mardi 23 juillet 2019

Wonder Woman Rebirth tome 6 - Attaque contre les Amazones (Urban Comics - Février 2019)


Darkseid est donc de retour corps et âme, grâce à l'énergie accumulée et assimilée des derniers dieux et descendants divins du Panthéon. Malgré tous les efforts de Wonder Woman et de son frère jumeau nouvellement retrouvé et rendu à la raison, l'ancien seigneur d'Apokolips et sa fille Graal disparaissent dans un lieu encore inconnu, situé quelque part au beau milieu de la jungle Amazonienne. Là, le tyran cosmique construit en secret une arme décisive : un portail pour voyager vers la dimension où se trouve l'île de Themyscira et réduire en esclavage toutes les guerrières Amazones qui la peuplent, afin de se constituer une nouvelle armée de Paradémons presque invincibles dans le but de regagner son trône et d'asseoir à nouveau son pouvoir. Face à lui ne se dressent que les hommes de l'A.R.G.U.S., menés par Steve Trevor, et Diana et son frère. La Ligue de Justice ne peut rien et n'est au courant de rien, c'est une affaire ''privée'' qui doit rester dans le cadre des forces humaines dans la mesure du possible. Cependant, Diana a déjà beaucoup de mal à faire confiance à son jumeau, tout comme Steve d'ailleurs, car ils n'oublient pas que ce-dernier a été un traître avant de rejoindre leur camp, et qu'il est encore inexpérimenté sur bien des plans. Mais la découverte d'une armure sacrée lui permettra de mieux maîtriser ses pouvoirs et de se montrer utile au combat, habile soutien d'une guerrière chevronnée qui en a bien besoin. Wonder Woman doit aussi faire avec l'apparition de nouveaux ennemis personnels dans sa vie : plusieurs attaques sur Washington sont déjouées par la belle Amazone, mais elle sent que derrière ces événements se dissimule encore quelqu'un de bien plus malin et intéressé par ses talents. Comme si devoir affronter Darkseid en personne sous peu n'était déjà pas assez stressant en soi ! Voilà que Diana doit en plus combattre contre une ancienne amie devenue ennemie intime, Silver Swan, et tenter l'impossible pour la raisonner avant qu'il ne soit trop tard pour elle. La joute finale contre Darkseid approche, Wonder Woman entend bien relever le défi et ne laisser aucune chance au tyran de s'en sortir... mais lui restera-t-il assez de force et d'amour dans son cœur pour abattre une telle créature maléfique seule ?

Un tome bourré d'action et de retournements de situation, entre le jumeau de Diana et les préparatifs de Graal pour le plan de son démoniaque de père... d'ailleurs Darkseid fait ici ce qu'il sait le mieux faire depuis toujours : attendre avec plus ou moins de patience que tout se mette en place pour son grand moment. Un grand moment que Diana parviendra à lui voler, car évidemment c'est elle la vraie vedette de l'histoire et tout lecteur n'a qu'une envie, la voir botter les fesses du tyran sombre et le mettre hors d'état de nuire pour de bon si possible ! Les dessins sont très bons, énergiques et chargés en émotions également, vivants pourrait-on dire plus simplement. C'est le plus important à mon sens sur une série comme Wonder Woman, incarnation de la pureté de la Vie et de son aspect sacré. Le scénario quant à lui nous replonge dans les meilleurs chapitres de l'époque de Greg Rucka, un bel hommage signé James Robinson et beaucoup d'autres artistes fort talentueux. Une lecture assez dense au final, mais dont la fin se dévore sans retenue ! Dire qu'il ne reste plus qu'un tome pour terminer toute cette fantastique histoire, je l'espère de la façon la plus belle et épique possible pour Diana comme pour ses alliés. Gloire à l'Amazone !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

lundi 22 juillet 2019

Hellshock (Alayone Comics - Août 2018)


Jeune interne tout juste affectée à son premier établissement, Christina Marceaux choisit d'officier dans la médecine psychiatrique, fascinée par les remous de cette discipline et persuadée de pouvoir aider son prochain dans les affres de la maladie mentale. Mais elle déchante très vite lorsqu'elle se rend compte que le système est pratiquement en surcharge et que les cas pleuvent littéralement dans les asiles, des grands malades à troubles multiples jusqu'aux simples et pauvres SDF cherchant tout bonnement un abris chaud pour quelques temps, quitte à subir de profonds examens médicaux aux résultats parfois désastreux. Christina s'enfonce bien vite dans une routine qui lui déplaît, dans laquelle elle se sent totalement inutile dans le meilleur des cas, incapable d'aider ces gens et de les orienter vers ce qui pourrait les sauver. Les cas s'enchaînent les uns derrière les autres, avec la même difficulté et la même cruauté de la vie derrière. Jusqu'au jour où, à deux doigts d'abandonner, Christina fait la rencontre de David. Un homme catatonique au passé mystérieux, dont elle parvient peu à peu à se rapprocher et à tirer quelques bribes de paroles cohérentes avant qu'il ne s'enfonce dans sa psychose et son délire muet. Quel est le secret de David, qui semble tellement attiré par les figures célestes et religieuses et qui renie pratiquement toute réalité autour de lui ? Est-il bien fou, comme on dit, ou bien n'appartient-il pas à ce monde ? A la frontière entre folie et raison, entre passion et devoir, Christina va découvrir un monde dont elle ne soupçonnait pas l'existence et va également se retrouver obligée de faire un choix déchirant, qui bouleversera le reste de sa vie. Jusqu'où sera-t-elle prête à aller pour aider un être aussi mal en point ?

Le véritable chef-d’œuvre de Jae Lee est ici mesdames et messieurs, en VF grâce aux efforts et au travail très méritant de Thomas Rivière et de son label Alayone Comics. Si cette histoire a connu des périodes sombres et assez difficiles, une fois enfin terminée par son auteur elle devient une véritable parabole qui nous entraîne dans les tréfonds de l'esprit et du désespoir humains. Les angoisses surgissent d'une page à l'autre, de même qu'une certaine promesse de rédemption ou tout du moins de salut, à condition que l'on s'autorise à poursuivre la lecture jusqu'à la toute fin. Les dessins sont magnifiques, c'est du grand art et les thèmes comme les couleurs et choix de dispositions dans l'espace rappellent beaucoup ce que Jae Lee avait pu fournir sur Les tourments de Double-Face (en VF chez Urban), un récit majeur dans la carrière du criminel qui redistribuait totalement les cartes. Hellshock est une histoire passionnée, tourmentée et multiple, où l'on suit plusieurs aspects d'une même vie et d'un même combat, et où la raison n'est pas toujours là où on l'attend. Je suis vraiment très content d'avoir osé sauter le pas et d'avoir enfin lu ce récit de jeunesse de l'auteur magnifiquement mis en valeur par la préface de Jim Lee et les soins de l'éditeur Alayone Comics pour reproduire la version VO de Dynamite et Image. Si vous avez la chance d'en avoir quelques exemplaires à disposition, de l'édition régulière comme de l'édition deluxe, n'hésitez surtout pas à vous engouffrer dans le terrier du lapin, vous risquez bien d'en ressortir changés. En bonus, vous trouverez un court récit policier en noir et blanc, de ton très grave et sombre, ainsi que les différentes couvertures et une postface signée Nick Barrucci, le président de Dynamite à l'époque. Merci Alayone encore pour ce beau cadeau que vous avez réussi à mettre sur le marché !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !


samedi 20 juillet 2019

Danger Girl - Tric-traque à Shanghaï (Graph Zeppelin - Janvier 2019)


Abbey Chase et les sœurs Savage sont sur le terrain, à Shanghaï, pour s'emparer d'une mystérieuse mallette dont Deuce refuse de leur révéler le contenu, se bornant à les mettre en garde sur sa dangerosité. Alors que les filles localisent enfin leur cible, une nouvelle ennemie fait son apparition et complique la tâche d'Abbey, qui ne parvient pas dans un premier temps à récupérer la mallette. Endommagée, celle-ci menace de tout détruire si rien n'est fait pour stopper la réaction en chaîne, et c'est Val qui va s'en charger, menacée par l'impitoyable tueuse Asia. On apprend alors que cette farouche adversaire est en fait une ancienne partenaire de Natalya, la traîtresse, et qu'elle reproche sa mort sur l'île du Hammer Reich à Abbey ! Joignant donc l'utile à l'agréable, Asia entend bien conserver la mallette le plus longtemps possible et surtout supprimer notre héroïne au passage !
Heureusement, notre trio de choc est prêt à toutes les éventualités et Abbey a encore beaucoup de ressource en elle : non sans mal, elle reprend la mallette à Asia et parvient à s'enfuir avec à bord d'un train, direction Hong Kong. Mais la chasse n'est pas terminée, et les ennemis arrivent par dizaines à bord d'hélicoptères d'assaut tandis que les Danger Girls séparées ont le plus grand mal à se retrouver, même avec Deuce personnellement aux commandes de leur appareil. Une véritable catastrophe est sur le point de se déclencher si rien n'est fait et si la mallette ne retourne pas entre de bonnes mains. La traque continue donc, à un rythme affolant, tandis que le sort du monde entier pourrait bien se jouer sur ce trajet...

On la voulait, la voilà enfin, la suite des aventures des Danger Girls d'Andy Hartnell et J. Scott Campbell, dessinée cette fois-ci par le talentueux Harvey Tolibao qui parvient à sublimer nos héroïnes au cœur de l'action comme dans les moments les plus posés. Ça change agréablement du précédent album dont je vous ai parlé, Back in Black, qui laissait une forte impression de travail bâclé il faut bien le dire. Ici ce n'est heureusement plus le cas, Tolibao fait de son mieux aux crayons pour nous éblouir et les pages et cases fourmillent de détails dans tous les sens. Bien entendu ce que l'on veut vraiment voir c'est le trio en action, et là non plus nous ne serons pas déçu et nous en prendrons plein les mirettes ! Le scénario d'Andy Hartnell est presque accessoire à ce niveau, mais il nous mène bien quelque part et nous réserve surtout de grosses surprises pour le tout dernier chapitre et les prochaines aventures d'Abbey Chase, Sydney et Sonya Savage ! Du tout bon donc pour moi, je ne suis pas déçu et Graph Zeppelin comme d'habitude nous offre un travail pratiquement impeccable sur l'édition et la traduction... à part cette petite polémique au sujet de la couverture choisie pour l'album (illustrant un épisode au Japon alors que l'histoire de celui-ci se passe en Chine à Shanghaï donc...) je ne trouve rien à redire, merci encore et à la prochaine pour une nouvelle dose d'action et d'humour ! Petit plus tant que j'y suis : la galerie de fin contient de très belles photos signées Jeff Zoet avec de belles mannequins se prêtant au jeu et incarnant à merveille les trois Danger Girls classiques de la première heure. C'est à voir absolument !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

vendredi 19 juillet 2019

La V.O. du vendredi n°131 : Magneto tome 1 - Infamous (Marvel - Octobre 2014)


Il était autrefois le pire cauchemar de l'humanité... le mutant ultime, le conquérant, le terroriste. Parfois aussi, le tueur. Mais ce Magneto n'existe plus depuis longtemps. Pendant un temps, il a coopéré avec les X-Men, ainsi qu'avec l'équipe renégate de Cyclope. Mais ce temps-là aussi est passé. Aujourd'hui, il est seul, usé et plus amer que jamais. Mais il a toujours une mission, un but sacré qu'il se fixe et qu'il se force à atteindre, un sens à donner au reste de sa vie. Aujourd'hui, Magneto cherche à libérer l'espèce mutante de tous ceux qui lui font peur, de tous ceux qui lui font mal, qui la terrorisent et l'assassinent dans l'indifférence générale. Ces crimes de haine, racistes, qui rappellent les heures les plus noires de notre Histoire, c'est terminé. A présent, les porteurs de cette haine savent qu'ils ont un ennemi à craindre, qui surgira quand ils s'y attendront le moins pour livrer une justice unique et implacable. Oui, le Magneto des grandes années n'est peut-être plus... mais le nouveau Magneto est peut-être plus redoutable encore, même si affaibli par les années et les épreuves. Il ne s'arrêtera que lorsque sa mission sera terminée... et il est pratiquement certains que ce ne sera jamais le cas, pas tant qu'il restera des raisons de se battre. Le programme Sentinelles, par exemple, qui recrute à présent des sans-abris pour les transformer de force en robots tueurs de mutants sans plus se soucier de leur sort ensuite. Mais aussi des criminels chevronnés comme les Maraudeurs, qui méritent bien plus que d'autres encore de subir un sort pire que la mort. Les Purificateurs sont aussi en bonne place sur le menu, ces extrémistes humains prêts à toutes les bassesses et toutes les horreurs pour tuer ne serait-ce qu'un mutant de plus. Tremblez, vous tous qui avez fait des mutants vos cibles privilégiés... car Magneto vous voit et vous trouvera, où que vous soyez.

Gros coup de cœur pour cette série que je ne lis qu'en VO ! Je ne m'attendais tout simplement pas à ce niveau dans une série secondaire de Marvel, même pas une principale de la gamme X-Men. Cullen Bunn nous offre ici un début en fanfare avec un Magneto totalement réinventé ayant perdu tout sens de la mégalomanie pour faire place à une justice brutale, expéditive et jouissive. Cette violence n'est pas gratuite attention, comme un Punisher mutant Magneto ne vise que ceux qui ont des comptes à rendre envers la communauté des homo-superior. Le texte est très fluide, s'adresse directement à la sensibilité du lecteur, droit dans son esprit, et l'invite à tourner chaque page le plus vite possible pour connaître la fin, s'il doit y en avoir une. Nous verrons vite que ce n'est pas le cas ici et que cette série, complète en quatre tomes à ce jour, réserve encore bien des surprises. Plus habitué aux symbiotes ou surtout à Deadpool, l'auteur nous prouve enfin qu'il est tout à fait capable d'un récit très sérieux et posé, et d'une connaissance pratiquement à toute épreuve d'un des personnages les plus emblématiques de la galerie Marvel. Quant aux dessins, signés par Gabriel Hernandez Walta et Javi Fernandez, c'est assez simple mais ça fait mouche à chaque page, chaque case, avec une efficacité toute éprouvée. Rendez-vous prochainement pour la suite !

jeudi 18 juillet 2019

Stravaganza - La Reine au casque de fer tome 7 (Casterman - Mars 2019)


Il fût assez difficile de dire l'ultime au-revoir à cette belle série d'héroic-fantasy... alors pas de panique, l'auteur a prévu un tout dernier tome afin de finir en beauté et sur une bonne note ! Ce septième tome de la série nous présente plusieurs petites histoires tirées du passé, du présent ou encore du futur de nos personnages préférés. Découvrez comment l'amitié de la reine Viviane et de la géante Olavie a débuté lors de leur enfance, alors même qu'elles ignoraient tout l'une de l'autre. Vibrez au rythme des combats rituels de la meute de Loups-garous qui a farouchement défendu le territoire contre les envahisseurs et leur poison, et assistez aux petits moments forts de la vie au palais de la Reine au casque de fer ! Du petit nourrisson qui vient de naître et qui passe de mains en mains, jusque dans l'intimité de la chaumière d'une famille de servantes et de leur petit frère adoré, et aussi le bel esprit d'un artisan fier de son métier. Suivez la reine Viviane dans ses vacances en mer et plongez avec elle au cœur d'un rêve de passion amoureuse qui s'éveille tout juste... et en bonus, profitez un bon bain bien mérité dans les sources chaudes du royaume en compagnie de la reine, ses suivantes et la garde royale ! Attention, pervers s'abstenir !

Ce tout dernier tome est donc l'occasion que l'on attendait idéalement pour dire adieu dans les meilleures conditions possibles à cette belle série et à son univers fantaisiste si plaisant, divertissant et passionnant. Un grand merci à Casterman de nous l'avoir présenté et fait suivre durant toute sa durée, en espérant que les ventes aient été au rendez-vous et que vous ici sur Radiophogeek avez apprécié cette découverte qui m'a grandement séduit ! Merci enfin et surtout à l'auteur, le très talentueux et généreux Akihito Tomi, dont on espère vivement découvrir et lire de nouvelles œuvres dans les années à venir !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mercredi 17 juillet 2019

Legenderry - Vampirella (Graph Zeppelin - Janvier 2019)


Sitôt revenue à Big City, celle que tout le monde à Legenderry connaît sous le nom de Pendragon se rend compte que quelque chose ne va pas. Son club privé a été fermé par un comité de décence publique, et un mystérieux Conseil règne sans partage sur la criminalité de la cité, avec comme ambition suprême de faire élire un triste sire à la tête de Big City. Sans parler de leur adoration pour un démon issu d'un autre monde, qui fait beaucoup parler de lui ces derniers temps en assassinant de braves gens aux détours des ruelles une fois la nuit venue. La nuit, c'est exactement le moment que privilégie celle que nous connaissons sous le nom de Vampirella pour commencer sa propre enquête en parallèle des services de police, et mettre à jour le complot pour la Mairie et les pleins pouvoirs. Mais parfois même une créature aussi impitoyable et redoutable que Vampirella peut avoir besoin d'aide, et pour cela elle pourra compter sur le soutien surprise mais indispensable d'un certain Rudolf Rassendyll, aventurier gentleman de son état, qui a maille à partir avec un membre tout récent du Conseil et qui a ses propres raisons pour tenter de le destituer dans son intégralité. Une nouvelle aventure commence dans le monde de Legenderry, avec son lot de monstres, de machines infernales et de sombres complots...

Dernier volume en date pour la saga Legenderry consacré cette fois-ci au personnage interprété par Vampirella, la belle mais terrible Pendragon. Scénario digne d'un film d'aventure fantastique de haute volée, dessins signés par David T. Cabrera qui est décidément très inspiré pour ce personnage en particulier, bref de quoi ne pas regretter cet achat chez Graph Zeppelin et ça fait du bien ! L'écurie de l'éditeur peut être fière de comporter cette belle saga steampunk de chez Dynamite en son sein, c'est un vrai petit bol d'air frais dans la production actuelle et c'est terriblement grisant. J'attends la suite avec impatience, elle devrait apparemment être consacrée une seconde fois au personnage de Red Sonja, qui n'a elle aussi pas fini pas de faire parler d'elle ! Je conseille donc vivement cette lecture, très abordable même pour quelqu'un qui ne connaîtrait pas du tout les personnages phares de Dynamite mis en scène dans ce grand feuilleton, et surtout très agréable.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mardi 16 juillet 2019

Superman Rebirth tome 5 - Point de rupture (Urban Comics - Octobre 2018)


Dans ce cinquième tome de la série sous l'ère DC Rebirth, trois histoires principales.

Tout d'abord, la famille Kent part faire un petit périple sur la côte Est du pays, en mémoire des braves combattants de la Guerre Civile Américaine au XIXème siècle. L'occasion pour le jeune Jonathan d'apprendre de nouvelles valeurs et certains aspects méconnus de l'Histoire de son pays, ainsi que de côtoyer les lieux où de vrais héros sont tombés pour défendre la Liberté coûte que coûte, pour tous. L'occasion aussi pour Superman et son fils de partager un peu de temps à deux, sous la supervision très bienveillante de Lois.
Ensuite, une fois de retour à Metropolis, Superman devra enquêter sur une affaire de disparitions très inquiétante. Plusieurs enfants s'évanouissent ainsi dans la nature, en pleine ville, au rythme d'un tous les soirs, sans que personne ne sache où ils sont passés ni comment ils ont été enlevés. Grâce à ses pouvoirs, notre Homme d'Acier va cependant réussir à remonter la piste du ravisseur, qui n'est autre que Parallax en personne, l'entité-même de la Peur à l'échelle de l'univers. Son but : se nourrir des émotions de ses victimes, mais aussi et surtout prendre possession d'un nouvel hôte pour devenir invincible et repartir à la conquête de tout ce qui vit. Une obsession que comprend bien Sinestro, ayant lui aussi suivi la trace du parasite cosmique, afin d'en reprendre le contrôle et de retrouver ses pouvoirs perdus. La bataille qui s'engage alors sur Qward, la planète d'anti-matière des Armuriers, sera terriblement intense et poussera Sinestro jusque dans ses retranchements, alors que les conséquences de son dernier combat contre Hal Jordan se font encore sentir. Superman sortira malgré tout victorieux et parviendra à emprisonner Parallax à nouveau dans un anneau jaune, qu'il ira ensuite confier aux Green Lanterns tandis que Sinestro disparaît en jurant de se venger de son nouvel ennemi...
Et enfin, de retour sur Terre, Superman devra à nouveau affronter ses pires craintes quand Lois entreprend de remonter la piste de Slade Wilson, alias Deathstroke, afin de l'interviewer pour mieux comprendre ce qui se cache dans la tête d'un tueur aussi expérimenté et redoutable que lui. Un jeu dangereux que Deathstroke retournera contre sa conceptrice en comprenant qu'elle est liée d'une certaine façon à Superman, et qu'il peut utiliser ce lien pour atteindre l'Homme d'Acier dans le cadre d'une mission qu'on lui a confié. Mais est-ce vraiment tout ce que cela représente pour lui, une simple mission de plus pour prendre sa revanche, ou bien l'assassin tente-t-il d'en finir avec sa propre existence ?

Quoi qu'il en soit, ces trois histoires sont pleines de force et de bons sentiments, avec comme toujours une belle leçon de morale à la fin. C'est un peu cliché mais Superman redevient l'incarnation un peu brute des idéaux Américains, surtout à travers le premier récit qui nous plonge au cœur de ces valeurs et des combats qu'elles ont généré durant plusieurs et sanglantes années de guerre sur leur propre territoire. Superman, un comics patriotique ? Oui, et la série comme son éditeur ne s'en sont jamais vraiment cachés. Mais envers le pays et ses idées, pas forcément envers ceux qui gouvernent. Là est toute la nuance...
Les deux histoires suivantes sont assez similaires en fin de compte et permettent au lecteur de se faire une idée plus précise du degré de maîtrise de lui-même et de résistance à la tentation dont peut faire preuve Superman même dans les situations les plus extrêmes. Il suffirait d'un rien pour qu'il bascule et qu'il ne franchisse le point de rupture... mais il possède la force suffisante pour ne jamais aller jusque là, tout comme Batman par exemple. Et pourtant on sait à quel point ces deux-là sont régulièrement mis à l'épreuve à ce niveau !
En bref, j'ai bien aimé cette lecture, c'était plutôt agréable et très fluide, les dessins sont bons et les scénaristes comme les artistes ont bien compris ce que peut représenter un être comme Superman pour le commun des mortels, lecteurs ou non. La série gagne en qualité et perd un peu ce côté naïf et simple qu'elle avait commencé à prendre il y a de cela quelques tomes déjà, et c'est pour le mieux selon moi. Ça correspond parfaitement au gain en maturité du jeune Jonathan, qui est toujours le point de repère idéal pour le lecteur, toujours au cœur de la série et de ses sujets de prédilection. Une bonne surprise donc, que je vous conseille et qui se lit assez rapidement !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

lundi 15 juillet 2019

War Goddess tome 2 (Graph Zeppelin - Janvier 2019)


Après la mort de Molly, Pandora et Nikki font route vers la Grèce où se trouve une antique créature infernale qui vient juste d'être éveillée par le mystérieux phénomène lié à la matière noire qui a envahie notre monde. Là, juste sous le Parthénon, Pandora va devoir affronter la terrible sœur aînée des Gorgones, Satheeno, qu'elle avait jadis emprisonné dans le temple sacré gardé par l'Amazone farouche Theronia ! Un combat sans merci va alors se jouer, entre les différents camps présents sur place, pour éviter que la Grèce ne se retrouve à nouveau entre les mains de ce véritable fléau vivant. Satheeno sera finalement vaincue après une longue bataille, mais ce n'était encore qu'un avant-goût de toutes les souffrances et de tous les sacrifices dont la matière noire peut être responsable. Quelque part à l'Ouest, dans la ville de San Francisco, elle se regroupe et s'apprête à prendre enfin corps, pour mener l'assaut final contre l'humanité et en dévorer toutes les ressources ! Pandora, après tant de sacrifices et d'alliées perdues au front, va devoir faire équipe avec Hellina revenue à elle et se battre de toutes ses forces contre l'incarnation de la matière noire, qui ne lui laissera aucun répit ! Le sort du monde est en jeu, celui de chaque être vivant sur la planète, et il faudra bien plus que la force d'une ou plusieurs immortelles pour venir à bout de la menace...

Bon disons-le tout de suite, malgré le résumé que je vous fais je n'ai pas particulièrement été touché par cette histoire, ce second et dernier tome de War Goddess chez Graph Zeppelin. J'ai un peu la sensation d'avoir lu un comics-poubelle qu'on aurait été obligé d'éditer pour pouvoir bénéficier d'autres licences, ou alors c'est simplement que ce n'était pas vraiment à mon goût. Première vraie déception dans le catalogue jusque là de qualité que s'est forgé Graph Zeppelin depuis son apparition sur le marché. Ca me désole un peu parce que j'aime d'ordinaire ce que fait cet éditeur, les séries qu'il choisit d'adapter sur notre territoire, mais là c'est clairement pas à la hauteur de ce à quoi je pouvais m'attendre. Au début je voulais vous conseiller de ne pas vous fier à la couverture de l'album, assez... moche, il faut le dire, en tout cas pas très gracieuse c'est sûr. Mais il s'avère que les dessins à l'intérieur sont à peine mieux, et finalement ce qui sauve le titre c'est surtout son scénario, lui-même assez simpliste voir grossier par moments, avec certaines intrigues qui se perdent littéralement dans le néant sans jamais voir leur résolution arriver. Peut-être un manque de moyens dans la parution VO, peut-être un manque cruel d'expérience des auteurs, en tout cas c'est un peu raté je suis obligé de l'admettre. Alors oui vous trouverez cependant de belles doubles-pages comme on les aime dans ces cas-là, beaucoup d'action, peu de dialogues, des dessins en grand format pour une immersion totale, mais ça ne fait pas tout non plus. Soit c'est trop, soit c'est pas assez, mais vous ne trouverez pas demi-mesure dans cette histoire. Un des avantages, tout de même, c'est qu'il s'agit du dernier tome annoncé et donc de la ''fin'' si on peut appeler ça ainsi, et que l'album est assez épais pour un prix modique, et bien conçu en ce qui concerne sa qualité de fabrication. La galerie des couvertures alternatives à la fin sera en revanche bien plus agréable à consulter, notamment celles dîtes ''sultry'' et ''art nouveau'' que j'aime particulièrement et qui relèvent un peu le niveau.
Bilan : ça ne vaut pas vraiment le coût ni le coup, mais ça reste abordable et ça tient occupé pendant un bon moment. A vous de voir !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

samedi 13 juillet 2019

X-Men - Malicia & Gambit (Panini Comics - Janvier 2019)


C'est une histoire qui dure depuis très longtemps, et qui a connu bien des rebondissements. Malicia et Gambit, deux membres des X-Men depuis plusieurs années maintenant et qui se sont rencontrés dans de troubles circonstances, alors que leurs camps n'étaient pas encore totalement définis et en pleine tourmente. Mais malgré tout ils ont développé une relation amoureuse, qui sera maintes fois cassée puis reprise puis cassée à nouveau, au fil de leurs péripéties, de l'évolution de leurs sentiments et des problèmes personnels qu'ils rencontrent. Et ils en rencontrent beaucoup.
C'est justement le problème principal de ce non-couple : trop de vécu, trop de fausses excuses, trop de mensonges et de non-dits. Alors, quand Kitty Pryde décide de les envoyer tous les deux enquêter sur une clinique de l'amour basée sur une île tropicale où plusieurs mutants ont disparu, c'est presque trop beau pour être vrai. Gambit saute sur l'occasion, tandis que Malicia est bien plus réservée, mais très vite leur mission va se rappeler à nos deux héros quand ils se retrouvent eux-mêmes victimes d'amnésies sélectives et qu'ils reprennent leur vie de couple sans trop savoir comment. L'occasion d'échanger, enfin, de parler, d'exposer et de dire les choses, loin de leur tempérament volcanique habituel. Et au final... le plus important c'est cela, après tout. Malicia et Gambit enfin réunis, ensemble, menant officiellement une vie à deux face au reste du monde. Leur mission du jour sitôt expédiée après une série de combats cathartiques, nos tourtereaux vont enfin commencer à filer le parfait amour, vidés de leurs querelles et ressentis d'autrefois. Est-ce qu'une bonne opportunité se présente enfin dans leur vie torturée ? En tout cas, ils la saisissent au vol quoi qu'il advienne !

Malicia et Gambit, autant dire après Jean et Scott LE couple phare des X-Men de ces dernières décennies. Certes, chacun est allé voir un peu ailleurs si le bonheur s'y trouvait, Malicia a été particulièrement déchirée entre son ex et Magneto durant un temps, mais justement avec cette mini-série tout rentre ENFIN dans l'ordre des choses, tel que voulu par la majorité des fans en tout cas, et Marvel nous rend ainsi un couple mythique qui nous manquait depuis tellement longtemps. La scénariste Kelly Thompson s'associe aux dessins très fluides de Pere Pérez pour nous offrir un bon moment de qualité, de vie intime et de révélations, d’abcès enfin crevés entre ces deux personnages si proches et pourtant si loin l'un de l'autre. Est-ce que ça durera ? On l'ignore, le couple étant coutumier des ruptures dès qu'un mauvais événement se profile, mais en tout cas ce coup-ci ça semble bien mieux parti qu'avant ! On leur souhaite donc tout le bonheur possible, et on espère les revoir très bientôt côtes à côtes pour de nouvelles aventures, en binôme mais aussi et surtout en équipe !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

La V.O. du vendredi n°130 : Supergirl Rebirth tome 4 - Plain Sight (DC Comics - Novembre 2018)


Depuis la révélation de l'identité de son père aux yeux de tout National City, Supergirl vit un véritable enfer. En tant que Kara Zor-El, elle doit composer avec les différents ennemis tous plus dangereux les uns que les autres que le nouveau directeur du D.E.O. lui envoie pour la capturer, causant encore plus de dégâts durant ces combats stériles et donnant au public de nouvelles raisons de craindre leur ancienne héroïne. En tant que Kara Danvers, elle est également sous pression car son travail consiste à attaquer publiquement l'image de Supergirl dans les médias, et même son propre campus universitaire est la cible de patrouilles trop fréquentes d'agents du D.E.O. armés jusqu'aux dents avec de quoi neutraliser même Superman au besoin ! Alors, comment continuer à poursuivre son idéal malgré tous ces dangers ? C'est pourtant ce qu'elle s'obstine à faire, encore et encore, sans relâche : affronter chaque nouvel ennemi, échapper aux agents habilités à l'arrêter, mener une vie sentimentale difficile sur tous les fronts, et incarner envers et contre tout un perpétuel symbole d'espoir. La formule finira par porter ses fruits : le directeur Bones paiera pour ses crimes personnels, l'amour s'invitera dans la vie de Kara Danvers, et une belle amitié se forgera avec un autre paria comme elle mais pour différentes raisons. En définitive, Supergirl s'adressera elle-même à la population de National City et au reste du monde avec un message clair et très simple : ''Jamais je ne renoncerai à vous protéger !''. Supergirl, Kara... est et sera toujours un véritable vecteur d'espoir et portera sur elle de nombreuses étiquettes et responsabilités, tout en tâchant très durement de devenir encore meilleure qu'auparavant. C'est cela, Supergirl. L'espoir, l'effort, la volonté. Plus que la force ou les super-pouvoirs, c'est ce qui définira toujours le personnage dans les yeux du public et même au sein de sa propre communauté. Et c'est ainsi que s'achève cette belle et longue histoire, dont le mot d'ordre aura été du début jusqu'à la fin et plus que jamais ''Confiance'' !

Steve Orlando termine donc son run sur les aventures de Supergirl, commencé avec sa vision novatrice et assez proche de la version série-télé de la série sous DC Rebirth. Le bilan est assez simple à faire : une belle histoire, de bonnes intrigues, des personnages attachants et touchants quel que soit leur camp, des dessins qui sur la fin flirtent avec le magnifique, une équipe artistique complètement sous le charme et un lectorat qui ne peut qu'approuver, les larmes aux yeux, cet ultime message d'espérance. Cette fin n'est pas amère, elle est vraiment belle et puissante, profonde à ressentir, et doit être lue et comprise par le plus grand nombre possible car elle inspire vraiment à nous faire devenir meilleurs, à nous faire réfléchir sur certaines situations intolérables du quotidien, à certains actes manqués... et à ce que chacun peut faire pour y remédier. Merci aux scénaristes et dessinateurs, ainsi qu'à Stanley ''Artgerm'' Lau pour ses sublimes couvertures pleines de soleil et de vie, et merci à DC de nous offrir une série de cette qualité et aussi intimiste au milieu des autres grosses productions de l'éditeur. Les aventures de Kara Zor-El ne sont pas terminées pour autant, loin de là ! La série continue via de courts arcs en VO qui se succèdent petit à petit, et je vous en parlerai le moment venu soyez-en sûrs ! Pour l'heure, on va faire une petite pause du côté de chez DC et aller voir ce que nous propose la concurrence dans ses archives rééditées récemment... soyez du voyage !

Fire Force tome 10 (Kana - Avril 2019)


Les combats se poursuivent dans les souterrains interdits, et Shinra fait enfin face à son petit frère perdu depuis 12 ans, Shô, qui pour sa part n'a aucun souvenir de son ancienne existence ni de sa famille, et qui s'en moque totalement ! La seule chose qui compte pour lui est de servir au mieux le mystérieux Grand Prédicateur, et il ne va pas se priver de le faire savoir à Shinra afin de briser ses illusions. Mais il en faudrait bien plus pour venir à bout de la détermination de notre héros, qui ne reculera devant aucun obstacle même face à un adversaire plus puissant que lui ! Alors que les pouvoirs de Shô sont peu à peu révélés et étudiés en direct par Licht, l'affrontement prend une tournure très intéressante et imprévisible quand Shinra parvient lui aussi à se connecter à la fameuse Adora Burst, la flamme venue d'un autre monde... mais les terribles révélations qui iront avec risquent d'avoir le dessus sur sa raison, à moins qu'un petit coup de pouce de la part de ses collègues et amis de la 8ème Brigade ne puisse l'aider à s'en remettre et à tenter l'impossible pour sauver son petit frère ! Et pendant ce temps, d'autres membres du culte se manifestent et un séisme secoue la ville et probablement ses alentours, alors que de nouvelles torches humaines apparaissent un peu partout et que les autres brigades sont très occupées à les combattre. Une fois de plus Shinra poussera ses limites au maximum et même les dépassera, mais il y aura un prix à payer... sera-t-il prêt pour ça ?

Grosse actualité en ce moment autour de Fire Force, notamment avec la sortie toute récente du premier épisode de l'anime disponible en VO sur les différentes plateformes. Le tome 10 n'échappe pas à la règle et nous prépare le terrain avec cette fin d'arc en demi-teinte : on termine la partie liée aux combats dans les souterrains en ayant appris quelques menus détails sur la flamme noire et ses adeptes, mais le mystère principal reste toujours entier et il y a encore plus d'ennemis qu'avant ! De quoi faire durer la série et le suspens pendant encore un bon moment, ce qui n'est pas forcément déplaisant si le niveau se maintient à ce degré de qualité. On sent que l'auteur a fait de profondes recherches sur les lois de la Physique et les théories qu'il nous propose paraissent plutôt solides, en gardant bien à l'esprit qu'il s'agit avant tout d'imaginaire bien sûr ! Vivement le 11ème tome, qui nous promet déjà un nouveau combat haletant pour Shinra, alors qu'il vient à peine de se remettre.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mercredi 10 juillet 2019

J. Scott Campbell - Danger Girl sketchbook (Graph Zeppelin - Janvier 2019)


On l'attendait depuis un certain temps maintenant, Graph Zeppelin le nouvel éditeur des séries Danger Girl nous l'offre sur un plateau : le fabuleux sketchbook relié grand format deluxe de J. Scott Campbell en personne, recueil de tous ses croquis préparatoires et ses recherches pour les poses et attitudes des personnages qui ont fait en grande partie sa renommée.

Dans cet album intégralement traduit en français, y compris les annotations, vous trouverez tout ce qu'il vous faut pour vous familiariser avec les personnages principaux des séries à succès Danger Girl. De Operation Hammer à Mayday en passant par les parutions de l'époque de Glénat, vous aurez tout à portée de mains et de regard pour comprendre l'évolution du dessin et des designs, même si Campbell n'a lui-même dessiné que la première série du nom. Ses notes, recherches et croquis, concernent surtout les adaptations de ses chères créations sur d'autres supports, notamment des figurines et statuettes ou encore un jeu-vidéo resté relativement apprécié. Il s'agit avant tout d'un guide pour illustrateurs et concepteurs, afin de mieux comprendre l'anatomie des personnages de Campbell et les mouvements et postures qui les ont inspiré.

Vous aurez donc de quoi lire, entre une première partie spécialement conçue autour des croquis et dessins préparatoires à proprement parler, puis un chapitre entier sur l'historique du jeu-vidéo tiré de la licence, et bien sûr les inévitables couvertures alternatives et exclusives, dont certaines très récentes rien que pour nos yeux, pour finir par un maximum de variations autour des visages, bustes, jambes, poitrines, etc. Tout sera détaillé et expliqué le plus simplement possible sans pour autant perdre de vue l'esprit premier d'une telle démarche, à savoir donner des indications claires aux dessinateurs suivants pour ne pas trahir l'esprit Campbell des premières heures.

Merci donc à Graph Zeppelin, qui décidément se bouge beaucoup pour nous offrir ces petites merveilles en VF et répondre à la demande croissante du lectorat et des fans de la première génération. Merci également à Original Comics de soutenir et de vendre ces titres de leur mieux pour que tout le monde puisse y goûter ! Même si cet album-ci s'adresse plus particulièrement à des dessinateurs en herbe ou aguerris qui pourront y puiser toute l'inspiration qu'il leur faut pour prendre la relève ou bien simplement se faire plaisir, ça reste un bel ajout à toute collection qui se respecte, surtout pour un fan de J. Scott Campbell bien entendu !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mardi 9 juillet 2019

Captain America : Steve Rogers tome 3 - Naissance d'un empire (Panini Comics - Janvier 2019)


L'heure est enfin venue. Après tous ces mois, toutes ces années de préparation minutieuse et tous ces plans imbriqués les uns dans les autres, ces différents niveaux de trahisons et d'allégeances... enfin, le moment est arrivé de récolter les fruits. Steve Rogers s'apprête à parachever son grand dessein, ce pour quoi il existe, ce pour quoi il est fait, depuis toujours : devenir l'Hydre Suprême, le commandant en chef de toutes les sections de l'Hydra où qu'elles soient et quoi qu'elles fassent. Ce pouvoir total, allié à celui qu'il détient à présent sur le S.H.I.E.L.D. et les pays occidentaux, lui permettra de renverser la vapeur et de créer un monde où nul n'est plus important qu'autrui, un monde où la Justice est absolue et la même pour tous, un monde débarrassé de l'idéal des super-héros et des êtres surhumains. Un monde où l'Hydra apporte la paix et l'unité, pour tous, pour toujours. Mais avant cela il faut encore régler certaines questions, certains problèmes épineux qui demandent une solution adaptée et immédiate. Ainsi, il est grand temps de se débarrasser une fois pour toutes de Crâne Rouge, désormais affaibli après s'être fait retirer le cerveau mutant de Charles Xavier. Ayant perdu ses pouvoirs et son seul avantage, Crâne Rouge connaîtra une fin douloureuse des mains de celui dont il avait fait son arme vengeresse absolue. Son propre plan se retourne contre lui, avec une conséquence funeste inévitable. Pendant ce temps, le Maître de Corvée et la Fourmi Noire tentent de revendre à une Maria Hill désespérée les images de Captain America prêtant serment à l'Hydra dans le plus grand secret, mais ils sont rattrapés par Madame Hydra en personne qui compte bien utiliser leur curiosité vénale d'une autre façon. De son côté, Helmut Zemo entreprend de rassembler une armée à la gloire de Steve, en commençant par les anciens prisonniers de Pleasant Hill à qui on a lavé le cerveau à grand coup de Cube Cosmique. Madame Hydra fait de même en faisant appel aux plus grands dirigeants d'organisations terroristes et cartels de part le monde afin de fonder le nouveau Haut Conseil de l'Hydra, qui répondra directement aux ordres de Steve Rogers une fois le nouveau régime mondial lancé. Il reste bien sûr quelques petits grains de sable dans les rouages : Maria Hill, Rick Jones, le Dr. Selvig, Bucky, Captain Marvel... mais rien qui ne puisse se régler rapidement et avec la force adéquate. Que tous se préparent à l'avènement d'une nouvelle ère, d'un nouvel ordre mondial : Hail Hydra !

Le duel tant attendu depuis le début de cette série très controversée : Captain America face à Crâne Rouge, deux visions de l'Hydra qui s'affrontent enfin pour le plus grand plaisir du lecteur qui se demande jusqu'où ira cette perfidie. Crâne Rouge se retrouve pris à son propre jeu, piégé par ses propres manipulations, et cela lui sera fatal sans aucun doute possible. On assiste donc ici aux prémices de Secret Empire, et dans l'idéal il vaut mieux avoir lu ce troisième tome de la série Captain America : Steve Rogers avant l'event majeur de l'an-dernier. Mais au pire si vous ne le lisez comme moi que maintenant, pas de panique il peut servir d'introduction à rebours sans problème et vous raccrocherez très facilement les wagons après. Nick Spencer est toujours le maître de cérémonie, accompagné aux dessins cette fois d'une petite équipe d'élite : Javier Pina, Jesus Saiz, Andres Guinaldo, Ro Stein, Kevin Libranda, Yildiray Cinar et Jon Malin. Pas forcément les noms les plus connus de ces dernières années mais de bons dessinateurs qui livrent ici une belle performance à la hauteur du scénario peut-être un rien trop alambiqué parfois. Qu'on aime ou qu'on déteste cette histoire très sombre, ce n'est encore qu'une introduction à la véritable horreur !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

lundi 8 juillet 2019

Spider-Man tome 4 - Leçon de vie (Panini Comics - Janvier 2019)


Dernier tome de la série.

Alors que Miles vient à peine de tasser les choses entre son père et lui, principalement au sujet de leurs secrets respectifs, c'est au tour de Rio, sa propre mère, de découvrir son identité secrète après une minutieuse enquête personnelle. L'heure est grave, car ni Miles ni son père ne peuvent ressentir ce que Rio ressent : elle a l'impression d'être trahie et mise au second plan dans la vie de ses deux hommes, et même si elle les aime toujours elle ne parvient pas à les pardonner totalement. Il faudra du temps et beaucoup de patience, mais peut-être qu'elle finira par accepter la double-vie de son fils et les mensonges de son mari... et qui sait, peut-être même qu'elle sera une bonne alliée pour chacun d'eux.
Mais Miles n'a pas vraiment le temps de se soucier de l'état du couple de ses parents : Hammerhead lui cherche des crosses, et il va finir par le payer au prix fort ! Après un affrontement sanglant, le gangster est pratiquement en mesure de tuer ce jeune Spider-Man qui lui en a tant fait baver, mais les choses ne vont pas se passer comme prévues. Affaibli au niveau de sa réputation et au sein de son milieu criminel, Hammerhead n'a plus qu'une solution pour rétablir la situation : tuer Spider-Man. Il passe alors un marché avec une mystérieuse conceptrice d'armes biologiques, qui lui promet de lui rendre sa force et son endurance d'antan contre un prix modique bien entendu. Est-ce que ce sera suffisant pour venir à bout de Miles Morales, lui-même pas au mieux de sa forme ? En tout cas, la Chatte Noire en personne veut une fin rapide à cette affaire qui n'a que trop duré.
Et comme si ça ne suffisait pas, Miles commence à se poser des questions existentielles alors qu'il vient juste de se faire une potentielle petite-amie ! Doit-il continuer à être Spider-Man, ou bien peut-il s'ouvrir une autre voie avant qu'il ne soit trop tard ? En partant au Japon pour tenter de faire le point sur cet épineux problème de vie, Miles ne s'attendait pas à se retrouver en plein cœur d'un gang de yakuza Inhumains dont la patronne, une super-criminelle reconnue et assez dangereuse, veut lui parler personnellement. La situation se corse quand quelqu'un décide de se mêler de cette histoire et de permettre à Spider-Man de neutraliser le gang au complet après un dur combat. Qui est cet énigmatique bienfaiteur ? Quoi qu'il arrive désormais, Miles n'est plus si sûr de vouloir continuer à être Spider-Man. Mais est-ce que le reste du monde lui laissera le choix ?

Bendis met donc un terme à cette série, mais pas aux aventures de Miles rassurez-vous ! Son cher créateur ne peut pas lui dire adieu de cette façon et nul doute que nous retrouverons le jeune Spider-Man à travers de nouvelles péripéties dignes de lui, ce côté si proche de la vie de tous les jours qui réussit si bien aux héros Marvel dans son genre. Beaucoup d'humour encore une fois, tant de situation qu'en paroles, mais surtout un certain sentiment d'inachevé en arrivant au bout de ce quatrième et dernier tome. Les différentes intrigues développées ici sont laissées en suspend, pour je l'espère être reprises prochainement dans une autre série dédiée à Miles Morales ou gravitant dans le giron de Peter Parker. Je n'ai personnellement aucune idée ni aucun détail sur ce que l'avenir réserve à Miles, un personnage que j'ai appris à découvrir et à aimer comme beaucoup d'autres lecteurs de l’œuvre de Bendis, mais j'espère que Marvel lui prépare un bel écrin à sa hauteur ! Niveau dessins, c'est tout bon les différents artistes se succèdent autour d'une ligne directrice qui reste cohérente, toujours beaucoup d'énergie et de précision dans les moments d'action, et ils sont nombreux ! Soyez à l'affut de toute nouvelle information sur notre petit prodige, ça risque de sérieusement bouger pour lui.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

dimanche 7 juillet 2019

Lady Mechanika tome 5 - La machine à assassiner (Glénat Comics - Octobre 2018)


Sorti seul dans la nuit en plein cœur de la cité industrielle, un ingénieur de la compagnie d'armement Athéna est soudain agressé et littéralement tranché en deux au niveau du bassin. Aucune empreinte, aucun témoin, le corps est retrouvé en l'état le lendemain et la police ne sait qu'en faire. L'enquête est alors confiée à l'inspecteur Singh, dont les soupçons le portent immédiatement à creuser du côté de celle que l'on connaît sous le nom de Lady Mechanika ! Lewis, son ingénieur, et elle, sont en effet présents lors de l'enterrement du pauvre homme, dont Lewis était un ancien collègue du temps où ils travaillaient tous chez Lord Blackpool. Mais avant même que l'inspecteur n'ait commencé à poser les bonnes questions, un second assassinat se produit juste sous leurs yeux à la sortie de l'enterrement ! Cette fois, il est clair que l'on a affaire à une créature surhumaine, capable de mouvements rapides et précis et surtout d'une discrétion toute mécanique. Tout cela tend à prouver que Lady Mechanika est la coupable idéale, mais elle s'en défend et commence sa propre investigation sur cette sombre machination qui a déjà coûté la vie à deux homme... et bientôt à un troisième. L'étau se resserre et Singh ne pourra bientôt plus empêcher que la police ne vienne arrêter Lady Mechanika, surtout que l'intrusion dans l'usine de Lord Blackpool n'a rien donné de probant. Arrêtant de peu une quatrième tentative d'assassinat sur un autre ancien collègue de Lewis, notre belle enquêtrice acquiert soudain la certitude que son nouvel ennemi n'a rien d'humain : c'est une création entièrement mécanisée, d'une conception encore jamais vue à ce jour et capable de repérer, identifier et assassiner sa cible en toute discrétion même au milieu d'une foule. L'heure des comptes a sonné, et cette sombre affaire va bien vite révéler une horrible tragédie dont la vengeance semble être la seule issue possible... un temps suspecté à son tour, Lewis est à présent en danger mortel ! La machine à assassiner est en marche, et rien sur Terre ne semble en mesure de l'arrêter...

Encore une enquête très mouvementée pour Lady Mechanika et l'inspecteur Singh, alors que tout semble accuser et désigner notre héroïne ! Le génie narratif et graphique de Joe Benitez ne semble pas connaître de limites dans cette nouvelle histoire magnifiquement illustrée et menée du début à la fin par une main de maître. On sent que le style narratif s'étoffe et se perfectionne à mesure que le temps et le succès font leur travail, les facilités des débuts sont maintenant effacées et on se retrouve devant un vrai bon comic-book steampunk comme on les aime, avec une intrigue à plusieurs niveaux et des dessins proprement somptueux qui font presque oublier le côté encore un poil trop verbeux par moments. Lady Mechanika s'affirme comme une excellente série qu'il faut absolument suivre et dont l'univers si particulier ne fait que se développer de tome en tome pour notre plus grand plaisir. Assisté cette fois par d'autres artistes, Joe Benitez offre à sa si chère création une aventure à sa pleine et entière mesure, qu'on ne peut lâcher des mains et des yeux qu'une fois la fin dévoilée. Et encore, on en redemanderait bien ! La machine à assassiner fait pour l'instant partie de mes récits favoris sur ce personnage emblématique, et la suite annoncée à la toute fin de l'album dans un chapitre bonus supplémentaire ne fait que confirmer ce que je savais déjà : il m'en faut plus ! Rendez-vous normalement bientôt chez Glénat Comics avec le sixième tome de la série (déjà !), La belle dame sans merci en français dans le texte. Glénat fait toujours un très bon travail d'édition et chaque nouveau tome est un vrai petit bijou contenant en plus de très belles couvertures alternatives dans sa galerie de fin.

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

La V.O. du vendredi n°129 : Supergirl Rebirth tome 3 - Girl of No Tomorrow (DC Comics - Avril 2018)


Supergirl est attaquée ! Les offensives de ses nouveaux ennemis surgissent de tous les côtés, et sa vie devient rapidement infernale ! L'Impératrice d'Émeraude a rassemblé autour d'elle et de son Œil d'Ekron quatre autres vilains qui n'attendent que le bon moment pour agir et faire en sorte que National City finisse par rejeter Supergirl comme un danger mortel pour ses habitants. Pour ce faire, l'Impératrice parvient par ruse à littéralement surcharger l'organisme de Kara, qui déborde maintenant d'énergie et de pouvoir sans en avoir le contrôle, provoquant ainsi plusieurs catastrophes en tentant de se maîtriser et de rester discrète. A présent qu'elle est un danger autant pour les autres que pour elle-même, Kara est incapable de se défendre lorsque surgit une version augmentée de Solomon Grundy, qui finira par être combattu par une nouvelle venue, l'androïde Indigo, une autre envoyée de l'Impératrice ici pour prendre la place de Supergirl et lui prouver qu'elle ne sert plus à rien pour les habitants de National City. Afin de l'achever, notre super-vilaine venue du futur s'arrange pour obtenir les enregistrements secrets du D.E.O. et les rendre publics, afin que tout le monde découvre avec stupeur que le Cyborg Superman qui a attaqué la ville quelques mois plus tôt n'est autre que le propre père de Supergirl, et qu'il est toujours en vie, conservé bien à l'abri par le D.E.O. et soigné. C'en est trop pour notre héroïne, qui décide de reprendre sa vie en mains et tout d'abord d'accepter l'offre du Dr. Veritas de l'opérer afin de lui rendre le contrôle de ses pouvoirs. Une fois cela fait, Supergirl se lance aussitôt à l'assaut de ses nouveaux ennemis, les Fatal Five, et parvient tant bien que mal à triompher de chacun jusqu'à ce qu'il ne reste plus que l'Impératrice d'Émeraude en personne, qui lui révèle alors que son plan est et a toujours été de tuer Supergirl ici dans le présent, car plus loin dans le futur, des siècles plus tard, une bataille entre elles deux dégénèrera et coûtera la vie à tous ceux que l'Impératrice a aimé. Utilisant la pleine puissance de son Œil d'Ekron, l'Impératrice livre à Kara une guerre sans merci que la Kryptonienne parvient malgré tout à renverser et à dominer, grâce à sa nouvelle puissance, jusqu'à détruire totalement l'Oeil ! L'Impératrice est donc immédiatement renvoyée dans son époque d'origine, et ses plans et manipulations s'en trouvent caducs. Tout rendre dans l'ordre, ou presque... en effet, National City ne fait plus confiance à Supergirl, de même que Cat Grant qui se sent trahie par son ancienne héroïne, et les choses vont changer drastiquement : un nouveau directeur à la tête du D.E.O., une nouvelle propagande anti-Supergirl... tous les efforts récents de ces derniers mois n'ont finalement servis à rien pour Kara, qui reprend sa vie humaine incognito tout en refusant d'abandonner son devoir. Et grâce à l'entraînement prodigué par le Super-Man de Chine et son mentor, Kara apprend à maîtriser la nouvelle énergie qui coule dans ses veines...

C'est en quelques sortes une fin de cycle que l'on nous présente avec ce troisième tome de la série Supergirl Rebirth, où Kara parvient à la fois à se dépasser et à se faire détester par ceux qui autrefois ne juraient que par elle. Finie donc la belle époque, l'histoire d'amour avec National City est terminée et il faudra maintenant opérer sans l'aval populaire. Qu'importe, Supergirl reste avant tout au service des gens et du monde tout entier, et elle n'abandonnera pas de sitôt sa mission, pas tant qu'elle aura toujours des modèles dont s'inspirer ! Steve Orlando nous fait entrer dans une nouvelle ère, plus sombre, plus difficile surtout pour notre chère héroïne, mais pas impossible avec le soutien de ses proches. Le niveau des dessins varie selon l'artiste mais reste globalement bon dans ces quelques chapitres, même si par moments on sent bien que tout le monde ne s'est pas concerté au sujet des designs des nouveaux personnages... tant pis, ça reste beau à voir et à suivre, et ces petites incohérences font aussi le charme de la série, cousine de Superman Rebirth tout en restant libre de suivre son propre chemin de son côté. La suite prochainement !

vendredi 28 juin 2019

Sangreal - Road of the King tome 3 (Kana - Février 2018)


Dernier tome de la série.

Après avoir triomphé de Belial, l'assassin royal envoyé par ses cousins pour le capturer vivant et massacrer tous ceux qui lui auraient offert l'asile, An et Circé décident de rentrer sans plus attendre dans la capitale du royaume d'Arabera afin de mettre fin à cette mascarade qui n'a que trop duré. Avant cela, Circé tient à faire une révélation à celui qui l'a choisi comme sage : elle est en réalité la dernière descendante de l'ancienne lignée royale, vaincue et chassée du pouvoir par le père d'An, l'actuel souverain ! Une révélation qui ne changera pourtant rien aux projets et à la détermination d'An, qui souhaite plus que jamais que Circé soit à ses côtés jusqu'à la fin. Décidant d'entrer dans le palais par la grande porte sans plus se cacher, nos deux héros font face à Ricardo et ses gardes, qui parvient à capturer An et à l'enfermer dans sa chambre secrète où il désire vivre pleinement sa passion inassouvie pour la princesse. Mais une fois encore grâce à l'intervention de Circé qui parvient à déstabiliser Ricardo, An prend le dessus et triomphe de son cousin avant de lui faire entendre raison derrière toute sa folie, manquant même de se tuer au passage. Mais c'était sans compter sur le véritable ennemi, Felipe, bien décidé à ne jamais laisser An monter sur le trône. Faisant désormais abstraction des secrets de cour et de toute discrétion, Felipe tente d'assassiner An directement et froidement, mais ne s'attendait pas à rencontrer une toute nouvelle résistance chez l'héritier véritable de la couronne. Cette force, An la puise au cœur de son peuple, de ceux pour qui il désire plus que tout se battre afin de leur offrir des lendemains meilleurs et un avenir stable. Après un combat acharné et la mort du vieux roi, venu une dernière fois soutenir celui qu'il reconnaît désormais comme étant son fils légitime, An sort victorieux de ces épreuves, et prêt à recevoir le sacre et la couronne. Il lui faudra faire avec la réticence de nombreux nobles, ainsi qu'avec un royaume en ruines à reconstruire, une confiance à rendre à ses habitants, mais aucun ne doute que le jeune roi saura s'acquitter de ses nouvelles tâches et de son devoir, qu'il assume désormais avec fierté. Circé choisit cet instant pour disparaître, non sans savoir laissé une ultime prédiction à An concernant son avenir, pour qu'il puisse choisir d'en faire ce que bon lui semblera. Arabera se relèvera peu à peu de son long cauchemar, et tous ont à cœur à présent de rendre au royaume son prestige d'antan, sous le règne éclairé d'An. Longue vie au Roi !

Ce dernier tome enchaîne les péripéties à un rythme haletant, c'est bien simple il est impossible de le lâcher en cours de lecture et on tourne une à une les pages en espérant que les choses se termineront bien pour nos protagonistes et leurs alliés. Au final, c'est bien une histoire qui se termine bien, avec un message d'espoir très fort et très marqué, et peut-être quelques facilités là où l'on aurait aimé davantage d'intrigues ou de temps pour poser les choses. Le dessin nous transporte au cœur de l'action sans aucun problème et nous fait vivre l'histoire comme si nous y étions, nous plongeant même dans la folie furieuse des cousins d'An ou bien dans la solide détermination de celui-ci face à eux. La belle princesse d'autrefois a bien changé, et le jeune roi qui est à présent monté sur le trône est devenu un beau jeune homme plein d'assurance et de bonne volonté. Une histoire assez courte donc mais très intense, qui aurait bien mérité peut-être un tome supplémentaire pour mieux prendre son temps par moments, surtout à la fin. Merci Kana !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mercredi 26 juin 2019

Danger Girl - Back in Black (Graph Zeppelin - Juin 2019)


Les Danger Girls se réunissent à nouveau pour une toute nouvelle mission top secrète ! Quand un artefact Amérindien capable de faire basculer l'équilibre entre la Vie et la Mort est soudain dérobé, nos deux action-girls préférées Sydney Savage et Abbey Chase sont envoyées par leur mentor Deuce à sa recherche ! Il leur faudra pour le retrouver tout d'abord infiltrer un gang de motards et traverser pratiquement tout le territoire du Dakota jusqu'à Boston, un voyage qui contiendra son lot de péripéties et qui les amènera, au final, à faire face à un mal ancien sur le point de se réveiller... heureusement, nos deux héroïnes de choc pourront compter sur l'appui des agents Zero et Barracuda, toujours prêts à tout pour rendre service à la gente féminine.

Motos, filles sexy, tenues légères, climat très chaud... on ne pouvait rêver mieux pour retrouver nos chères Danger Girls. Andy Hartnell scénarise un retour en demi-teinte, qui laisse un peu à désirer selon moi. En tout cas je n'ai pas été touché plus que ça par cette aventure, simple transition vers quelque chose de plus grand et de mieux préparé sans doute. Back in Black ne comporte que quatre chapitres et une petite galerie d'illustrations, dont certaines sont tirées de la première série. L'histoire n'est pas géniale ni très originale, mais on va dire que ça rempli le cahier des charges en tout cas pour le minimum auquel on s'attendait. Les dessins sont signés Nick Bradshaw, qu'on a l'impression d'avoir vu plus en forme ailleurs pour tout dire... ce n'est pas bâclé non plus attention, mais vraiment pas à la hauteur de ce que le titre avait déjà pu nous offrir en qualité graphique. Évidemment n'est pas J. Scott Campbell qui veut, mais tout de même ! Cette histoire se déroule chronologiquement juste après la série principale, Opération Hammer chez Graph Zeppelin, et le recueil de petits récits Destination Danger paru il y a quelques années chez Glénat. A lire donc avant Tric-traque à Shangaï et surtout avant Mayday, les deux autres parutions de cette année chez le nouvel éditeur. Une quatrième sortie est prévue pour dans quelques mois, soyez au rendez-vous si vous aimez ce cocktail d'action et de légèreté bienvenue en cette saison. Et encore merci en tout cas à Graph Zeppelin de se bouger pour nous offrir de belles éditions certes un peu coûteuses vu leur contenu mais toujours de qualité !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

mardi 25 juin 2019

X-Men - La résurrection du Phénix (Panini Comics - Janvier 2019)


Les X-Men sont en état d'alerte. Un peu plus tôt dans la journée, plusieurs étranges phénomènes ont été observés par la population locale : des morts revenus à la vie, sortes d'illusions, des accidents et des apparitions inexpliquées. Après une brève étude de ces quelques cas, le Fauve en arrive à une première conclusion : le phénomène est généralisé sur l'ensemble des points chauds de la planète, là où les X-Men de toutes les générations ont déjà eu à affronter de grandes épreuves. Et ce n'est pas tout, une donnée permet d'affiner un peu plus le résultat : le Phénix, cette terriblement puissante entité cosmique capable de créer ou de détruire des civilisations entières, serait bel et bien de retour malgré sa destruction spectaculaire il y a de cela quelques années déjà ! Se cherchant un nouvel hôte, le Phénix a jeté son dévolu sur celle qu'il a toujours apprécié bien plus que les autres candidats potentiels, Jean Grey. L'adulte, pas la jeune. Celle qui est décédée après un insoutenable combat face à un imposteur, et qui repose relativement en paix depuis lors. Eh bien qu'à cela ne tienne, le Phénix la ramène à la vie mais amnésique, et dans un cocon de réalité protégée, afin de la former et de petit à petit la pousser à choisir la fusion avec lui plutôt que de retourner au néant. Un plan bien ficelé mais un peu maladroit, que les X-Men n'auront pratiquement aucun mal à déjouer en s'infiltrant dans l’œuf de réalité alternative créé par le Phénix. Mais sont-ils bien entrés d'eux-mêmes, ou bien quelque chose les y a-t-il poussé à dessein ? Pour Jean, c'est maintenant l'heure du choix, celui de toute une vie. Doit-elle accepter de nouveau la Force Phénix en elle et redevenir un avatar cosmique tout puissant, ou bien peut-elle choisir de mener sa propre vie à nouveau ? Quoi qu'il arrive, plus rien ne sera jamais plus comme avant pour elle, et le choix s'annonce définitif.

C'est une très belle histoire, un rien accélérée par les auteurs et dessinateurs parce qu'il faut remplir les délais et qu'il n'y avait certainement pas moyen de reproduire le succès de Warsong ou Endsong (parus dans Le chant du Phénix, chroniqué ici il y a quelques temps maintenant) sur un terme un peu plus long. Donc nous avons droit à une histoire qui tient debout mais qu'on aimerait voir prendre son temps pour mieux nous poser tous les enjeux d'une pareille résurrection : Jean Grey est en effet déclarée décédée par Marvel depuis 2003 à peu près, la fin du run de Grant Morrison sur sa série New X-Men. Cela fait donc bien plus d'une décennie qu'elle n'a pas été réutilisée par l'éditeur (à l'exception du Chant du Phénix bien sûr), et la faire revenir maintenant demande beaucoup de moyens et surtout beaucoup de précision. Deux éléments que nous n'avons pas forcément ici, bien que l'histoire suive son cours tranquillement et se laisse lire assez facilement. Niveau dessins c'est correct, disons que dans les délais demandés il aurait été difficile de faire mieux. Personnellement je regrette le choix de Panini d'avoir opté pour la couverture de base de cette mini-série, alors qu'il y en avait une autre toute désignée pour un succès optimal, celle signée Artgerm ni plus ni moins. Vous la retrouverez d'ailleurs en partie seulement en toute fin d'album, c'est un peu dommage c'est celle que l'on veut voir plus que toutes les autres à mon avis, mais bon. Concernant la décision de faire paraître ce récit dans la nouvelle mouture de la collection ''100% Marvel'', rien à redire ça paraît finalement assez logique puisqu'elle convient tout à fait à ce genre de récit que l'on peut lire sans trop se soucier de l'ensemble de la continuité de notre époque, bien que comme toujours il faut avoir certaines bases essentielles. C'est malgré tout un bon choix, la collection a su évoluer vers le meilleur et est assez luxueuse, Panini fait bien les choses ce coup-ci et du coup on en redemande ! Bon retour parmi les vivants, chère Jean !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !

lundi 24 juin 2019

Batman Rebirth tome 6 - Tout le monde aime Ivy (Urban Comics - Janvier 2019)


Dans ce sixième tome de la série Batman sous l'ère DC Rebirth, trois histoires en une lecture !
Tout d'abord, Batman et Wonder Woman se rendent dans un monde parallèle assiégé en permanence par une armée de démons affamés et sanguinaires, qui se renouvellent constamment. Pourquoi me direz-vous ? Tout simplement parce que le gardien de ce monde, celui que l'on nomme le Gentil Homme, le leur a demandé comme une faveur, le temps pour lui de se rendre dans notre monde afin de profiter de son mariage ne serait-ce qu'un peu. Mais quelques heures dans le monde mortel valent des dizaines d'années dans la faille entre les dimensions, et Sélina (Catwoman, la fiancée de Batman si vous avez tout suivi) se rend vite compte que le marché est truqué ! Tentant le tout pour le tout afin de faire revenir son amant et sa partenaire au plus vite, Catwoman parvient à convaincre le Gentil Homme de reprendre son rôle dans le combat éternel qui est le sien. Diana et Bruce regagnent donc le monde mortel, après avoir passé près d'une trentaine d'années ensemble à lutter et à se confier. Cette expérience, bien que sans conséquences, leur aura permis de se rapprocher comme jamais auparavant.
Mais ensuite, plus rien ne va : Poison Ivy a réussi l'impossible, elle a pris le contrôle de tous les esprits de la planète. Plus de 7,5 milliards de personnalités, toutes réunies sous la coupe d'Ivy et partageant toutes son esprit collectif, dans un seul et unique but, la sauvegarde du monde quoi qu'il en coûte. Grâce à sa perspicacité et à sa rapidité de réaction, Batman a réussi à se mettre hors de portée de ce contrôle total, ainsi que Catwoman. Mais que peuvent-ils à deux contre l'ensemble de l'humanité ?? Sans compter les super-héros et super-vilains qu'Ivy contrôle également, bien entendu. Ce monde idéal est-il donc inévitable, un piège se refermant sans possibilité de libération ? Ivy clame haut et fort que tout cela n'est que pour le plus grand bien de la planète, de tout son équilibre, son écosystème. Qu'à elle seule, elle peut résoudre tous les problèmes engendrés par l'humanité au fil de son développement et ce sans tuer qui que ce soit. Mais ça n'est pas vraiment un monde idéal malgré tout, et des sacrifices sont malheureusement nécessaires pour assurer le maintient de l'illusion... des sacrifices que Batman et Catwoman sont également prêts à faire de leur côté pour faire revenir Ivy à la raison, et lui révéler enfin la vérité sur ses tous premiers crimes qu'elle pensait impardonnables et inévitables. Libérant tout le monde, traumatisée par cette expérience, Ivy est emmenée en sécurité au sein du Sanctuaire, refuge pour les surhumains fragilisés, afin d'y être soignée en paix. Mais, une fois encore, son action fera réfléchir plus d'une personne...
Enfin, dans la troisième et dernière partie de l'album, nous nous retrouvons dans un nouveau monde idéal où Bruce Wayne n'a jamais eu à affronter le deuil de ses parents, car Booster Gold le voyageur temporel a fait en sorte que le crime ne se produise jamais. Un monde où les Wayne règnent sur Gotham et la haute société, un monde où le virus du Joker se répand comme une trainée de poudre, un monde de violence et d'inégalités... un monde que Booster Gold va devoir réparer avant qu'il ne soit définitivement trop tard ! Comme cadeau de mariage, on peut rêver mieux. Mais le Bruce Wayne de cette nouvelle réalité acceptera-t-il de tout perdre à nouveau ?

Grosse sortie du mois de Janvier dernier, trois histoires réunies en un seul album qui se lit quasiment d'une traite sans faire de pause tellement il est passionnant. L'histoire qui m'a le plus touché est celle qui donne son titre à ce sixième tome, avec Poison Ivy et la théorie de l'intelligence collective plus forte que l'individu, mais il est vrai que chacune est assez touchante et prenante à sa façon. Difficile de dire ce qui ressort le plus, je pense qu'il s'agit d'un tout que notre éditeur Urban a su réunir et mettre en valeur de la meilleure des façons une fois encore. Au scénario bien sûr on retrouve Tom King qui n'en finit plus de faire des merveilles, tandis que le dessin cette fois-ci sera signé par de nombreux artistes invités comme Joëlle Jones, Mikel Janin, Hugo Petrus et bien sûr Tony S. Daniel. Graphiquement le passage avec Ivy est une vraie tuerie, des détails dans tous les coins et une façon très innovatrice de concevoir le découpage des scènes et de la narration, mais tout le reste de l'album est également bon à prendre alors n'en perdez pas une miette ! La route de l'autel est encore longue pour nos deux tourtereaux, mais patience nous y arrivons...

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !


dimanche 23 juin 2019

X-Men - L'intégrale 1975-1976 (Panini Comics - Février 2013)


Les X-Men sont enfin de retour !

Après avoir effectué une mission de reconnaissance dans l'Océan Pacifique à la recherche d'un nouveau mutant détecté par Cérébro, les X-Men de Charles Xavier ont été capturé par une mystérieuse entité. Seul Cyclope a pu s'échapper et regagner Westchester afin d'avertir leur mentor du danger et, avec lui, recruter une nouvelle équipe ! Voici donc qu'entrent en scène les formidables Diablo, Wolverine, Colossus, Tornade, Thunderbird, Sunfire et le Hurleur ! Si certains sont d'anciens ennemis revenus dans le droit chemin, d'autres viennent juste de découvrir leurs pouvoirs et les terribles conséquences qu'ils peuvent avoir sur le reste de l'humanité, à commencer par la haine qu'ils génèrent immanquablement. Mais après un entraînement aussi drastique qu'accéléré, ces nouveaux X-Men doivent passer le baptême du feu et se rendre sur l'île de Krakoa en compagnie de Cyclope afin de libérer leurs aînés. Sur place, ils découvriront que l'île elle-même est en fait le fameux mutant recherché plus tôt, et qui retient prisonniers les autres mutants afin de s'abreuver de leur énergie vitale. Grâce à une combinaison audacieuse de leurs pouvoirs, tous les X-Men parviennent à quitter l'île et à l'expédier pour de bon là où elle ne sera jamais plus un danger pour quiconque.
De retour aux États-Unis, l'heure est venue de prendre de grandes décisions qui auront de lourdes conséquences : en effet, les anciens X-Men pensent que l'heure est maintenant venue pour eux de se retirer et de mener une vie ordinaire, tandis que les nouvelles recrues assurent la relève. Scott cependant ne peut se résoudre à abandonner sa mission et fait donc ses adieux à ses camarades d'autrefois, ainsi qu'à son grand amour Jean, pour prendre la tête de la nouvelle équipe. Et ils auront du pain sur la planche ! Le comte Néfaria est de retour lui aussi pour prendre le contrôle du système de défense nucléaire du pays et menacer le reste du monde, et nos chers mutants devront affronter les redoutables Ani-men avant d'en venir à bout, dans un final tragique et poignant. Et c'est loin d'être le seul danger mortel auquel ils feront face : les Sentinelles sont en effet réactivées par un scientifique empli de haine envers les homo-superior, et parviennent à capturer tous les X-Men et à les enfermer dans une station orbitale dont ils devront s'échapper, non sans risque. Après avoir déjoué les plans de leur ennemi, nos héros doivent fuir une prison qui menace d'exploser à tout instant, et c'est à bord d'une navette spatiale en piteux état qu'ils feront leur grande évasion, grâce avant tout au sacrifice de Jean Grey qui restera seule aux commandes jusqu'au retour du Terre et au crash de la navette dans l'océan. Une nouvelle tragédie ? Ou bien le commencement de l'une des plus grandes intrigues de toute l'histoire des X-Men ? Il faudra d'abord venir à bout de Black Tom et du Fléau qui tentent de les attirer dans un piège en Irlande, sur les terres du Hurleur. Nos héros sauront-ils déjouer l'adversaire ?

Nous le saurons dans l'album suivant hélas, car celui-ci s'arrête exactement à cet instant. C'est une grosse année pour les mutants, qui font là leur grand retour éditorial après presque cinq ans d'absence et de vaines rééditions. Marvel fait en effet le choix de confier le sort et le renouveau de ces créatures infortunées à un certain Chris Claremont, qui restera aux commandes de la série durant près de seize années très bien remplies. Avec l'aide du dessinateur Dave Cockrum, Claremont va en effet redéfinir l'univers mutant pour les décennies à venir, grâce à de nouvelles recrues et surtout à un sens de la dramaturgie ravivé que Stan Lee avait progressivement abandonné en son temps. S'il n'a pas toujours été évident à suivre ou à comprendre, Claremont a tout de même prouvé à maintes reprises qu'il aime profondément les mutants qu'on lui a confié, et qu'il ne leur veut que du bien. Et qui aime bien châtie bien, comme on dit. Drama, humour de situation comme en paroles, ainsi qu'une imagination débordante et un dessin très expressif et précis, tout cela participera à la renaissance des X-Men et à en faire l'un des meilleurs titres de Marvel à l'époque ! Bien sûr aujourd'hui il est aisé de faire quelques critiques, avec le recul et l'évolution de cet art : la narration est un peu saccadée et les didascalies apparaissent dans tous les sens, les péripéties tombent un peu comme un cheveu sur la soupe, le dessin peut parfois être un peu trop énergique et devenir fouillis... mais bon sang quel plaisir malgré tout, et quelle claque après cinq années de disette ! Je vous invite grandement à vous plonger ou à vous replonger dans ces aventures des années '70, le début d'une looongue carrière pour ceux qui reviennent de loin on peut le dire, et qui ont bien mérité qu'on leur donne une seconde chance !

Sur ce, je vous laisse vous faire votre propre avis et je vous souhaite une bonne lecture, en espérant vous retrouver bientôt pour un nouvel article !