurais préféré vous écrire un article sur quelque chose de fictif, quelque chose avec un super-héros qui viendrait in-extremis au secours de ces pauvres gens et apporterait un message de tolérance à travers les pages colorées de ses aventures. C'est généralement ce que je vous chronique et présente sur ce blog. Mais là, il s'agit de faits réels, d'une vraie tuerie, d'un vrai drame humain. Comment dès lors en parler ? Comment extérioriser toute la peine que l'on ressent ?

Les artistes travaillant pour l'industrie des comics aux USA ont trouvé une solution bien à eux et ont, par l'intermédiaire des éditeurs DC et IDW qui ont formidablement joué le jeu, réussi à réunir des dizaines de témoignages d'amour et d'intelligence affective, à travers des textes ou des dessins de leurs amis et collègues, parfois gays, parfois non, toujours touchés et toujours volontaires pour exprimer ce qu'ils ont ressenti et ressentent encore en pensant à ce massacre encore trop ordinaire et récent. Ca ne ramènera pas les victimes du Pulse, ça ne changera peut-être pas la conscience de la masse, mais ça portera le plus beau des messages : l'amour est et restera toujours l'amour, quelle que soit sa forme ou son moyen d'apparaître. Grâce à ces artistes d'horizons et d'éditeurs différents et parfois concurrents, c'est un album rempli d'ondes positives qui émerge de leurs efforts conjugués et l'on reconnaîtra par-ci par-là tantôt Superman et sa cousine Supergirl, tantôt Wonder Woman, tantôt Kevin Keller de chez Archie Comics, et bien d'autres encore.

Je l'ai dis, qu'ils viennent de chez Marvel, DC ou d'autres éditeurs plus petits, des États-Unis ou d'Europe, tous les artistes ont accepté de participer à ce fabuleux recueil de sentiments et d'expériences positives en l'honneur et en hommage aux victimes du Pulse à Orlando, Floride, ce 12 Juin 2016. Il serait bien inutile de vous faire un résumé de ce que l'on y trouve, chaque page étant une histoire différente des autres et s'adressant à vous, lecteurs, de bien des façons toutes très personnelles suivant votre sensibilité et vos goûts. Pour ma part, la modeste participation de Jim Lee m'a beaucoup touché, j'espère qu'elle vous parlera également, mais toutes forment de toute façon un ensemble parlant de la même chose, à l'intention des rageux, haineux, amoureux, timides, excentriques... tout le monde se reconnaîtra et comprendra le message. Et c'est ça la magie de cette œuvre de coopération spontanée. Je souhaite que vous la découvriez comme moi, mieux vaut tard que jamais. Love is Love est un magnifique comic-book, contenant ce qu'il peut y avoir de meilleur dans ce monde de papier et d'encre que nous aimons tant parcourir. Un très bel ajout à vos bibliothèques et à vos collections, à mettre bien en avant. Chez nous c'est l'éditeur de Valiant qui a réussi à sortir cet album, Bliss Comics, mais tout le monde aura participé pour ce qui concerne la V.O. en tout cas.

Ajoutons pour finir qu'acheter cet album n'est pas un geste anodin. Ça ne changera peut-être pas le monde, ça ne fera pas prendre conscience à tout le monde du message de tolérance véhiculé, mais sachez au moins que l'intégralité du prix d'achat est reversé à des œuvres caritatives et engagées autour de la communauté LGBTQ, ainsi que chez nous à SOS Homophobie. De quoi apporter un peu de soutien et de compassion tout en vous faisant plaisir et en faisant une bonne action qui enrichira votre culture et votre collection personnelle. Qu'attendez-vous pour sauter le pas ?

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

lundi 5 novembre 2018

Batman - The Dark Prince Charming tome 2/2 (Dargaud - Juin 2018)


Tandis que Bruce Wayne fait tout son possible pour sauver la vie de la mère d'Alina, toujours inconsciente et cloîtrée dans une chambre d'hôpital, Batman s'acharne sur tous les anciens partenaires du Joker pour leur arracher sa localisation exacte et l'endroit où il aurait pu enfermer Alina. Mais les recherches musclées du Chevalier Noir ne donnent toujours rien, et c'est pour cela que Bruce Wayne accepte un rendez-vous de la dernière chance avec le Joker en personne, dans le même dinner où il a autrefois fait la connaissance de la mère d'Alina... Le Joker fournit la preuve vidéo que la petite est toujours en vie saine et sauve, mais en contrepartie il exige pour sa libération que Bruce achète un diamant bleu d'une rareté et d'un coût aussi exceptionnels l'une que l'autre aux prochaines enchères de Gotham. Le diamant est en réalité un cadeau pour Harley bien entendu après le fiasco de son récent anniversaire, mais le Clown Prince du Crime commence à s'interroger sur la viabilité d'une telle affaire, d'autant qu'un lien particulier se créé peu à peu avec sa captive si impertinente... qui, de Batman ou du Joker, pourra sauver Alina et la façonner pour les années à venir ? Le Prince Charmant est-il bien celui que l'on espère ? Et surtout, après toute une vie à s'affronter et à se traquer l'un l'autre, reste-t-il encore de l'amour dans le cœur de Batman pour une enfant abandonnée ?

Et voilà la fin de cette sublime histoire par Enrico Marini scénario et dessins, une histoire qui se tient très bien toute seule et qui nous prouve que l'art européen peut très bien s'adapter aux canons du monde des comics américains, et inversement ! Cette rencontre aura permis de faire connaître des deux côtés des talents et des capacités que l'on ne soupçonnait pas encore, et peut-être de poser les ponts pour de futures et fructueuses collaborations entre nos deux peuples et arts...
Sans rire, ces deux tomes en belle édition bd tout ce qu'il y a de classique sont une vraie merveille à posséder dans sa bibliothèque, on a vraiment de quoi être fier des deux côtés de l'Atlantique et j'espère vraiment que cette passerelle amènera d'autres artistes à travailler sur des concepts qui ne sont pas l'évidence de leur profession ou de leur domaine de prédilection. Les dessins de Marini sont beaux, puissants et sensuels quand il le faut, le scénario respecte parfaitement l'esprit de Batman et de son vaste univers... peut-être un petit bémol pour le rôle de cruche réservé à Harley mais apparemment c'est comme ça qu'on l'aime donc je n'insisterai pas... le reste tout est niquel, superbe, fort et terriblement envoûtant, c'est bien simple on en veut encore j'en redemande ! Marini de son côté semble de toute façon conquis par cette expérience puisqu'il a passé un certain temps à dessiner d'autres personnages DC au gré de ses envies du moment et des demandes de fans lors des récentes conventions. Du temps a passé et de l'eau a coulé sous les ponts depuis Juin dernier et la parution de cette seconde et dernière partie, donc il n'est plus vraiment nécessaire de vous dire de lui laisser sa chance mais si vous ne l'avez pas encore lu, foncez car c'est vraiment du tout bon tout du long !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

samedi 3 novembre 2018

All-new Avengers tome 3 - Une vision du futur (Panini Comics - Juin 2018)


Dernier tome de la série.

Plusieurs intrigues se croisent dans ce troisième et dernier tome de la série. Dans un premier temps, Vision va demander conseil au jeune Inhumain Ulysse pour tenter d'obtenir une information sur Kang le Conquérant, le tyran temporel, avant qu'il ne devienne véritablement une menace pour le monde quelle que soit l'époque. Vision emprunte une machine à voyager dans le temps dans les souterrains du Baxter Building et se rend aux différents points forts de l'existence de Kang, de l’Égypte Antique jusqu'au lointain futur, mais sur sa route il croise toujours la même ombre fugace qui tente de le retenir et de l'arrêter, sans résultat jusque là. Alors que Vision a enfin trouvé la date qu'il cherchait et qu'il se tient désormais au-dessus du berceau de celui qui va devenir Kang le Conquérant dans un avenir proche, l'ombre revient mais cette fois n'engage pas le combat et préfère simplement dévoiler une information capitale à Vision avant de disparaître. Avec cette nouvelle donnée, Vision prend donc une très difficile et très réfléchie décision qui risque de bouleverser tout le court de l'espace-temps...
Ailleurs, tandis que les combats entre héros font rage pendant les événements de Civil War II, la nouvelle Guêpe rencontre l'ancienne, Janet VanDyne, sa belle-mère. L'occasion de combattre en famille des agents d'une mystérieuse organisation criminelle tentant de s'emparer de la jeune femme sous les yeux de sa belle-mère et de Jarvis. Mais le plus dur reste à venir, car après ces échauffourées notre jeune héroïne avide de connaissances scientifiques et sentimentales apprend ce qui se passe dans le reste du monde, et décide de se rendre dans son laboratoire personnel installé dans le microvers afin de travailler d’arrache-pied sur une machine qui serait capable de régler le conflit pour tout le monde... avant qu'elle n'explose subitement et que Janet ne sauve sa belle-fille de justesse. Il faudra certainement du temps pour qu'elle comprenne qu'elle ne peut régler tous les maux du monde à elle-seule ni uniquement grâce à la science, mais une chose est déjà sûre cette petite possède la meilleure volonté qui soit. Que deviendra-t-elle dans quelques années ?
Enfin, la nouvelle Thor se rend en Asgard pour quérir les réflexions de son illustre gardien, Heimdall, dont le regard porte sur toute chose dans le vaste univers. Heimdall, plutôt que de lui répondre directement, lui raconte l'histoire d'une demande similaire de la part du premier Thor, lors des premiers années des Avengers, alors qu'ils devaient lutter contre un Docteur Fatalis en plein esprit de conquête des ressources des pays voisins de la Latvérie. Le récit a pour but de faire accepter à Thor, le premier comme la nouvelle, que parfois les choses ne peuvent malheureusement pas être arrangées pour tout le monde et qu'il y a toujours une façon de les empirer, ou pour un esprit avisé d'arriver à ses fins malgré tout. Réceptive, Thor s'éloigne et poursuit sa route, le cœur emplit de questions sans réponses mais également de nouvelles et solides certitudes.

Pour finir vraiment, vous aurez droit à l'annual de la série, consacré à la jeune Miss Marvel et au regard que le monde porte sur elle, particulièrement via les fanfictions qui fleurissent sur Internet et dont la jeune femme est elle-même rédactrice par moments. Mais quand l'une d'elles égratigne sa fierté de femme et d'héroïne, c'est la porte ouverte à tous les délires qui se succèdent sur la toile à son sujet. L'occasion d'une bonne leçon d'humilité pour elle comme pour certains de ses comparses, qui leur servira un jour prochain.
L'album en lui-même ne se tient pas vraiment en un tout concret et harmonieux, ce sont trois histoires bien différentes que l'on nous propose mais toujours avec cette idée de gérer l'avenir quoi qu'il arrive, de la meilleure façon possible, soit de bien des façons en vérité. Trois histoires principales qui sentent la fin de la série bien sûr mais qui offrent un beau regard sur certains personnages encore trop peu mis en avant jusque là, avant le prochain relaunch de la série sous le titre plus sobre de Avengers, tout simplement. Au bout du compte la série n'aura pas été vraiment exceptionnelle du premier au troisième et dernier tome, que ce soit niveau scénario comme niveau graphismes, ce n'était clairement pas la meilleure partie de cette nouvelle ère All-new Marvel Now! dont on avait tant entendu parler. Mais étant donné que la série ne s'étale que sur trois tomes, c'est un maigre investissement à faire pour avoir des histoires assez sympathiques bien que très dispensables sur nos héros d'hier comme de demain. Bien sûr l'essentiel à l'époque était centralisé autour des événements cruciaux de Civil War II puis à l'introduction de ce qui va donner plus tard Secret Empire, ce qui explique donc que certains efforts n'aient pas été fournis sur All-new Avengers alors que l'on aurait pu s'attendre à une série de qualité et surtout capitale à suivre dans cette continuité. A vous de voir si elle vous intéresse ou non, ce n'est vraiment pas inoubliable mais ça reste une lecture agréable qui change des grosses batailles que l'on voit fleurir un peu partout.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !